Marchand-Arvier: "Ça se joue dans la tête"

  • A
  • A
Marchand-Arvier: "Ça se joue dans la tête"
Partagez sur :

L'espoir est revenu. Après un début de saison franchement compliqué, Marie Marchand-Arvier commence à remonter la pente comme en témoigne la 7e place obtenue en descente à Cortina d'Ampezzo. Avant l'épreuve de Sestrières, la skieuse des Contamines apporte un éclairage sincère sur sa première partie de saison, sur une peur revenue, et sur ses espoirs de passer outre afin de briller lors de Mondiaux.

L'espoir est revenu. Après un début de saison franchement compliqué, Marie Marchand-Arvier commence à remonter la pente comme en témoigne la 7e place obtenue en descente à Cortina d'Ampezzo. Avant l'épreuve de Sestrières, la skieuse des Contamines apporte un éclairage sincère sur sa première partie de saison, sur une peur revenue, et sur ses espoirs de passer outre afin de briller lors de Mondiaux. Quelles sont vos sensations du moment ? Je rentre de quelques jours à Cortina où j'ai réalisé la meilleure course de la saison (elle termine 7e de la descente, ndlr). Ce n'est pas encore ce que j'espérais mais c'est positif, il y a du mieux en termes de résultats, au niveau de l'état d'esprit également c'est mieux. Ça peut paraître bizarre parce que j'avais démarré la saison avec ambition et après avoir bien travaillé au cours de l'été. Ça ne s'est pas très bien passé lors des premières courses et j'ai eu différents soucis par ailleurs. C'est vrai que ce premier top 10 est une bonne étape avant les Mondiaux où j'aurai de gros objectifs. Quels sont les soucis dont vous parlez ? C'est un ensemble de choses entre des problèmes personnels et la gestion de la peur qui est revenue après ma chute de janvier dernier et que j'avais beaucoup travaillé dessus. Et puis, j'ai eu aussi des problèmes techniques et personnels qui se sont ajoutés à ça. Pour une performance, il faut que tout soit réuni, qu'il y ait une alchimie. Ça se joue dans la tête... Cette 7e place peut-elle vous conforter ? C'est un peu rassurant car même si je sais que j'en suis capable, c'est mieux. Cela ne me satisfait pas mais je le prends. Le 1er Super G était moyen, le 2e meilleur et la descente pas mal, 7e c'est positif. Je me concentre sur des choses simples et plus importantes. C'est ce que je veux reproduire car parfois je réfléchis trop. "Une médaille aux Mondiaux, c'est dans mes cordes" Sestrières, lieu de la prochaine descente, est-ce un endroit qui vous plaît ? Je commence à évoluer par rapport à l'idée d'apprécier ou pas une piste. C'est une piste un peu facile avec beaucoup de plat mais ça ne me fait pas peur car j'ai beaucoup progressé dans ce secteur, c'est une Coupe du monde, il faudra s'adapter à la neige car cela fait la différence. Après, j'ai de bons souvenirs là-bas, c'est une belle piste... Dans la foulée, il y aura, 2 ans après Val d'Isère, les Mondiaux à Garmisch. Vos médailles de « Val » peuvent-elles vous servir ? Je ne suis pas au bout du rouleau, parfois ça arrive d'être moins performant, c'est à moi d'être patiente. Je ne suis jamais satisfaite mais j'essaye tout de même de prendre du positif dans chaque chose. Les Mondiaux à Val c'était incroyable, mais c'était il y a deux ans. A Garmisch, tout sera différent, cela n'a aucun rapport. Je reste convaincue qu'une médaille aux Mondiaux, c'est dans mes cordes. Si tout est en place le jour j, ça peut marcher. C'est un événement important. Comment allez-vous préparer les Mondiaux ? On a un programme condensé mais les bilans médicaux ont montré que nous ne sommes pas fatiguées donc on va pouvoir bien travailler. On va partir s'entraîner sur une neige arrosée pour se préparer à skier dans des conditions difficiles et après on pourra enchaîner. On a la chance d'avoir pu aller à Garmisch en 2009 et en 2010 pour les finales ainsi que 2 jours à la mi-janvier. Ça me fait un peu penser aux Vosges, avec de l'humidité, du brouillard et une neige qui peut être molle ou dure s'il fait froid. J'aime quand c'est glacé car cela permet de s'exprimer, ce n'est pas la neige qui accélère les skis mais c'est nous. Après, il faudra rester calme, être prête à attendre en cas de report. Comment gérer la présence de Vonn et Riesch qui trustent tous les titres en vitesse ? On en parlait récemment et parfois on se dit que c'est écoeurant. Il y a deux filles ultra talentueuses qui travaillent beaucoup et qui sont en confiance. Elles survolent les débats jusque-là mais on sait qu'elles sont battables, elles ne sont pas à l'abri. Lindsey Vonn commet parfois des fautes et Riesch a fait quelques sous-performances. C'est à nous de les battre, Lara Gut l'a fait ce n'est donc pas impossible.