Lyon, des bas avant le derby

  • A
  • A
Lyon, des bas avant le derby
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - L'Olympique Lyonnais reçoit Saint-Étienne samedi en position de faiblesse.

LIGUE 1 - L'Olympique Lyonnais reçoit Saint-Étienne samedi en position de faiblesse. Un but. Voilà ce qui sépare actuellement Lyon de la zone de relégation. Dix-septième, avec le même nombre de points que le dix-huitième, Lens, l'OL réalise son plus mauvais début de saison depuis... quinze ans et la saison 1995-96. Et pourtant, le calendrier du club rhodanien n'avait rien d'insurmontable en ce début de saison : Caen, Brest, Lorient, Valenciennes et Bordeaux. Résultat : une seule victoire, contre Brest (1-0), à laquelle est venue s'ajouter celle contre Schalke 04 lors de la 1re journée de la Ligue des champions. "C'était le match le plus important de la semaine", a expliqué le président Jean-Michel Aulas, quelques minutes après la défaite à Bordeaux (2-0). Reste que cette victoire acquise à onze contre dix contre l'actuelle lanterne rouge de la Bundesliga, revêt aujourd'hui des allures de cache-misère. Claude Puel, un entraîneur "menaçable" Sans évoquer un quelconque ultimatum, Jean-Michel Aulas a néanmoins mis un petit coup de pression sur son entraîneur en début de semaine. "Je n'ai pas été choqué. Il n'a pas à me défendre moi ou les joueurs. Il défend son club, l'institution. Il a jugé opportun de faire ces déclarations, et ça ne me choque pas", a confié Puel lors de son point presse, jeudi. Mais, dans les circonstances actuelles, l'ancien coach de Monaco, qui n'a rien gagné lors de ses deux premières saisons au club, sait qu'une défaite dans le derby, samedi soir, face à Saint-Étienne, pourrait lui être fatale. "Quand il y a une difficulté, c'est une opportunité, et un challenge à relever. C'est ce genre de caractère dans ces moments difficiles que je cherche à inculquer à mes joueurs." Les joueurs, parlons-en. Écoutez Claude Puel au micro de Yann Rickel : Lisandro Lopez, une star en rade Le meilleur joueur de la dernière saison de Ligue 1 tarde à entrer dans sa saison. Touché au tendon d'Achille du pied gauche cet été, il a vu sa préparation perturbée. De retour fin août à Lorient, il s'est montré rarement décisif depuis. Et, dimanche dernier, à Bordeaux, il s'est à nouveau blessé, à une cuisse cette fois, après avoir manqué une occasion énorme en première mi-temps. Taciturne sur le terrain, l'Argentin, qui sera absent samedi à Gerland, bougonne aussi en dehors. Il reprocherait au staff lyonnais des charges de travail peu adaptées à son physique. Un physique qui irrite quelque peu Puel, qui souhaiterait que "Licha" perde ses 5 à 6 kilos de surcharge pondérale. "Lisandro m'a surpris, je ne l'avais pas vu comme cela au premier abord sur le plan de la personnalité mais c'est une star avec toutes les facettes d'une star. Avec lui, il faut que j'adapte un peu mon management." Signé Jean-Michel Aulas. Yoann Gourcuff, un meneur sans emprise Pour l'ancien Bordelais, "la" recrue estivale de l'OL, Puel a modifié son schéma de jeu pour brosser un 4-2-3-1 qui n'a pas vraiment fait ses preuves jusque-là. À Bordeaux, sur les terres de ses anciens exploits, le Breton n'a jamais pesé sur le jeu, devant une paire Toulalan-Makoun décevante et entouré d'un Bastos à gauche et d'un Briand à droite guère efficaces. Opéré de trois dents de sagesse en début de semaine, le n°29 de l'OL a repris l'entraînement ce jeudi et pourrait être finalement sur la pelouse de Gerland, samedi. Le derby lui offre une occasion en or de faire ses premières preuves sous le maillot rhodanien. Car pour le moment, son talent s'est surtout exprimé sur coups de pied arrêtés. C'est trop peu. Un jeu en construction Le manque d'impact de Gourcuff symbolise les problèmes de l'OL dans le jeu. À aucun moment cette saison, l'OL n'a été séduisant. Et Puel lui-même, le reconnaît : "on balbutie notre football, et on est en recherche de sensations, de repères, d'enthousiasme. Mais ce qui est intéressant pour une grosse partie de l'effectif, c'est d'avoir vécu ces choses-là l'an dernier pour voir comment il faut faire pour repartir, c'est un acquis." L'hiver dernier, en novembre-décembre, l'OL n'avait remporté qu'un seul de ses neuf matches. Sur ces neuf matches, il y avait eu le fameux 5-5 face à l'OM. Cette saison, le spectacle et le jeu sont aux abonnés absents. Mais, samedi soir, sûr que tout le monde se contenterait d'une victoire, quel que soit le style.