Lyon-Real Madrid, y'en a pas marre

  • A
  • A
Lyon-Real Madrid, y'en a pas marre
@ MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Lyon affronte le Real pour la dixième fois en six ans, mercredi.

Vous avez l'impression que Lyon-Real est au programme de chaque soirée de la Ligue des champions depuis 2005, vous pestez parce que vous souhaiteriez voir le champion de France en titre, Lille, programmé en clair, vous avez vu le Real en passer sept à l'OL sur les deux derniers matches. Bref, vous n'avez pas très envie de suivre ce Lyon-Real, programmé mercredi soir (20h45). Europe1.fr essaie de vous montrer que vous avez peut-être tort...

Rémi Garde, en conférence de presse (930x620)

© MAXPPP

L'OL pas encore qualifié. Ce n'est pas parce que l'OL reste sur huit qualifications consécutives pour le Top 16 que le ticket pour les huitièmes de finale doit être considéré comme acquis. Avec quatre points seulement en trois matches, les joueurs de Rémi Garde (ici très concentré) ne sont que troisièmes de leur groupe et une nouvelle défaite les mettrait dans l'embarras avant de recevoir l'Ajax Amsterdam lors de l'avant-dernière journée, dans trois semaines. Le moindre point compte donc, alors que le Real, lui, serait qualifié en cas de victoire à Gerland.

Les Lyonnais à l'entraînement (930x620)

© MAXPPP

Gerland, citadelle imprenable. Si le Real reste sur deux cartons face à l'OL (3-0 en huitièmes de finale retour le 16 mars, et 4-0 en phase de groupes le 18 octobre), il n'a en revanche jamais gagné en quatre rencontres dans le Rhône (3 défaites et un nul). Mieux, les Madrilènes y ont déjà bu le bouillon (3-0). C'était le 13 septembre 2005 et Iker Casillas avait encaissé trois buts en dix minutes. A Cris et à Anthony Réveillère, qui étaient sur la pelouse ce soir-là, de montrer à leurs partenaires comment faire...

Lyon reçoit Saint-Etienne, 930

© MAXPPP

Lyon, deux derbys plus tard. Cinq jours après s'être lourdement incliné au match aller, à Santiago-Bernabeu (4-0), l'OL avait également montré ses limites sur la pelouse du champion de France en titre, le Losc (3-1). Mais, la semaine dernière, les Lyonnais ont battu leur rival Saint-Etienne à deux reprises, la première fois, mercredi, en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (2-1), la seconde fois, samedi, en championnat (2-0). Rien de tel que deux victoires dans le derby pour regonfler tout un groupe. 

Yoann Gourcuff, 930

© REUTERS

Gourcuff de retour. Fantômatique lors du match aller, comme à peu près toute son équipe, Yoann Gourcuff semble retrouver ses jambes, quinze jours après son retour. C'est d'abord un argument de poids pour convaincre les jeunes femmes de regarder cet OL-Real. C'est aussi la garantie de voir quelques gestes de grande classe, comme ce petit piqué décisif sur le deuxième but face aux Verts, samedi soir.

Le Real lessive l'Ajax

Et puis, le Real... Pour qui ne serait pas supporter de l'OL, dans Lyon-Real, il y a aussi Real. Et actuellement, les Merengue développent peut-être le plus beau jeu d'Europe, comme on a pu en avoir un aperçu à l'aller. Et puis regarder le Real, c'est avoir un oeil également sur l'avant-centre de l'équipe de France, Karim Benzema, qui devrait être titulaire sur la pelouse de Gerland, là où il s'est révélé. Une belle histoire, pour finir de vous convaincre de suivre ce Lyon-Real...