Malzieu: "On a fait un pas..."

  • A
  • A
Malzieu: "On a fait un pas..."
Partagez sur :

De retour à l'aile de l'ASM lors de la 24e journée, Julien Malzieu a participé à la victoire de son équipe au Stade de France samedi contre le Stade Français (12-20) en inscrivant un essai, son dixième de la saison. Un succès loin de Marcel-Michelin attendu depuis août en Auvergne qui permet aux champions de France en titre d'entrevoir la phase finale.

De retour à l'aile de l'ASM lors de la 24e journée, Julien Malzieu a participé à la victoire de son équipe au Stade de France samedi contre le Stade Français (12-20) en inscrivant un essai, son dixième de la saison. Un succès loin de Marcel-Michelin attendu depuis août en Auvergne qui permet aux champions de France en titre d'entrevoir la phase finale. Julien, ce match ne l'auriez-vous pas perdu il y a quelques semaines ? Si, exactement. Ça ne s'est joué à rien. Jusqu'à la fin, on a vu que c'était tendu. On a marqué quand il fallait, on ne s'est pas excité. Il y a des leaders sur le terrain qui font qu'à chaque fois les bonnes décisions sont prises. Quand tout le monde se met au diapason de ce que les leaders de jeu souhaitent, ça roule. Après, il y a des erreurs. Mais on ne va retenir que la victoire. Sentez-vous une montée en puissance de l'ASM en cette fin de saison ? Je ne sais pas... On a été catastrophique cette saison à l'extérieur. Il a fallu attendre la troisième journée avant la fin de la saison pour venir gagner ici à Paris. Je ne sais pas si c'est une montée en puissance mais c'est une victoire qui va nous faire du bien. On été un peu les loosers des matches à l'extérieur et j'espère qu'on a un peu conjuré le sort aujourd'hui. Expliquez-nous votre essai ? Qu'est-ce que vous voulez que je vous raconte ? Ce sont les avants qui jouent bien. On annonce un temps de jeu avec une passe de Brock (James) pour l'ailier. Brock voit que l'ailier et l'arrière (parisiens, ndlr) sont complètement sur le milieu du terrain, du coup il m'adresse une magnifique passe au pied. C'est le genre d'action que l'on répète longuement à l'entraînement. Moi, je n'avais plus qu'à l'attraper et marquer l'essai tout simplement. Ça fait plaisir d'être de retour. Les sensations sont revenues. Même si après un mois et demi sans compétition, il me manque un peu de rythme. Il me reste trois semaines pour être bon physiquement et être prêt pour les phases finales si on se qualifie. A ce moment, avez-vous pensé que le match serait plus facile ? On s'est rendu le match difficile. On a perdu énormément de ballons. On a voulu faire la passe de trop, on a voulu marquer trop rapidement au lieu de poser le jeu et d'enchaîner les temps de jeu. Résultat, on a pris des contres, notamment un de 80 mètres. C'est un match assez médiocre de notre part mais on avait pour objectif de gagner aujourd'hui, c'est fait. On va se contenter de la victoire même si sur le terrain il y a eu pas mal de mauvaises choses. On va regarder ça à la vidéo pour éviter de reproduire ça la semaine prochaine contre La Rochelle. Accueillez-vous cette victoire, qui vous permet d'avoir un premier pied en phase finale, comme un soulagement ? Un pied, je ne sais pas... Il nous fallait deux victoires sur les trois derniers matches. Pour le moment, on en a une. Il nous en faut encore une. On a fait un pas c'est sûr vers la phase finale mais dire qu'on y est déjà, non. On n'a pas envie de se projeter vers ça.