Mandanda: "C'était mieux de rester"

  • A
  • A
Mandanda: "C'était mieux de rester"
Partagez sur :

Quelques jours après la reprise de l'entraînement à Port-du-Crouesty, Steve Mandanda a accepté d'évoquer l'exercice à venir, lui qui reconnaît avoir eu "certains contacts" pour quitter l'OM à l'intersaison. "Content de rester", le capitaine phocéen se réjouit également de l'arrivée d'Alou Diarra et vise haut, aux côtés d'un Didier Deschamps qui a "aussi énormément d'ambition."

Quelques jours après la reprise de l'entraînement à Port-du-Crouesty, Steve Mandanda a accepté d'évoquer l'exercice à venir, lui qui reconnaît avoir eu "certains contacts" pour quitter l'OM à l'intersaison. "Content de rester", le capitaine phocéen se réjouit également de l'arrivée d'Alou Diarra et vise haut, aux côtés d'un Didier Deschamps qui a "aussi énormément d'ambition." Steve, comment se déroule cette reprise en Bretagne ? On a repris tout doucement - mais sûrement - après le reste du groupe. Tout se passe très bien ici. On a entamé la préparation physique avec du foncier et du renforcement musculaire, tout en touchant un peu le ballon. Après, les vacances ne durent jamais bien longtemps, mais on a la chance de jouer au foot, donc on reprend avec énormément de plaisir. Et puis ça nous permet de retrouver tous les potes et d'apprendre à connaître les nouveaux. Par contre, si on s'est tous baignés dans la mer et que c'est sympa pour la vie de groupe, je pense qu'elle doit être un peu plus fraîche qu'à Marseille... Vous parliez des nouveaux (Amalfitano, Morel, Nkoulou, Diarra et Bracigliano). Que pouvez-vous nous dire à leur sujet ? J'en ai côtoyé la plupart pendant pas mal de temps sur les terrains. Maintenant, il faut aussi bien connaître les hommes, mais ils ont l'air de bons mecs, très calmes et très gentils. J'ai vraiment hâte de mieux les connaître et que tout le groupe vive bien, pour qu'au final on réussisse à atteindre les objectifs du club. Et Alou Diarra, que vous avez connu au Havre... Je le connais bien, et depuis longtemps. Au Havre, il était en équipe première quand moi j'étais en réserve et on s'est retrouvés en sélection à l'Euro 2008. C'est un plaisir de le retrouver. Parce que c'est quelqu'un de bien et un renfort de qualité, sur le terrain et en dehors. Et il a un bon état d'esprit et une envie de toujours gagner qu'il peut faire partager aux autres. C'est donc vraiment une bonne chose. Justement, le fait de recruter un leader comme lui peut-il vous retirer un peu de pression inhérente au brassard de capitaine ? Je n'ai jamais eu trop de pression par rapport à mon rôle de capitaine. Maintenant, je sais que j'ai des obligations et que je me dois d'être irréprochable. Mais plus il y a de leaders, de garçons comme ça sur qui on peut compter, mieux c'est. Je pense aussi à Benoît Cheyrou, qui a de l'emprise sur le groupe, à Souley Diawara ou Edouard Cissé, autant de joueurs qui peuvent m'épauler à ce niveau-là. Avez-vous envisagé un départ à l'intersaison ? A titre personnel, il faut toujours savoir faire le bilan et se poser des questions. Savoir quelle orientation donner à sa carrière, s'il faut partir ou rester, s'il y a de bonnes opportunités... Donc, sincèrement, oui, on se pose ces questions-là. Mais pour moi, la bonne chose à faire était de rester à Marseille. Parce que je m'y sens bien, que le club est ambitieux, que le coach est resté et qu'il a lui aussi énormément d'ambition. Avec tous ces éléments-là, mais aussi par rapport à certains contacts qui, même s'ils n'ont pas abouti, n'étaient de toute façon pas allés bien loin, c'était donc mieux de rester. Et je suis content de cette décision. Maintenant j'espère encore faire de belles saisons et gagner des titres, parce que c'est mon objectif numéro 1. "Marseille doit jouer sur tous les tableaux" On a évoqué la prolongation de Didier Deschamps, alors que, dans le même temps, Vincent Labrune a remplacé Jean-Claude Dassier à la tête du club. Qu'est-ce que cela vous inspire ? Pour nous, les joueurs, ça ne change pas forcément grand-chose. Après, c'est vrai que pour moi ça a été un peu une surprise parce que je l'ai appris alors que j'étais en Ukraine avec l'équipe de France. Mais au niveau de l'organisation, je pense que si l'actionnaire majoritaire Margarita Louis-Dreyfus l'a décidé, c'est qu'elle estime que c'est pour le bien du club, pour qu'il continue à avancer et à progresser. Continuer à avancer, cela passe par la reconquête du titre de champion ? Il faut avant tout se qualifier pour la Ligue des champions, c'est l'objectif prioritaire. Après, un club comme Marseille se doit de jouer sur tous les tableaux, et donc le titre. Je ne pense pas trahir un secret en disant que le club veut finir devant... Un objectif conditionné à un meilleur début de saison que l'an dernier (deux défaites lors des deux premiers matches de L1, ndlr), alors que vous allez véritablement débuter ce nouvel exercice par le Trophée des champions face à Lille, à Tanger (le 27 juillet)... Oui, c'est notre premier match officiel. On s'attend à un match compliqué face au champion en titre, une équipe lilloise qui a énormément de qualités. Mais on a toujours l'ambition de gagner des trophées. J'espère, comme l'an passé à Tunis (0-0, victoire aux pénaltys face au PSG, ndlr), que l'on pourra encore compter sur le soutien de nos supporters, qui sont toujours très présents où que l'on aille. En ce qui concerne notre entame la saison dernière, c'est vrai qu'on était parti avec six points de retard. Mais là on va tout faire pour prendre un maximum de points dès le début car ce qui est pris n'est plus à prendre. Vous évoquiez les Lillois, que pensez-vous de la concurrence, relevée, de la saison de Ligue 1 à venir, notamment avec l'arrivée d'investisseurs qatariens au PSG ? Je pense que c'est une bonne chose pour notre championnat. Car c'est bien d'avoir plusieurs équipes compétitives, ça relève le niveau. On va jouer des matches de haut niveau chaque week-end, que ce soit contre Paris, Lyon, Lille ou encore Bordeaux. C'est donc bien pour nous et pour le championnat de Ligue 1. Reconquérir votre place de numéro 1 dans le but des Bleus fait-il également partie de vos objectifs ? Je n'ai jamais rien revendiqué. Pour le moment, la hiérarchie est établie. Hugo (Lloris) est devant et il est performant. A moi d'être bon, régulier et performant avec l'OM. Ce n'est pas un manque d'ambition, mais ma priorité, c'est Marseille. Après il y a l'Euro 2012 en ligne de mire et si je veux faire partie du groupe, ça passe par de grandes performances avec Marseille.