Malouda reste droit

  • A
  • A
Malouda reste droit
Partagez sur :

Florent Malouda devrait débuter sur le côté droit les deux prochains matches de l'équipe de France, vendredi en Albanie puis le mardi suivant en Roumanie. Alors que son poste de prédilection, l'aile gauche, sera normalement occupée par Franck Ribéry, le Guyanais ne s'en offusque pas. Dans le souci de préserver le collectif, et rassuré par les consignes très libres de Laurent Blanc, le milieu de Chelsea garde le sourire.

Florent Malouda devrait débuter sur le côté droit les deux prochains matches de l'équipe de France, vendredi en Albanie puis le mardi suivant en Roumanie. Alors que son poste de prédilection, l'aile gauche, sera normalement occupée par Franck Ribéry, le Guyanais ne s'en offusque pas. Dans le souci de préserver le collectif, et rassuré par les consignes très libres de Laurent Blanc, le milieu de Chelsea garde le sourire. "Je vais bien, tout va bien". Surtout, "je joue, donc tout va bien". Tel est le leitmotiv de Florent Malouda, qui ne réclame rien et devrait jouer à droite, vendredi en Albanie puis trois jours plus tard en Roumanie. Le retour en grâce de Franck Ribéry devrait permettre au Munichois de débuter à son poste de prédilection, sur le côté gauche. Une faveur retrouvée, qui peut laisser penser à une certaine hiérarchie entre les milieux de terrain de l'équipe de France. Car comme le dit Malouda, "moi aussi j'aime bien jouer à gauche, depuis longtemps. Mais il ne faut pas en faire tout un plat". On ne jurerait pas que Ribéry se plaindrait de débuter à droite. Ce qui est certain en revanche, c'est que l'ancien Lyonnais, lui, ne moufte pas d'être exilé. Et que ça doit bien arranger Laurent Blanc, au fond. Fataliste, Malouda, ou soucieux de préserver le collectif ? Un peu des deux, sûrement. "On ne joue pas ensemble depuis peu, ça fait longtemps qu'on est dans cette situation. J'ai aussi mon poste préférentiel, mais je joue là où on me dit de jouer. Il ne faut pas se fixer là-dessus, ce n'est vraiment pas un problème." Sauf qu'à force de voir les questions s'accumuler sur le sujet, le Guyanais est conscient qu'il pourrait légitimement réclamer certaines choses. "Je suis un peu une exception à la règle", lâche-t-il en guise de justification. Pas dupe, il esquissait également un sourire lorsqu'on lui faisait remarquer que Laurent Blanc voulait "placer les joueurs à leur vrai poste pour les mettre dans les meilleures dispositions". "Ne pas rester bloqué dans un carcan" Décidé à ne pas faire de vagues et fidèle à lui-même, Malouda a toujours arboré un très large sourire mercredi, au moment de répondre aux journalistes. Pas complètement maso non plus, l'homme aux 69 sélections assure que Blanc n'enferme pas ses milieux excentrés dans un schéma trop restrictif, loin s'en faut. "Il y a une vraie liberté, il ne faut pas rester bloqué dans un carcan gauche-droite." A ce niveau aussi, les déplacements en Albanie et en Roumanie constitueront un test: si l'Euro 2012 débutait dans quelques jours, Ribéry et Malouda seraient bien sûr favoris pour occuper les postes de titulaires sur les ailes. De leur capacité à s'entendre et à permuter sans se marcher dessus, dépend forcément une grande partie de la réussite de l'équipe de France. "Il faut faire des efforts supplémentaires au niveau de l'adaptation, mais je pense que j'ai le niveau pour le faire. Sinon, on ne me le demanderait pas." Avec un Ribéry repenti et un Malouda toujours calme et prompt à tout dédramatiser, difficile d'imaginer l'ombre d'un malentendu entre ces deux joueurs d'expérience, qui restent les plus capés du groupe avec Eric Abidal (69 sélections pour Malouda, 56 pour Abidal, 52 pour Ribéry). Les dernières rumeurs de transfert qui envoient le Bavarois à... Chelsea ? "Si vous commencez à citer le Sun, on n'a pas fini... Toutes ces supputations vont prendre fin mercredi à minuit." Pas la peine non plus de chercher des noises à Malouda à propos de sa discussion avec le sélectionneur, après l'entraînement de la journée. "On a parlé du match à venir, tout simplement. On a un peu évoqué le Barça aussi, on aimerait bien jouer comme eux... C'était une discussion normale. Il n'y a pas de mise au point ou de règlement de compte." "Je vais bien, tout va bien": après tout, l'équipe de France n'a pas spécialement besoin que le sage Malouda se comporte autrement.