Mahinmi successeur de Parker

  • A
  • A
Mahinmi successeur de Parker
@ REUTERS
Partagez sur :

NBA - Le joueur français a été sacré champion NBA avec les Dallas Mavericks, dimanche.

Ian Mahinmi n'est pas le plus connu des basketteurs français évoluant en NBA. Il n'a ni le nom de Noah ni le palmarès de Parker. Mais depuis dimanche, le natif de Rouen est devenu le deuxième Français à devenir champion NBA, après la victoire des Dallas Mavericks sur le parquet du Miami Heat (105-95). IL partage cet honneur avec l’ancien meneur de Cholet Rodrigue Beaubois, qui, blessé en début de saison puis écarté peu à peu de l'équipe, n'a pas joué une seule minute des play-offs mais qui est tout de même sacré champion.

"C'est extraordinaire, c'est incroyable", n’a cessé de répéter Mahinmi dans le vestiaire, où l'heure était à la joie la plus totale chez les Texans. "Je fais un des meilleurs matches de ma vie en finale NBA, c'est magique."

D’une Ligue mineure à la bague de champion

Mahinmi, qui n'a joué que trois matches sur six lors des ces Finales 2011 (à 3 points et 1,7 rebonds de moyenne), n'a pas pesé autant dans la conquête du titre que "TP" avait pu le faire avec ses les Spurs en 2003, 2005 et 2007. Loin de là. Mais l'intérieur tricolore, (très) solide gaillard de 2,11 m pour 104 kg, a apporté son écot à la victoire finale de Dallas, dimanche, avec 4 points, 3 rebonds et un panier très important en fin de troisième quart-temps, qui a permis aux Mavericks de compter neuf points d’avance.

Mahinmi inscrit un panier au buzzer :

Comme un clin d'oeil de l'histoire, Mahinmi a débarqué en NBA quelques semaines après le dernier titre de Parker en NBA. Drafté par les Spurs en 2005 – un peu à la surprise générale -, il a évolué deux saisons supplémentaires en Pro A, "prêté" au Havre, son club formateur, en 2005-06, puis à Pau en 2006-07.

Aux Spurs, il ne s’impose pas. En 2007-08, il ne joue que six matches avant d'être envoyé en NBDL, la Ligue de développement de la NBA, sorte de Ligue 2, où il affûte ses qualités de ce que les Américains appellent un "energy player", soit un basketteur prêt à mourir sous le panneau pour un rebond. Après avoir passé l'intégralité de la saison suivante en NBDL, il réintègre l'effectif des Spurs en 2009-10. Et s'il joue un peu plus de matches (26), ses statistiques peinent toujours à décoller (3,9 pts, 2 rbds), malgré quelques actions d'éclat.

Mahinmi réalise une séquence incroyable contre New Jersey :

L'été dernier, il rejoint Dallas dans le rôle de 3e pivot, en résumé "le remplaçant du remplaçant". Peu utilisé en saison régulière - 8,7 minutes, soit plus, quand même, qu'à San Antonio - il peine à dépasser les 3 points et 2 rebonds par match. La blessure du pivot n°2, Brendan Haywood, lui offre l'opportunité de se montrer lors des finales. Il la saisit, au rebond bien sûr, lors de ce match décisif, récoltant même les lauriers de son entraîneur, Rick Carlisle, lors des discours d’après-match.

"On est champion. J'ai fait un gros match. Devant ma famille. Que demande le peuple ? Ce sont des moments inoubliables." Des moments inoubliables, Mahinmi aimerait sans doute en vivre aussi avec un autre maillot bleu, celui de l'équipe de France, cette fois. Sauf surprise, Vincent Collet devrait convoquer le tout nouveau champion NBA dans le groupe des 14 joueurs appelés à disputer l'Euro, du 31 août au 18 septembre prochain. Pour un doublé historique ?