Manchester s'est régalé

  • A
  • A
Manchester s'est régalé
Partagez sur :

A défaut de suspense, Manchester United a offert un joli spectacle à son public d'Old Trafford mercredi en demi-finale retour de la Ligue des champions face à Schalke (4-1). Déjà vainqueurs en Allemagne (2-0), les hommes de Sir Alex Ferguson, qui avait pourtant largement fait tourner son effectif, n'ont jamais tremblé face à une équipe allemande courageuse mais limitée. Les Red Devils rejoignent donc Barcelone en finale.

A défaut de suspense, Manchester United a offert un joli spectacle à son public d'Old Trafford mercredi en demi-finale retour de la Ligue des champions face à Schalke (4-1). Déjà vainqueurs en Allemagne (2-0), les hommes de Sir Alex Ferguson, qui avait pourtant largement fait tourner son effectif, n'ont jamais tremblé face à une équipe allemande courageuse mais limitée. Les Red Devils rejoignent donc Barcelone en finale. Manchester United n'a pas fait dans le détail. Parfaitement lancés par un match aller totalement maîtrisé et remporté 2-0, les Mancuniens n'ont pas lâché prise pour ce match retour à Old Trafford. Signe d'une confiance extrême, Sir Alex Ferguson, pourtant privé de Rooney sur blessure, a laissé sur le banc Evra, Vidic, Chicharito ou encore Giggs et Ferdinand en tribune ! Le choix était donc clair: laisser les cadres au repos afin de préparer au mieux la rencontre de championnat, véritable finale, face à Chelsea dimanche... Un choix judicieux puisque les Valencia, Gibson et Berbatov ont parfaitement assuré. En face, les équipiers de Raul ont effectivement débuté la rencontre pied au plancher, effectuant un gros pressing. Farfan en profite pour placer une frappe un peu trop croisée (8e) et voilà Manchester United qui reprend doucement mais assurément les commandes de la rencontre. Si le slalom de Berbatov est vain (13e), si Nani gâche un contre rondement mené (25e), ce n'est que partie remise. Et suite à une balle perdue, le contre est fulgurant, Gibson lance parfaitement Valencia qui ne laisse aucune chance à Neuer (1-0, 26e). Le Théâtre des rêves exulte une première fois. A peine le temps de « choquer » les pintes que suite à une touche rapide de Rafael, Valencia sert Gibson qui trompe un Neuer loin d'être impeccable sur le coup (2-0, 31e). Schalke ne peut que constater les dégâts et profiter de chaque opportunité à fond. Une volonté récompensée avec Jurado, l'un des seuls au niveau, qui profite d'une grossière erreur de relance pour placer une frappe puissante (2-1, 35e). Le match s'emballe alors et dans la minute, Valencia dribble Neuer mais Höwedes sauve sur sa ligne (35e) ! Anderson y va de son doublé Ralf Rangnick ne veut pas faire les choses à moitié et lance à la reprise Edu en lieu et place de Baumjohann (46e). Un choix encore plus offensif matérialisé par quelques mouvements intéressants et cette frappe contrée de Farfan (50e). Malgré tout, les Red Devils ne sont pas pour autant déstabilisés et suite à un joli mouvement collectif, Anderson place une belle reprise que Neuer détourne main opposée (55e). Sous les yeux de Pep Guardiola, visiteur particulièrement intéressé, Manchester United maîtrise tranquillement les débats. Légèrement dominateur mais sans se créer d'occasion, Schalke voit les minutes passer et ses espoirs déjà faibles devenir quasi-inexistants. Cela n'empêche pas Rangnick d'envoyer Huntelaar au front (70e). Abondance d'attaquants ne suffit cependant pas. Et Smalling, un défenseur, marque en position de hors-jeu (71e) avant qu'Anderson n'inscrive le troisième but de son équipe (3-1, 72e). Les Red Devils accélèrent quand ils veulent et se régalent face à une formation allemande coupée en deux. Cela explique peut-être la sortie de Farfan remplacé par un Matip au profil bien plus défensif (75e). Cela ne suffit pas à endiguer les déferlantes rouges et sur un bel appel, Berbatov offre un caviar à Anderson (4-1, 77e). Dominé, Schalke aura eu le mérite de ne jamais abdiquer. Une volonté énorme mais insuffisante face à des Red Devils qui évoluent un cran au-dessus. Le mot de la fin revient à Owen qui contraint Neuer à une ultime parade (90e+1). Pour la troisième fois en quatre ans, Manchester United se hisse en finale de la Ligue des champions. Ce n'est pas un hasard.