Malaga à l'assaut du Barça

  • A
  • A
Malaga à l'assaut du Barça
Partagez sur :

Une crise de croissance. Malaga se structure petit à petit comme le club que le Sheikh Abdullah Al-Tani, qui a racheté le club l'été dernier, entend développer. Avec un Manuel Pellegrini qui a pris la suite de Jesualdo Ferreira, le club andalou s'est particulièrement distingué lors du mercato en engageant notamment Demichelis, Baptista ou Maresca. De là à concurrencer le Barça dimanche lors de la 19e journée, il y a un monde.

Une crise de croissance. Malaga se structure petit à petit comme le club que le Sheikh Abdullah Al-Tani, qui a racheté le club l'été dernier, entend développer. Avec un Manuel Pellegrini qui a pris la suite de Jesualdo Ferreira, le club andalou s'est particulièrement distingué lors du mercato en engageant notamment Demichelis, Baptista ou Maresca. De là à concurrencer le Barça dimanche lors de la 19e journée, il y a un monde. Malaga, le nouveau riche a pris son temps. S'il y avait déjà eu une première vague d'arrivées l'été dernier sous la houlette d'un Jesualdo Ferreira qui ne jurait que par l'attaque, le club andalou en a remis une couche, plus conséquente en termes de joueurs reconnus, lors du mercato d'hiver. On imagine que Manuel Pellegrini, qui a pris la main début novembre, n'y est pas pour rien. Car Malaga a dégainé sec lors de ce mercato hivernal avec notamment Martin Demichelis (Bayern Munich), Julio Baptista (AS Roma) ou un Maresca libre qui ont débarqué. Un coup d'accélérateur qui n'aura évidemment échappé à personne. D'autant que le club a également engagé Nacho Camacho et Sergio Asenjo en provenance de l'Atletico. Moins connus, ils ne seront pas moins utilisés ! Et ce n'est pas tout puisque Mahamadou Diarra (Real Madrid) et Gaby Milito (Barcelone) sont proches de se joindre à ce projet ambitieux. Les deux hommes ont un profil semblable à celui de Demichelis ou Baptista, à savoir qu'ils ne jouaient quasiment plus et qu'ils ont un grand besoin de se relancer. Barcelone les fait rêver Si Manuel Pellegrini a débarqué c'est d'abord et avant tout parce que l'équipe volontairement portée vers l'offensive manquait d'équilibre global et d'efficacité défensive. Le Chilien, également connu pour la qualité du jeu développé par ses équipes, impose sa patte petit à petit. L'équipe a bien failli remporter deux succès de rang lors des deux dernières journées (2-1 face à Gijon) et (1-1 contre Bilbao avec une égalisation des Basques dans le temps additionnel. Au classement, le club pointe à la 16e place avec 4 longueurs d'avance sur le premier relégable ce qui représente un matelas encore trop peu épais. D'autant que c'est un déplacement au Camp Nou, dimanche, qui se profile à l'horizon. "Ça va être une rencontre difficile. On y va avec notre philosophie de jeu, notre mentalité et l'idée de prendre les 3 points. Face à une équipe de ce calibre ce sera difficile mais pas impossible", explique Rondon sur le site du club. De son côté, Demichelis, buteur face à Bilbao mais coupable sur le but égalisateur, avoue se sentir parfaitement à l'aise et totalement intégré. L'international argentin, qui avait croisé Pellegrini à River Plate, vient pour apporter son expérience. En ce sens, il avoue dans les colonnes de Marca qu'il convient d'être "sincère et réaliste" avant le déplacement à Barcelone et que "statistiquement il y a peu de chance de marquer des points." De toute manière, le Barça du trio de Messi, Xavi et Iniesta, le podium du dernier Ballon d'Or, emporte effectivement tout sur son passage. Ce n'est pas sur ce match que Malaga sera jugé.