Lyon doit finir le travail

  • A
  • A
Lyon doit finir le travail
Partagez sur :

Solide vainqueur du Rubin Kazan (3-1), la semaine dernière au Stade Gerland, L'Olympique Lyonnais doit désormais assurer le coup mercredi soir en Russie pour valider son ticket pour la phase de poules de la Ligue des champions. S'ils veulent éviter tout excès de confiance, les Gones savent que la qualification leur tend les bras.

Solide vainqueur du Rubin Kazan (3-1), la semaine dernière au Stade Gerland, L'Olympique Lyonnais doit désormais assurer le coup mercredi soir en Russie pour valider son ticket pour la phase de poules de la Ligue des champions. S'ils veulent éviter tout excès de confiance, les Gones savent que la qualification leur tend les bras. Jean-Michel Aulas avait prévenu ses joueurs lors de la reprise le 30 juin dernier. "Cette saison, nous serons plus humbles d'une manière générale. Nous n'allons pas vous dire cette année que l'on est candidat au titre mais que l'on veut se qualifier pour la Ligue des champions. C'est le seul objectif que j'ai donné aux joueurs". Une mission que les Gones ont en grande partie réussie la semaine dernière en s'imposant face au Rubin Kazan lors du barrage aller (3-1). Reste désormais à finir le travail ce mercredi soir en Russie. Après un voyage compliqué - leur vol a été reporté de cinq heures lundi - en raison d'un système défectueux sur leur appareil, les Lyonnais sont arrivés dans la soirée au Tatarstan, à 700 km de Moscou, où ils ont visité la capitale, Kazan, dans la matinée, avant de préparer la rencontre. Privé de Cris, l'entraîneur rhodanien Rémi Garde peut en revanche compter sur Maxime Gonalons, Jimmy Briand et Michel Bastos, qui avaient débuté la rencontre de samedi face à Brest (1-1) sur le banc. Aulas: "Physiquement, cela va être compliqué" Si l'OL n'a pas encore perdu cette saison, il fait toutefois preuve d'une certaine fébrilité, notamment en début de match, qui lui impose de courir après le score. Après un avertissement sans frais face à Nice - victoire 3-1 malgré l'ouverture du score azuréenne -, les Lyonnais ont en effet été contraints au partage des points face à Ajaccio (1-1), puis Brest (1-1). Lors du match aller face au Rubin Kazan, même scénario puisque les Russes avaient ouvert le score dès la 3e minute, avant que Gomis ne sonne la révolte après dix minutes de jeu. Mercredi, les Gones devront à tout prix éviter d'encaisser un but rapidement sous peine de subir une grosse pression. "C'est le match le plus important de la semaine. Nous avons le désavantage de jouer mercredi à 5.000 kilomètres de Lyon et de rejouer dans la foulée, samedi soir, contre Montpellier. Physiquement, cela va être compliqué, prévient Jean-Michel Aulas dans Le Progrès. Si nous sommes en Ligue des champions, ce sera un exploit. Si, par malheur, nous ne l'étions pas, nous nous retrouverions en Ligue Europa et vous savez que certaines équipes préfèrent jouer cette épreuve parce qu'on peut la gagner. Nous avons fait une bonne première manche que nous avons gagnée 3-1, mais ce sera compliqué au retour, notamment parce que Kazan a une très, très bonne équipe". Reste qu'une élimination serait cauchemardesque pour l'OL, qui verrait s'envoler 20 millions d'euros et manquerait la plus prestigieuse des compétitions européennes pour la première fois depuis douze ans.