Marseille gaspille

  • A
  • A
Marseille gaspille
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Malgré de nombreuses occasions, l'OM est tenu en échec par Monaco (2-2).

LIGUE 1 - Malgré de nombreuses occasions, l'OM est tenu en échec par Monaco (2-2). Le champion de France en titre a bien du mal à débuter sa saison. Avec une seule victoire en cinq rencontres de Ligue 1, l'OM tarde en effet à accumuler les points nécessaires à tout club visant, si ce n'est le titre, au moins une place en Ligue des champions. Et ce n'est donc pas la titularisation d'André-Pierre Gignac qui aura changé les choses tant l'ancien Toulousain aura manqué d'efficacité. Et si on ajoute à cela une défense franchement suspecte, on obtient un match nul frustrant, mais logique, face à Monaco au Stade Vélodrome (2-2), pour le compte de la 5e journée. Il y aura tout de même du positif à tirer de cette rencontre pour Didier Deschamps. Pour commencer, Mathieu Valbuena s'est montré intenable sur son côté droit, comme galvanisé par son nouveau statut de titulaire chez les Bleus. Une activité récompensée par un but (42e), et le centre qui amène le but contre son camp d'Adriano (81e). Pour le reste, Lucho Gonzalez a une nouvelle fois régalé dans l'entre-jeu, en compagnie d'un Benoît Cheyrou également saignant. Reste que malgré un front offensif performant, et des occasions à la pelle, il aura manqué la finition. Écoutez Didier Deschamps au micro de Jean-Charles Banoun : En premier responsable, on trouve donc un André-Pierre Gignac qui a beaucoup tenté, sans jamais réussir à inquiéter un Stéphane Ruffier encore excellent. Mais c'est surtout la charnière centrale Mbia-Hilton qui suscite le plus d'inquiétude. Attentiste sur le premier but heureux de Daniel Niculae (15e), elle a ensuite montré un manque d'entente et de vitesse flagrant sur le contre conclu par Chu-Young Park (79e), mention spéciale sur ce coup à Stéphane Mbia, confondant de maladresse. Malgré tout, l'OM est revenu par deux fois au score. Un point qui fait basculer le total à 5 en Ligue 1, synonyme d'une peu glorieuse 13e place. Il est temps de passer la seconde.