Makelele: "Du 50-50"

  • A
  • A
Makelele: "Du 50-50"
Partagez sur :

Vainqueur de sa première Coupe de France l'an passé, Claude Makelele espère bien réussir à conserver le trophée, samedi soir face à Lille au Stade de France. Le capitaine du PSG, qui prendra sa retraite à la fin de la saison, veut tout mettre en oeuvre pour que les attaquants lillois, à commencer par Hazard et Gervinho, "ne puissent pas s'exprimer" sur la pelouse dyonisienne.

Vainqueur de sa première Coupe de France l'an passé, Claude Makelele espère bien réussir à conserver le trophée, samedi soir face à Lille au Stade de France. Le capitaine du PSG, qui prendra sa retraite à la fin de la saison, veut tout mettre en oeuvre pour que les attaquants lillois, à commencer par Hazard et Gervinho, "ne puissent pas s'exprimer" sur la pelouse dyonisienne. Claude, vous allez certainement disputer la dernière finale de votre carrière samedi soir. A quoi vous attendez-vous ? Une finale c'est toujours bon à prendre, même par rapport à mon palmarès. C'est aussi ma dernière aussi et ça serait exceptionnel de réussir à l'emporter à nouveau. Quelle influence aura cette rencontre au niveau du championnat, notamment pour ces Lillois qui occupent la tête du classement à trois journées de la fin ? Les Lillois ont une très bonne équipe et ils sont bien partis pour être champions. On s'attend donc à un match très difficile, face à une équipe très déterminée. Et je ne pense pas qu'ils vont négliger cette rencontre, car ils sont tout près d'un trophée. Ce sera donc du 50-50, mais on n'aura pas de regrets si on perd ce match-là. Paris, qui a disputé six finales au Stade de France lors des neuf dernières années, est un véritable spécialiste des Coupes. Comment expliquez-vous cela ? C'est vrai que Paris a l'habitude d'aller en finale. Je pense que la Coupe est ici une institution et qu'on la joue toujours à 100%, et c'est pourquoi on revient assez souvent en finale. Ça serait vraiment bien qu'on puisse défendre notre titre, une très bonne récompense par rapport à notre saison. "On ne pourra pas se permettre de défendre uniquement" Vous avez également, à titre personnel, connu beaucoup de succès dans différentes compétitions à élimination directe, notamment en Espagne et en Angleterre. Quel est votre secret ? Je n'ai pas de remède particulier. Et une finale, ce n'est pas une question d'habitude. On les joue d'abord pour les gagner et c'est frustrant de perdre, je sais de quoi de je parle. Je pense surtout à ceux qui n'ont pas connu ça, et ça serait une bonne chose pour eux d'y goûter. Après personnellement je n'ai pas de stress, je l'aborde comme j'ai toujours abordé les finales en espérant enrichir mon palmarès. Et même si j'en ai eu des mieux que ça (sic), c'est très important. Que vous inspire cette formation lilloise ? C'est un groupe très soudé, avec une qualité de jeu, défensive et offensive, énorme. Ils l'ont prouvé depuis le début de saison. En plus, ils ne prennent pas beaucoup de buts, ils ont une attaque très performante et efficace, avec Gervinho et Hazard notamment. Mais une finale c'est avant tout ne pas prendre de buts et réussir à en marquer, on va donc faire en sorte qu'ils ne puissent pas s'exprimer. On dit souvent que Lille et le PSG pratiquent le jeu le plus attrayant de l'élite. Ne risque-t-on pas néanmoins d'assister à un match fermé samedi soir ? C'est rare de voir énormément de buts en finale mais vu notre jeu, on ne pourra pas se permettre de défendre uniquement. Ça sera une belle finale. Estimez-vous pour finir que le PSG se présentera en position d'outsider au Stade de France ? Depuis le début de saison, on n'a pas fait profil bas. On est capables de surmonter les difficultés et on l'a prouvé. Là, on est encore en finale, face à une équipe de Lille qui nous prend très au sérieux. Je le répète, c'est du 50-50.