Lyon comme un frisson

  • A
  • A
Lyon comme un frisson
Partagez sur :

Trois jours après un match nul guère rassurant à Hanovre (0-0), l'OL version Rémi Garde, s'il n'a toujours pas goûté la victoire en préparation, a rendu une copie plus intéressante (1-1) mercredi, sur le terrain d'un adversaire nettement plus huppé, le Shakhtar Donetsk. Auteur du penalty égalisateur, Michel Bastos, en instance de départ, se met encore en évidence.

Trois jours après un match nul guère rassurant à Hanovre (0-0), l'OL version Rémi Garde, s'il n'a toujours pas goûté la victoire en préparation, a rendu une copie plus intéressante (1-1) mercredi, sur le terrain d'un adversaire nettement plus huppé, le Shakhtar Donetsk. Auteur du penalty égalisateur, Michel Bastos, en instance de départ, se met encore en évidence. Pour son quatrième match de préparation face aux Ukrainiens, Rémi Garde n'ignore rien de la valeur de l'opposition proposée à sa formation. Face à ce quart-de-finaliste de la dernière Ligue des Champions, dominé par les futurs champions d'Europe barcelonais, l'OL toujours à la recherche d'un succès cet été (deux défaites et un nul) passe un véritable test. Que les nombreuses absences au sein du groupe lyonnais, entre les jeunes internationaux, mobilisés par la Coupe du monde des -20 ans, et les blessés ou autres indisponibilités, qui touchent l'effectif de Rémi Garde, ne permettent pas d'aborder dans les meilleures conditions. A commencer par la défection la plus récente d'un Yohann Gourcuf opéré avec succès le matin même à Lyon. Au coup d'envoi, l'entraîneur lyonnais a choisi de notamment de remodeler sa défense avec les titularisations de Lamine Gassama et Dejan Lövren dans son onze de départ (Lloris - Gassama, Cris, Lovren, Cissokho - Kone, Källström, Belfodil - Lisandro, Gomis, Pied). Avec l'objectif de goûter enfin, même si l'essentiel n'est pas là, la saveur d'un succès toujours bienvenu pour la confiance à dix jours de la reprise du championnat à Nice. Bastos est toujours là ! Avec déjà trois journées du championnat d'Ukraine disputées pour autant de victoires des joueurs de Mircea Lucescu, le différentiel en termes de préparation promet d'être criant entre les deux équipes. D'autant plus sous la chaleur étouffante qui étreint Donetsk et la Donbass Arena (34°). L'espace d'un quart d'heure, l'OL, bien positionné et agressif au milieu de terrain, offre pourtant une bonne réplique à son adversaire, avant que le Shakhtar ne monopolise le contrôle du ballon et ne s'offre la première opportunité de la rencontre sur ce déboulé le long de la ligne de but de Douglas Costa, dont le centre puissant oblige Hugo Lloris à sa première intervention (15e). Les Lyonnais donnent le change et la première frappe, non cadrée de Jérémy Pied (24e), est suivie de la première tentative de Lisandro, qui lui alerte Alexander Ripka (26e). Le rendement du Shakhtar évolue comme souvent au rythme de ses artistes brésiliens associés, comme sur cette magnifique combinaison conclue par la frappe contrée de Dentinho (31e). En contre, Lyon se crée la plus belle occasion de ce premier acte. Ishak Belfodil élimine son vis-à-vis côté droit et alerte Bafé Gomis, dont la remise instantanée dans la surface trouve Lisandro. La frappe enroulée à ras de terre de l'Argentin oblige Ripka à une énorme parade. Sur le corner qui suit, le même Lisandro échoue une fois encore de la tête sur le gardien remplaçant du club ukrainien (38e). Seules les inspirations brésiliennes, sporadiques, continuent de réellement menacer un OL par ailleurs plutôt solide dans le jeu. Alex Teixeira s'amuse de Kone, mais Lloris a la main ferme pour écarter le danger (43e), avant que Costa ne donne le frisson sur coup franc (45e+1). A la reprise, le lourd coaching opéré par Garde avec les rentrées combinées de Lopes, Mensah, Umtiti, Gonalons, Bastos et Briand (Lopes - Réveillère, Mensah, Lovren, Umtiti - Gonalons, Kone, Pied, Bastos - Belfodil, Briand) a le don de désorganiser son équipe, qui subit totalement l'entame de cette seconde période. La jeunesse ainsi promue est en quête de repères, un flottement que le Shakhtar exploite pour ouvrir le score sur penalty sur cette faute évidente de Lovren dans la surface sur le capitaine Darijo Srna. Anthony Lopes s'incline face à Jadson et Lyon file vers un troisième revers en préparation (1-0, 68e). C'est sans compter sur le sursaut d'une fin de match enlevée, où le Shakthar subit la réaction d'une jeunesse bien encadrée par quelques cadres, dont un Bastos, qui fauché à son tour à l'entrée de la surface, se fait justice et égalise (1-1, 78e). Le jeune Alassane Pléa du haut de ses 18 ans, est tout près par deux fois en fin de match d'emporter la décision (86e, 88e). De bon augure avant de défier Porto dimanche.