Lyon fait place nette

  • A
  • A
Lyon fait place nette
Partagez sur :

Moins d'une semaine après avoir relancé la machine aux dépens de Saint-Etienne, l'OL a maîtrisé son sujet face à Nancy, vendredi, en match avancé de la 24e levée de L1 (4-0). A quatre jours de leurs retrouvailles avec le Real Madrid en Ligue des Champions, les Gones ont imposé leur rang aux Lorrains avec sérieux, vainqueurs sans trembler grâce à Gourcuff, Pied, Pjanic et Briand.

Moins d'une semaine après avoir relancé la machine aux dépens de Saint-Etienne, l'OL a maîtrisé son sujet face à Nancy, vendredi, en match avancé de la 24e levée de L1 (4-0). A quatre jours de leurs retrouvailles avec le Real Madrid en Ligue des Champions, les Gones ont imposé leur rang aux Lorrains avec sérieux, vainqueurs sans trembler grâce à Gourcuff, Pied, Pjanic et Briand. Les Lyonnais l'avaient assuré avant coup: ils ne se laisseraient pas distraire par la perspective de leurs retrouvailles avec le Real Madrid, mardi en huitièmes de finale de la Ligue des champions, à l'heure de recevoir Nancy en championnat. Une promesse tenue ce vendredi soir à Gerland puisque, loin d'avoir expédié les affaires courantes, les Gones ont fait preuve de rigueur et de volonté pour se faire respecter à domicile par des Lorrains en quête d'un second souffle. Avec la satisfaction au bout du devoir accompli puisque les Rhodaniens reviennent provisoirement sur le podium de l'élite, à quatre longueurs d'un leader lillois qui dimanche se déplacera à Montpellier. Pour ce faire, les hommes de Claude Puel ont mis toutes leurs chances de leur côté, malgré les absences au coup d'envoi de Lloris et Lisandro. Si ce n'est une reprise un brin trop enlevée de Vahirua sur un service de Féret (19e), les Lyonnais n'ont pas laissé une once d'espoir à leurs visiteurs du soir, sevrés de victoire à l'extérieur depuis le 30 octobre. Pas même sur ce penalty accordé à l'ASNL pour une faute manifeste de Vercoutre sur Hadji. Une occasion en or gâchée juste avant la pause par ce même international marocain, coupable d'une panenka ratée de bien mauvais goût en pareille circonstance (45e). Peu auparavant en effet, l'équipe de Pablo Correa, plus que jamais concernée par la lutte pour le maintien après avoir perdu quatre de ses cinq derniers matches de L1, avait plié devant la déferlante rhodanienne. Gourcuff, d'une jolie reprise croisée consécutive à une ouverture impeccable de Toulalan, avait inscrit son deuxième but de la saison en championnat, concrétisant alors la nette domination des siens (1-0, 37e). Et montrant la voie à suivre à ses partenaires... Briand la joue comme Rooney Un chemin du but que les Lyonnais ont trouvé à huit reprises lors des 180 dernières minutes passées sur les terrains de L1, même si ce soir il a fallu attendre le dernier quart d'heure avant que Pied ne tue le match, de la tête, sur un centre au cordeau de Bastos (2-0, 76e). Auparavant, Gomis avait bien fait trembler les filets, mais M. Thual avait décidé d'invalider cette réalisation, reprochant à Gourcuff d'avoir précipité le coup franc indirect accordé aux Lyonnais dans la surface de réparation adverse pour une passe en retrait de Haidara captée par Grégorini (50e). Comme à Saint-Etienne six jours plus tôt, l'OL ne s'est toutefois pas contenté de ce break tardif, profitant de l'abattement de ses opposants pour enfoncer le clou et ainsi soigner sa différence de buts. Dans les cinq dernières minutes, Pjanic, à peine entré en lieu et place d'un Gourcuff acclamé par le public de Gerland, et Briand se sont chargés de corser l'addition, d'un plat du pied bien ajusté (3-0, 86e) et d'un ciseau qui n'aura pas été sans rappeler celui exécuté par Rooney le week-end dernier lors du derby de Manchester (4-0, 89e). Lyon n'avait pas été aussi convaincant dans le jeu depuis la visite de Lorient il y a un mois. Ça tombe bien, dans la foulée de son rendez-vous avec Madrid, l'OL doit en découdre avec le Losc la semaine prochaine...