Manchester City, enfin !

  • A
  • A
Manchester City, enfin !
Partagez sur :

En attendant la finale de la Ligue des champions qui opposera dans deux semaines Manchester United au FC Barcelone, le temple londonien de Wembley s'est offert à Manchester City, samedi, à l'issue de la finale de la Coupe d'Angleterre. Grâce à un but de Yaya Touré peu avant le dernier quart d'heure, les Citizens ont dominé les Potters de Stoke City (1-0), mettant ainsi un terme à 35 années de disette.

En attendant la finale de la Ligue des champions qui opposera dans deux semaines Manchester United au FC Barcelone, le temple londonien de Wembley s'est offert à Manchester City, samedi, à l'issue de la finale de la Coupe d'Angleterre. Grâce à un but de Yaya Touré peu avant le dernier quart d'heure, les Citizens ont dominé les Potters de Stoke City (1-0), mettant ainsi un terme à 35 années de disette. 400 millions d'euros dépensés sur le marché des transferts en trois ans et enfin un trophée, Manchester City a décroché samedi la Coupe d'Angleterre aux dépens de Stoke City (1-0), justifiant enfin une partie du fol investissement consenti par le conglomérat Abu Dhabi United Group du Cheikh Mansour Ben Zayed Al Nahyan. Un titre que les supporters des Citizens attendaient depuis 1976 et un triomphe en finale de la Coupe de la Ligue au parfum oublié. Une cinquième Cup, la première depuis 1969, soulevée - ironie du sort - le jour même du sacre de Manchester United en Premier League... Avec son armada bâtie à coups de millions d'euros émiratis, Manchester City avait il est vrai la faveur des pronostics, ce samedi, dans un stade de Wembley qui dans quinze jours accueillera les Red Devils, finalistes de la Ligue des champions face aux Blaugranas du FC Barcelone. Aussi les troupes de Roberto Mancini ont-elles rapidement pris l'initiative des débats. Dans la première demi-heure, Tevez (5e), Touré (11e), Balotelli (24e) et même Kompany (30e) tentent tour à tour de tromper la vigilance d'un solide Sorensen. En vain. La maladresse de l'attaquant italien et celle de l'Espagnol Silva, auteur d'une reprise de volée topée au-dessus du but du portier danois (35e), offrant du reste un sursis aux Potters avant la pause. Dépourvu de réelles qualités techniques mais diablement efficace dans l'impact physique, Stoke City s'en remet d'abord à une poignée de coups de pied arrêtés lointains et excentrés pour semer le trouble dans la défense adverse. Une stratégie limitée qui pousse les hommes de Tony Pulis à porter davantage le ballon en seconde période. A raison puisque dans la foulée d'un contre vendangé par Silva (56e), les Potters s'offrent enfin une occasion de but: un face-à-face entre Jones et Hart remporté par le dernier rempart anglais (62e). Mais alors que l'inspiration semble avoir définitivement fui les Citizens, le match bascule à l'approche du dernier quart d'heure. Auteur de son premier geste décisif dans cette partie, Balotelli, trouve subtilement Tevez sur le côté gauche de la surface, avant de reprendre précipitamment le centre de l'Argentin. Contrée, la frappe glissée de l'ancien intériste échoue dans les pieds de Yaya Touré, lequel ne laisse aucune chance à Sorensen et ses filets (1-0, 74e). La 140e édition de la Cup a choisi son camp. 35 ans après, alors que Manchester United célèbre un 19e sacre record, Manchester City va pouvoir rouvrir son armoire à trophées. Celle de Stoke City reste fermée sur la seule Coupe de la Ligue soulevée en 1972. Mais les Potters, repêchés par la participation assurée des Skyblues à la C1, joueront tout de même l'Europe la saison prochaine.