Lyon reste dans le doute

  • A
  • A
Lyon reste dans le doute
Partagez sur :

Balayés à Auxerre mercredi dernier (4-0), les Lyonnais n'ont que partiellement rectifié le tir, lundi, tenus en échec sur la pelouse du Stade Brestois lors de la 36e journée de L1 (1-1). A l'ouverture du score précoce d'Ederson, les Bretons ont répondu par Licka à l'entame du dernier quart d'heure, s'octroyant ainsi un point précieux dans la course au maintien. Mercredi selon le résultat du PSG, l'OL pourrait chuter du podium.

Balayés à Auxerre mercredi dernier (4-0), les Lyonnais n'ont que partiellement rectifié le tir, lundi, tenus en échec sur la pelouse du Stade Brestois lors de la 36e journée de L1 (1-1). A l'ouverture du score précoce d'Ederson, les Bretons ont répondu par Licka à l'entame du dernier quart d'heure, s'octroyant ainsi un point précieux dans la course au maintien. Mercredi selon le résultat du PSG, l'OL pourrait chuter du podium. Après Auxerre et en attendant Caen et Monaco, l'OL était appelé ce lundi à se frotter à un autre sursitaire - un type d'adversaire redoutable et toujours difficile à cerner à l'approche du couperet. En Bourgogne, les Gones en ont fait l'expérience, repartant de l'Abbé-Deschamps les valises pleines comme jamais depuis mai 2006 et un bouillon bu à Lille (4-0). Cette fois, face aux Brestois, les Rhodaniens se sont efforcés de serrer les rangs, histoire de s'épargner une quatrième déconvenue d'affilée à l'extérieur. Ce qui n'a pas empêché l'animal blessé de mordre... Profitant de la relative apathie de leurs hôtes au coup d'envoi, les hommes de Claude Puel ont pourtant trouvé la faille dès le premier quart d'heure au stade Francis-Le Blé. A la retombée d'un corner travaillé de Pjanic, Ederson bénéficiait de la sortie hasardeuse d'Elana pour reprendre victorieusement le ballon (0-1, 15e). Une gifle pour des Finistériens qui tendaient l'autre joue dans la foulée, tandis que Källström voyait sa frappe croisée du gauche flirter avec le montant droit des buts bretons (16e). Las de constater l'impuissance des siens en ce début de match - une tendresse en partie justifiée par l'absence des cadres que sont Daf et Kantari - Lesoimier se chargeait de sonner la révolte, d'un tir sec pourtant aisément capté par Lloris (24e). Une initiative suivie d'effets puisque Grougi, sur un coup franc rentrant effleuré de la tête par le jeune Martial, manquait d'attraper la lucarne droite du portier lyonnais deux minutes plus tard (26e). Sans plus de dégâts pour un OL solide sur ses bases et renforcé par le retour de Toulalan dans l'entrejeu. Le coup de patte de Licka A l'heure de la pause, le score restait donc favorable aux visiteurs. Et le demeurait une demi-heure durant en seconde période. Hormis ce face-à-face entre Grougi et Lloris remporté dès la reprise par le gardien de l'équipe de France (49e) ou ces deux tentatives lointaines et hors cadre signées Källström (65e) et Pjanic (73e), rien ne venait en effet perturber la quiétude des tribunes de l'enceinte bretonne. Des travées qui s'embrasaient cependant lorsque Licka, entré peu auparavant et bien servi par Roux à l'entrée de la surface, expédiait une reprise du tibia droit dans les filets de Lloris (1-1, 77e). Dernier rempart rhodanien qui dans la foulée épargnait le pire aux Gones, repoussant au prix d'une jolie parade la reprise fortuite de Réveillère consécutive à un nouveau coup franc de Grougi (81e). Gomis avait beau se démener ensuite pour arracher la victoire, en contre face à Elena (82e) ou à la réception d'un corner de Pjanic (85e), le partage des points était bel et bien scellé par le coup de sifflet ultime de M. Gautier (1-1). Une libération pour des Brestois qui n'ont certes plus gagné en L1 depuis six journées mais accomplissent ainsi un petit pas supplémentaire vers le maintien, quinzièmes avec deux longueurs d'avance sur le premier relégable monégasque. Et un bien mauvais résultat pour un OL qui mercredi, selon la performance du PSG à Bordeaux, pourrait perdre sa place sur le podium. Donc compromettre son avenir européen.