Magnussen doré, Meynard bronzé

  • A
  • A
Magnussen doré, Meynard bronzé
Partagez sur :

Grandissime favori après ses performances en relais et en demies, James Magnussen a remporté jeudi le 100 m nage libre, course reine de ces Mondiaux de Shanghai, en 47"63. Il devient le premier Australien sacré sur 100 m, devançant le champion du monde 2007 Brent Hayden (47"95) et le Français William Meynard (48"), qui bat le champion du monde en titre Cesar Cielo à la touche. Le deuxième Français, Fabien Gilot, termine 5e.

Grandissime favori après ses performances en relais et en demies, James Magnussen a remporté jeudi le 100 m nage libre, course reine de ces Mondiaux de Shanghai, en 47"63. Il devient le premier Australien sacré sur 100 m, devançant le champion du monde 2007 Brent Hayden (47"95) et le Français William Meynard (48"), qui bat le champion du monde en titre Cesar Cielo à la touche. Le deuxième Français, Fabien Gilot, termine 5e. Il n'a pas craqué. Révélation du relais 4x100 m australien sacré dimanche dernier, James Magnussen devait supporter la pression inhérente à ce nouveau statut et cette arrivée fracassante sur la scène internationale. Il fallait pourtant vraiment se méfier de ce grand échalas d'1,95 m pour 90 kg, déjà auteur d'un deuxième chrono sous les 48 secondes en demi-finales (47"90 après ses 47"49 pour lancer le relais "aussie"). Résistant, à l'aise sur le deuxième 50 m, le tombeur d'Eamon Sullivan aux dernières sélections australiennes (en 48"29) a réalisé un retour d'anthologie pour souffler sa deuxième médaille d'or mondiale, la première en individuelle. Le licencié de Sydney peut déjà se préparer à un retour animé... Son sacre va très probablement faire les gros titres, dans un pays fou de natation et orphelin d'une figure de proue depuis les exploits du revenant Ian Thorpe. Comme prévu, le champion du monde en titre, Cesar Cielo, avait pourtant choisi d'emballer la course, partant rapidement pour se porter à hauteur de Fabien Gilot, auteur d'un départ canon à la ligne d'eau n°8. Le Brésilien passe même en tête aux 50 mètres, devançant le Français de 16 centièmes et l'Américain Nathan Adrian de 18 centièmes. Mais les entraîneurs avaient pointé l'importance capitale du retour, devenu si difficile depuis l'interdiction des combinaisons. Le plus gros écart depuis 1991 Une nouvelle donne à laquelle Magnussen répond parfaitement, comme sorti d'une nouvelle génération, une autre école du sprint aussi. L'Australien, passé en cinquième position au virage à plus de deux dixièmes de Cielo, revient comme une bombe, emmenant dans son sillage le champion du monde 2007 (ex aequo avec l'Italien Filippo Magnini), le Canadien Brent Hayden. William Meynard, passé à la septième place, lance aussi son opération remontée. Et si Magnussen s'envole vers le titre, le Marseillais remonte ses rivaux un à un pour finalement déposer Cielo sur la ligne (48" contre 48"01). Devant, la révélation de ces Mondiaux peut exulter. Avec un chrono de 47"63, contre 47"95 pour Hayden qui se pare d'argent, le natif de Port Macquarie devient le premier Australien à devenir champion du monde du 100 m nage libre. Symbole de sa domination, l'écart de 32 centièmes sur Hayden, 37 sur Meynard, est le plus important lors d'une finale mondiale depuis la victoire de Matt Biondi en 1991 (45 centièmes d'avance sur le Suédois Tommy Werner)... Impensable il y a quelques jours encore ! Si Cesar (Cielo) est tombé, un Français demeure sur le podium de la distance reine. Après Alain Bernard, argenté en 2009, Meynard s'empare du bronze, la sixième médaille française de ces Mondiaux. "Vraiment génial", comme l'avoue le Marseillais devant les caméras de France 2, quelques secondes après Fabien Gilot, déçu par sa cinquième place finale. La performance d'ensemble est forcément porteuse de belles promesses à un an des Jeux... Une échéance où Magnussen sera désormais attendu.