Marconnet et Domingo à la maison

  • A
  • A
Marconnet et Domingo à la maison
Partagez sur :

Au lendemain de la victoire de la France à Dublin face à l'Irlande (26-22), Marc Lièvremont a communiqué la liste des 30 joueurs qui disputeront la Coupe du monde 2011 à partir du 9 septembre. Si l'absence de Thomas Domingo, insuffisamment remis de sa blessure au genou droit était attendue, la surprise vient de la non-sélection du vétéran Sylvain Marconnet, à qui le staff a préféré Fabien Barcella.

Au lendemain de la victoire de la France à Dublin face à l'Irlande (26-22), Marc Lièvremont a communiqué la liste des 30 joueurs qui disputeront la Coupe du monde 2011 à partir du 9 septembre. Si l'absence de Thomas Domingo, insuffisamment remis de sa blessure au genou droit, était attendue, la surprise vient de la non-sélection du vétéran Sylvain Marconnet, à qui le staff a préféré Fabien Barcella. Et les malheureux élus sont... Thomas Domingo et Sylvain Marconnet ! Le visage un peu crispé, Marc Lièvremont a donné dimanche matin dans l'hôtel de Dublin où les Bleus venaient de passer la nuit après leur succès en Irlande samedi (26-22) les noms des deux joueurs qui quittent le groupe des 32 réunis depuis maintenant deux mois pour préparer la Coupe du monde 2011. L'absence du Clermontois Thomas Domingo n'est pas une surprise dans la mesure où le staff tricolore avait tenté un pari en sélectionnant un joueur victime d'une sérieuse blessure au genou droit en avril (rupture du ligament croisé antérieur du genou droit), espérant, en vain, le voir récupérer toutes ses facultés d'ici l'envol pour la Nouvelle-Zélande. Celle de Sylvain Marconnet l'était moins, Marc Lièvremont ayant préféré retenir un vrai spécialiste du poste de pilier gauche, Fabien Barcella (que la rumeur donnait pourtant hors du groupe samedi) plutôt que le polyvalent Biarrot, qui manque donc pour la deuxième fois le train de la Coupe du monde, quatre ans (jour pour jour !) après avoir dû renoncer au rendez-vous français, à cause d'une blessure au tibia contractée en faisant du ski. "Ce seront Thomas Domingo et Sylvain Marconnet qui resteront en France, a attaqué Marc Lièvremont, le visage crispé par la solennité du moment. On savait depuis le début que ce serait un choix à la fois médical, sportif et humain difficile, ça a été le cas.""Pour Sylvain, ça a été plus compliqué" Et le sélectionneur de séparer les deux cas: "Pour Thomas Domingo, à qui j'ai annoncé en début de semaine qu'il ne viendrait pas avec nous, je pense qu'il s'y attendait. Je lisais depuis plusieurs semaines une forme d'interrogation dans son regard chaque fois que le je le croisais. Pas de regrets d'avoir misé sur Thomas qui est un garçon charmant et qui s'est impliqué, tout en sachant que ce serait compliqué compte tenu des délais. Il est apte à reprendre la compétition avec son club et pourquoi pas à réintégrer l'équipe de France à moyen terme." Le cas de Sylvain Marconnet a été en revanche beaucoup plus difficile à trancher: "Pour Sylvain, ça a été plus compliqué parce qu'il a suivi toute la préparation avec nous, ça a été difficile parce que c'est le dernier joueur avec qui j'ai joué en club (au Stade Français, ndlr), il a fait ses débuts en équipe de France à mes côtés. J'ai dit dès le départ qu'à mon sens, les deux meilleurs piliers gauche de France étaient Barcella et Domingo et que j'avais l'ambition d'essayer d'en réintégrer un des deux, c'est chose faite pour Fabien qui, malgré deux blessures musculaires qui ont tronqué un peu sa préparation, a joué 40 minutes (la seconde mi-temps en Irlande, ndlr). C'est sûr qu'il n'est pas à son meilleur niveau, mais après un an d'absence, il a fait une rentrée que j'ai trouvée intéressante.""Sylvain m'en veut certainement" Reste que l'entrée en jeu du pilier gauche biarrot à Dublin n'est pas l'unique raison de sa non-sélection si l'on en croit le timing de l'annonce faite à Marconnet, prévenu juste avant le dernier match de préparation des Bleus: "J'ai annoncé cette nouvelle à Sylvain en début d'après-midi avant le match, tout comme j'ai voulu rassurer certains joueurs concernés par le match d'hier la veille ou l'avant-veille du match quant à leur présence avec nous en Nouvelle-Zélande, des garçons que je sentais particulièrement stressés comme Guilhem Guirardo et Jean-Baptiste Poux. Sylvain m'a demandé dans un premier temps de ne pas annoncer son départ devant le groupe en sa présence, finalement il a souhaité hier soir après le match s'exprimer devant ses coéquipiers après la sortie du staff." Et Lièvremont d'ajouter, pour confirmer que la décision avait été prise en amont du match de Dublin: "Il y avait cette tendance assez forte qui se dégageait depuis plusieurs semaines. Au-delà des matches, il y a eu beaucoup d'entraînements, d'oppositions, je connais le potentiel de mes joueurs, c'est comme ça que j'ai jugé que mon groupe était le plus compétitif." Reste que l'on peut s'interroger sur la capacité de Fabien Barcella, sérieusement blessé au talon d'Achille en août 2010 et qui n'avait plus rejoué depuis, à tenir le rythme d'une Coupe du monde, argument balayé par Marc Livremont, persuadé que le Biarrot saura se montrer à la hauteur: "William Servat (opéré en juin du genou gauche, ndlr) est encore plus loin que lui parce qu'il n'a pas joué et ça ne chaque personne qu'il soit dans les trente. Là, on parle de potentiel, de miser sur le fait que ces deux joueurs-là seront beaucoup mieux dans quelques semaines. Fabien est un immense bosseur, un an d'absence à ce poste-là, ce n'est pas rien, mais je le vois s'entraîner depuis le début, il supporte d'énormes charges de travail. La compétition, c'est encore un autre test qu'il a malgré tout passé avec succès hier