Lyon et Ajaccio, pas si différents

  • A
  • A
Lyon et Ajaccio, pas si différents
@ Montage MAXPPP
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le plus gros et le plus petit budget, opposés samedi, ont des points communs. Si, si.

L'Olympique lyonnais reçoit l'AC Ajaccio, samedi soir, à Gerland, pour le compte de la 2e journée de Ligue 1. Cette affiche est singulière car elle oppose le plus gros budget du championnat, l'OL (160 millions d'euros environ, juste devant le PSG), au plus petit, l’ACA, promu cette saison et qui dispose d'un budget de 16 millions d'euros. Après une journée seulement, les deux clubs sont déjà aux antipodes l'un de l'autre au classement. Vainqueur à Nice (3-1), Lyon pointe à la troisième place tandis que le club corse, battu à domicile par Toulouse (2-0), est dans la zone de relégation, au 19e rang. Pourtant, en cherchant bien, Europe1.fr a trouvé plusieurs points communs entre les deux clubs, en dehors du fait qu’ils disputent le même championnat…

Un gardien international. Le Lyonnais Hugo Lloris s'est imposé depuis 2008 comme le gardien n°1 des Bleus. L'ancien Niçois compte aujourd'hui 24 sélections. C'est moitié moins que son vis-à-vis ajaccien, Guillermo Ochoa. Arrivée surprise de l'intersaison en Corse, Ochoa a déjà porté le maillot de l'équipe du Mexique à 45 reprises depuis 2005. Les deux gardiens peuvent également se targuer d'avoir fait dans leur pays la couverture de la célèbre série de simulation de football, "Fifa".

Un avant-centre sud-américain. "Est-ce que c'est bien le même ?", me demande un collègue. Oui, le Ilan qui a rejoint cet été Ajaccio est bien Ilan Araujo, qui avait fait les beaux jours de Sochaux pendant deux saisons, entre 2004 et 2006 avec 27 buts en 65 matches. L’avant-centre brésilien, qui compte trois sélections avec la Seleçao (en 2003), a ensuite joué (par intermittence) à Saint-Etienne avant de passer par West Ham en Angleterre, puis l'Internacional, au Brésil. Entré en jeu face à Toulouse, il pourrait être titulaire samedi et retrouver face à lui l'Argentin Lisandro Lopez, la star de l'OL. Les deux joueurs ont un point commun. Ils ont déjà été célébrés lors des trophées UNFP, Ilan avec le plus beau but en 2009 et Lisandro avec le titre de meilleur joueur en 2010.

Un entraîneur du cru. Rémi Garde fera samedi ses grands débuts à Gerland en tant qu'entraîneur de l'OL. Après 17 ans passés au club, dont neuf en tant que joueur, il a été intronisé coach de l'équipe première cet été. En poste depuis février 2009, son vis-à-vis corse, Olivier Pantaloni, débute lui aussi dans l'élite. Même s'il est né à Bastia et qu'il a débuté au Gazélec Ajaccio, Pantaloni reste malgré tout estampillé ACA, un club où il a pris sa première licence en 1982 et dont il a porté les couleurs pendant six ans, entre 1994 et 2000. A l'instar de son homologue lyonnais, il a ensuite occupé différents postes dans l'encadrement technique (préparateur physique, entraîneur de l'équipe réserve, adjoint) avant de prendre en mains les rênes de l'équipe première. A noter que les deux présidents, Jean-Michel Aulas (OL) et Alain Orsoni (ACA), sont également des hommes du cru.

Un recrutement allégé. Les deux clubs n'ont pas fait de folie sur le marché des transferts. Pendant que le PSG faisait ses emplettes du côté de la Serie A italienne, l'OL et Ajaccio ont plutôt regardé en Ligue 2. Hormis Ochoa et Ilan, Ajaccio a recruté Mehdi Mostefa (Nîmes), Damien Tibéri (Sedan) et Jackson Mendy (Grenoble). A Lyon, la seule recrue s'appelle Bakary Koné (rien à voir avec son quasi homonyme Bakari, l'ancien Marseillais parti l'an dernier au Qatar), défenseur venu de Guingamp. Autre point commun, les deux clubs ont également cherché à débaucher des Auxerrois. L'ACA a réussi, avec l’attaquant Frédéric Sammaritano, l'OL a échoué (pour le moment) sur le dossier Delvin Ndinga, qui veut venir mais qu'on ne veut pas laisser partir.

Pas de trophée depuis trois ans. Cela a provoqué l'ire des supporters et coûté sa place à Claude Puel. Lors de son passage de trois saisons à l'OL, Puel n'a gagné aucun trophée. Le dernier titre remporté par le club rhodanien reste la Coupe de France 2008, arrachée au Paris-SG (1-0 a.p.) pour s'offrir un doublé. Cette année-là, l'AC Ajaccio avait remporté son dernier "titre", celui de champion de division d'honneur de Corse grâce à sa réserve. En effet, la montée en mai dernier ne s'est pas accompagnée du titre de champion de France de Ligue 2, laissé à Evian Thonon-Gaillard. Lyon a lui aussi fini 2e, en Ligue 1, en 2010, et a été demi-finaliste de la Ligue des champions la même année. Mais ça ne remplit pas une armoire à trophées…