Manchester United, titre et record

  • A
  • A
Manchester United, titre et record
Partagez sur :

Un point suffisait, et Manchester United a fait le nécessaire samedi sur la pelouse des Blackburn Rovers pour décrocher un nul (1-1) qui lui offre le titre de champion d'Angleterre avant même la suite de cette 37e journée de Premier League. Abandonné la saison dernière à Chelsea, ce titre est le 19e de l'histoire des Red Devils, un record en Premier League !

Un point suffisait, et Manchester United a fait le nécessaire samedi sur la pelouse des Blackburn Rovers pour décrocher un nul (1-1) qui lui offre le titre de champion d'Angleterre avant même la suite de cette 37e journée de Premier League. Abandonné la saison dernière à Chelsea, ce titre est le 19e de l'histoire des Red Devils, un record en Premier League ! C'est à la fin du bal que l'on paie les musiciens, rappelait Patrice Evra au coeur d'un mois d'octobre qui n'avait pas encore vu Manchester United prendre son rythme de croisière, contrairement à Chelsea qui caracolait alors en tête de la Premier League. Rétribués plus qu'aucune autre équipe d'Angleterre ces deux dernières décennies, les Red Devils peuvent dès aujourd'hui passer à la caisse. Avant même la 38e et dernière journée de la saison, Manchester United, après avoir définitivement écarté de la course Chelsea le week-end dernier, a ainsi mis la main samedi à Ewood Park, là même où il avait abandonné son bien aux Blues la saison dernière, sur le 19e titre de champion d'Angleterre de son histoire, un de plus que Liverpool dont le compteur reste désespérément bloqué depuis 1990. Un nouveau record au Royaume. Un titre qui est aussi le 12e de Sir Alex Ferguson depuis son arrivée en 1986, l'emblématique manager écossais de MU qui, une nouvelle fois, a fait l'étalage de sa science pour mener son équipe au sommet, management symbolisé par sa gestion du cas Wayne Rooney, prêt à faire ses valises en octobre avant de réaffirmer sa foi en l'échange d'un salaire revu à la hausse. Bien lui en a pris puisque ce dernier a offert samedi le titre à son équipe en ne tremblant pas au moment d'égaliser sur penalty face à Blackburn (1-1). Un nul qui suffit au bonheur des Red Devils, lesquels auront construit leur sacre à domicile (52 points pris sur 54 possibles !) à défaut d'avoir brillé à l'extérieur cette saison en championnat (pour la première fois depuis Liverpool en 1977, le champion n'aura gagné que cinq matches à l'extérieur, pour un total de 25 points, le plus faible de l'histoire de MU depuis l'instauration de la Premier League). Wembley pour une revanche Jamais sereins cette saison loin de leur "Théâtre des Rêves", Ryan Giggs, lui aussi titré pour la 12e fois sous le maillot mancunien, et ses coéquipiers n'auront pas fait exception samedi à Ewood Park. Malgré une nette domination en début de match, preuve en est cette tête sur la barre de Nani (4e), les Red Devils concèdent en contre le premier but de la rencontre, oeuvre d'Emerton à la réception d'un centre d'Olsson sanctionnant la fébrilité de Kuszczak, invité à prendre le relais de Van der Sar (20e, 1-0). A l'heure de se prononcer sur le Manucunien de la saison, Giggs n'avait su, à juste titre, sortir du lot qu'un seul homme, saluant les passes de Nani, les buts de Berbatov, la première saison exceptionnelle de Hernandez, le retour au sommet de Valencia, la constance de Van der Sar ou encore l'assurance de Vidic. Samedi, le défenseur serbe se sera montré coupable d'une grande passivité sur l'ouverture du score adverse, Van der Sar n'était pas là, Hernandez trop maladroit, Nani trop discret, Berbatov sur le banc et Valencia dominé de la tête par Olsson, pas loin de doubler la mise (65e). Finalement, comme tout au long de cette saison, le mérite des Mancuniens aura été de ne jamais abandonner la pression, jusqu'à être récompensé d'un penalty pour une faute de Robinson sur Hernandez. Oublié par Giggs dans son palmarès, lequel n'a jamais digéré son vrai-faux départ lui l'homme d'un seul club, Rooney se chargera donc avec succès de la sentence pour envoyer ses diables de coéquipiers au paradis. "C'est toujours spécial de remporter le championnat mais ça l'est encore plus quand vous ne l'avez pas remporté la saison précédente, expliquait Giggs à la veille de la rencontre. Vous êtes un peu plus sous pression pour le reconquérir. Chelsea avait si bien démarré que certains doutaient de nos chances. C'est une belle manière de conclure ce que nous espérons être une très belle saison." Une saison qui pourrait prendre une autre ampleur encore en cas de victoire en finale de la Ligue des champions. Rendez-vous contre le FC Barcelone, pour une revanche de l'édition 2009, le 28 mai prochain à Wembley, là où Manchester United a connu jusqu'alors le seul accroc de sa saison, en demi-finale de la Cup contre Manchester City.