Lyon ne cache pas son jeu

  • A
  • A
Lyon ne cache pas son jeu
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Après deux saisons sans titre de champion, Lyon souhaite retrouver son rang.

LIGUE 1 - Après deux saisons sans titre de champion, Lyon souhaite retrouver son rang. LA SAISON DERNIERE Une saison historique, forcément. Et pourtant Lyon n'a rien gagné, pour la deuxième année consécutive. A peine digéré la fin de son septennat de règne, Jean-Michel Aulas décide de sortir de le portefeuille, et lâche plus de 65 millions d'euros pour recruter Gomis, Bastos, Cissokho et surtout Lisandro Lopez, recrue la plus chère de l'OL, qui ne tarde pas à rentabiliser ses 24 millions d'euros de transfert en inscrivant un triplé contre Anderlecht en Ligue des champions. La suite ? Les Gones s'imposent à Anfield, se qualifient à Bernabeu, et éliminent Bordeaux avant de voir le plus beau parcours européen de leur histoire s'achever brutalement contre le Bayern en demi-finales. A côté, Lyon abandonne dès janvier les coupes nationales à Monaco et à Lorient. Revigorés par leur succès sur la scène continentale, les hommes de Claude Puel, qui n'ont quasiment jamais été dans le coup pour le titre, naviguant souvent autour de la 4e place en championnat, terminent fort. Grâce à une victoire face au Mans (2-0) lors de la 38e journée, l'OL arrache la place de dauphin et une qualification directe pour la Ligue des champions. LE RECRUTEMENT Lyon n'échappe pas à la léthargie qui s'est répandue sur le marché français cet été. En mai, Jean-Michel Aulas promettait 20-25 millions d'euros pour recruter. Pour le moment, Lyon a simplement réalisé un joli coup en récupérant très tôt le Rennais Jimmy Briand, contre 6 millions d'euros. Depuis, l'OL cherche la perle rare, notamment un meneur de jeu. Le président lyonnais pourrait casser sa tirelire pour Yoann Gourcuff ou pour un attaquant (Gignac, Rémy ?), en cas de départ de Bafétimbi Gomis vers Fenerbahçe. Dans l'autre sens, Aulas "espérait" sept départs. On en décompte pour le moment cinq : Bodmer au PSG, Clerc en fin de contrat, Piquionne à West Ham et Govou au Panathinaïkos, rejoint il y a peu par Boumsong, dont le départ aura pour conséquence de repositionner Toulalan en défense centrale. Gomis, donc, pourrait aussi partir, tout comme Mensah et Cleber Anderson. Un dégraissage souhaité pour laisser la place aux jeunes du club, et notamment les six champions d'Europe des -19 ans : Grenier, Tafer, Lacazette, Reale, Faure et Kolodzieczak. LE JOUEUR A SUIVRE On oublierait presque qu'il n'a que 20 ans. Car Miralem Pjanic aborde déjà sa quatrième saison en Ligue 1, la troisième sous les couleurs lyonnaises. Celle de l'explosion ? Révélé sous les couleurs messines, le prodige bosnien a connu une première saison difficile à l'OL, handicapé par une fracture du péroné au mois d'octobre. Bombardé l'an passé successeur de Juninho, à la fois dépositaire du jeu et préposé aux coups de pieds arrêtés, Pjanic a souvent été aligné par Claude Puel, 35 fois en championnat et 12 fois en Ligue des champions, pour un résultat en demi-teinte. L'intéressé convient d'avoir connu "des hauts et des bas, comme [son] équipe". On retiendra notamment ses quatre buts en Ligue des champions, dont celui de la qualification face au Real Madrid. Mais Pjanic, surdoué techniquement, pourrait avoir une influence bien plus grande sur le jeu et les résultats de l'OL. Tout Gerland attend qu'il franchisse un cap. L'ENTRAINEUR Arrivé à Lyon en 2008, après le premier doublé coupe-championnat de l'histoire de l'OL réalisé par Alain Perrin, Claude Puel, qui n'est toujours parvenu à garnir la vitrine du club depuis son arrivée sur les bords du Rhône, possède toujours la confiance de Jean-Michel Aulas. Le président lyonnais voue à l'ancien entraineur du Losc une admiration sans borne, renforcée par la récente demi-finale de Ligue des champions. Mais en son for intérieur, on ne doute pas que la joie d'un titre ne lui manque pas cruellement. Comme à son habitude, Aulas a rappelé dès le début de saison les objectifs de l'OL, qui n'ont guère évolués. "On les connaissait, explique Puel. Mais c'était important de les entendre de la bouche du président. Dans les objectifs, il y a notamment ce titre de champion. Cela nous titille de le retrouver. Un titre qui sera encore plus difficile à aller chercher en raison de la concurrence, d'autant que les clubs n'ont pas changé leur effectif pour l'instant. Il n'y aura pas de période d'adaptation. Ce championnat risque d'être plus costaud". LE PRONOSTIC DE LA REDAC : "Nous allons construire une équipe pour gagner le titre. Nous serons à la hauteur. Nous allons tout faire pour redevenir le premier de la classe." Clairement, Jean-Michel Aulas ne satisfera plus de la deuxième place, comme l'an dernier. Avec un effectif légèrement remanié avec l'arrivée de Briand pour suppléer Govou, et la montée en puissance attendue de jeunes joueurs, l'OL entend concurrencer l'OM cette année, surtout si le président Aulas parvient à réussir un ou deux gros coups d'ici la fin du mercato. "J'ai faim de titres, confirme Lloris. Cela me manque. La saison dernière, j'ai pris mon pied malgré tout, mais l'OL doit gagner des trophées, donner du plaisir aux supporters, c'est ce qui importe." Une incertitude toutefois, l'état de forme de Lisandro Lopez, et le mystère qui entoure la blessure au tendon d'Achille dont souffre l'Argentin.