Mannarino, le jour de gloire

  • A
  • A
Mannarino, le jour de gloire
Partagez sur :

Adrian Mannarino a renversé la montagne Juan Martin Del Potro, en battant l'Argentin grâce à deux tie-breaks, jeudi en 8e de finale du Queen's. Quelques heures auparavant, le jeune Français (22 ans) avait déjà battu Gilles Simon sur abandon, dans la fin d'un match commencé la veille. Jo-Wilfried Tsonga a aussi disposé de Michael Llodra sur abandon, tandis que Gaël Monfils trace sa route à Halle.

Adrian Mannarino a renversé la montagne Juan Martin Del Potro, en battant l'Argentin grâce à deux tie-breaks, jeudi en 8e de finale du Queen's. Quelques heures auparavant, le jeune Français (22 ans) avait déjà battu Gilles Simon sur abandon, dans la fin d'un match commencé la veille. Jo-Wilfried Tsonga a aussi disposé de Michael Llodra sur abandon, tandis que Gaël Monfils trace sa route à Halle. Les esprits ronchons diront que c'était Del Potro, peut-être, mais sur gazon. Toutefois, quelle que soit la surface, on ne bat pas le vainqueur d'un tournoi de Grand Chelem en claquant des doigts. Ce qu'a réalisé Adrian Mannarino lors du troisième tour du Queen's, à 22 ans, doit être considéré comme un exploit, après la victoire en deux sets du Valdoisien, 54e joueur mondial, face à l'Argentin, grâce à deux tie-breaks (7-6 [3], 7-6 [7]). Remonté à la 22e place du classement ATP, Del Potro avait notamment pris un set à Novak Djokovic au troisième tour de Roland-Garros, confirmant petit à petit un retour à son meilleur niveau. Ce jeudi 9 juin 2011, Mannarino ne risque pas de l'oublier de sitôt, en tout cas. Moins de deux heures avant de débuter son match contre Del Potro, il avait dû terminer sa rencontre du deuxième tour face à Gilles Simon. Après avoir perdu le premier set au tie-break puis gagné la deuxième manche 6-4 mercredi, le héros du jour n'a pas eu trop à s'époumoner face à son compatriote lors du troisième set. Deux breaks, 3-0 en sa faveur, et le Niçois a jeté l'éponge. Un échauffement idéal pour Mannarino, qui a dû sauver trois balles de set dans la deuxième manche et s'est finalement imposé sur sa quatrième balle de match. Monfils tranquille Sinon, l'autre choc franco-français du jour a également tourné court, frappé par un curieux mimétisme: Michael Llodra a abandonné contre Jo-Wilfried Tsonga. Le Parisien a tenu un peu plus longtemps que Simon, en jetant l'éponge après sept jeux. Mais dans le premier set, cette fois, alors que ni Tsonga, ni Llodra n'avaient réussi le moindre break... Plus curieux, ce dernier a déclaré forfait alors que le match était interrompu suite à l'apparition de la pluie. Quoi qu'il en soit, Tsonga, tête de série n°5 du tournoi, est en quarts de finale et affrontera vendredi le récent vainqueur des Internationaux de France, Rafael Nadal, qui a eu besoin de trois sets pour écarter le Tchèque Radek Stepanek (6-3, 5-7, 6-1), tandis que Mannarino jouera le rescapé de l'affrontement entre James Ward et Sam Querrey - partie interrompue jeudi soir à un set partout. Quant à Andy Murray, l'Ecossais est venu à bout de Janko Tipsarevic en deux manches plutôt étriquées (6-3, 7-6 [3]). Enfin, un autre Français était sur les courts jeudi, mais à Halle. Il s'agit de Gaël Monfils, qui a passé avec brio le test Ivan Dodig (6-2, 6-3). Le récent quart-finaliste de Roland-Garros retrouvera Florian Mayer vendredi, avant un éventuel affrontement face à Lleyton Hewitt (ou Kohlschreiber) en demi-finales. Mais en attendant d'attirer à nouveau, peut-être, les projecteurs sur sa personne ce week-end, le 8e joueur mondial laisse les paillettes à Adrian Mannarino. Il faut bien partager, un peu.