Marseille a repris ses bases

  • A
  • A
Marseille a repris ses bases
Partagez sur :

Marseille s'est rassuré mardi, en l'emportant sur la pelouse de l'Olympiakos Le Pirée (1-0) pour entamer son parcours en Ligue des champions, dans le groupe F. Une victoire construite sur un état d'esprit nettement moins porté vers l'avant que depuis le début de la saison, marqué par plusieurs maladresses défensives. Didier Deschamps s'est adapté en conséquence, et pourrait poursuivre cette réflexion un peu plus loin.

Marseille s'est rassuré mardi, en l'emportant sur la pelouse de l'Olympiakos Le Pirée (1-0) pour entamer son parcours en Ligue des champions, dans le groupe F. Une victoire construite sur un état d'esprit nettement moins porté vers l'avant que depuis le début de la saison, marqué par plusieurs maladresses défensives. Didier Deschamps s'est adapté en conséquence, et pourrait poursuivre cette réflexion un peu plus loin. Didier Deschamps aurait-il regardé la Coupe du monde de rugby ? En ovalie, revenir aux fondamentaux est souvent nécessaire. Et c'est précisément sur cette idée fixe que les Marseillais sont parvenus à décrocher leur première victoire de la saison, sur la pelouse de l'Olympiakos (1-0). Un succès tout bénef pour l'OM, qui en profite également pour prendre la tête de son groupe de Ligue des champions puisque Dortmund a égalisé dans les derniers instants face à Arsenal (1-1). Au vu de la composition corsée de ce groupe F, ce ne sera sûrement pas de trop. Rassuré en resserrant la garde au Pirée, Marseille est reparti sur des bases qui lui avaient notamment permis d'être sacré champion de France en 2010. Rien ne dit que ce retour vers le futur perdurera à long terme, mais le plan de Deschamps a le mérite d'assurer le résultat, au détriment d'une manière incertaine. Ça pourrait dépanner à nouveau, surtout en Coupe d'Europe. En Grèce, dans l'ambiance toujours chaude bouillante du stade Georgios-Karaiskakis, la prestation très convaincante de Jérémy Morel a été l'illustration parfaite de ce nouvel état d'esprit. Latéral de formation et aligné le plus souvent à cette place à Lorient, l'ancien Merlu était placé devant Djimi Traoré et a assuré sur son côté. Offensivement comme défensivement. "C'est un choix par rapport aux joueurs à disposition et aux absences, indiquait Deschamps après la rencontre, dans des propos relayés par le site de l'OM. Je l'ai fait pour l'équilibre. Comme le résultat est là, ça va. Dans le cas contraire, j'aurais entendu d'autres commentaires." Ça va de soi... Mais du coup, les perspectives ont donc évolué. Deschamps veut "rester sur cette voie""J'ai senti un groupe concerné, qui a fait beaucoup d'efforts pour bien défendre, poursuivait Deschamps. Il faut rester sur cette voie." Manifestement satisfait, l'entraîneur olympien pourrait bien reproduire ce schéma tactique plus souvent qu'il ne l'avait imaginé en début de saison. Même en Ligue 1, l'urgence de la situation (l'OM est 17e avec deux défaites et trois nuls) pourrait l'y contraindre. Pour José Anigo aussi, le revirement de bord a eu du bon: "On a eu un bon état d'esprit, une volonté de défendre la partie de terrain qui était la nôtre, on a vu les joueurs bien dans leur tête", a ainsi déclaré le directeur sportif marseillais. Et ce que Deschamps avait mis en place à gauche avec la doublette Traoré-Morel, il l'a également entrepris à droite - certes dans une moindre mesure - en alignant Amalfitano dans un rôle d'ailier pur. Pour l'autre ex-Lorientais du groupe, l'heure n'était pas non plus à se poser de question. "J'étais un peu plus haut sur le terrain, mais ça ne me dérange pas. J'essaie de faire le job là où on me le demande et de prendre ce qu'il y a à prendre." Parfois maladroit dans ses transmissions, Amalfitano a lui aussi effectué un gros travail de repli et de pressing. Et s'il fallait encore une preuve de la volonté conservatrice de Deschamps, il suffit d'observer la nature des changements dans le dernier quart d'heure: Lucho remplacé par Kaboré, et Cheyrou par Fanni. Logique lorsqu'on veut tenir un score, mais l'OM, en contrepartie, s'est fait peur jusqu'au bout. Ce qui ne semble pas déranger outre mesure Souleymane Diawara: "Notre performance était énorme. On savait que ça allait être difficile et on est resté concentré." C'est peut-être ça, le nouvel OM. La réaction de Lucho (Olympiakos 0-1 OM) par OMTV_Officiel