Lyon, ambiance électrique ?

  • A
  • A
Lyon, ambiance électrique ?
@ Reuters
Partagez sur :

L1 - Les Gones reçoivent Lens à Gerland à l'occasion de la 24e journée.

L1 - Les Gones reçoivent Lens à Gerland à l'occasion de la 24e journée. On pensait l'Olympique lyonnais lancé sur une nouvelle dynamique au retour d'une trêve précédée par un sérieux faux-pas face à Montpellier, candidat direct aux places européennes (1-2). Pourtant après avoir enchaîné quatre succès de rang toutes compétitions confondues, la machine à gagner rhodanienne s'est quelque peu grippée. Successivement éliminés de la Coupe de France puis de la Coupe de la Ligue, les Lyonnais ont laissé filer l'occasion de se rapprocher un peu plus du trio de tête lors de la précédente journée, en concédant le nul à Toulouse (0-0). Et même lorsqu'ils sortent vainqueurs, comme face au PSG (2-1) il y a deux semaines, les hommes de Claude Puel peinent à séduire dans le jeu. Un contexte peu favorable pour créer une ambiance sereine. D'autant que même en interne, les critiques n'ont rien de tendre à l'image des dernières déclarations de Bernard Lacombe dans Le Parisien. "Aujourd'hui nous sommes mièvres dans le jeu. C'est trop insuffisant. Moralement, on sent que notre équipe s'effiloche dans l'adversité". Et le conseiller de Jean-Michel Aulas de poursuivre : "j'ai regardé Marseille-Valenciennes l'autre jour, ils font des courses, prennent des risques, ils dribblent. Est-ce que notre équipe a le mental pour le faire ? Je me pose la question parce que je ne sais pas". Juninho: "Puel n'aime pas trop écouter" Côté vestiaire, les quelques bruits qui filtrent laissent à penser que les relations entre Claude Puel et ses joueurs sont loin d'être au beau fixe. Entre l'entraîneur lyonnais, qui a toujours pu compter sur le soutien inconditionnel du président Aulas, et la recrue star de l'OL, Lisandro Lopez, les tensions s'accumulent. Souvent utilisé sur le côté gauche - quant l'Argentin préfère jouer les avant-centres, l'ancien joueur de Porto avait fait entendre son mécontentement au Parc des Princes, en qualifiant d'"injouable" son positionnement. Un constat d'ailleurs partagé par l'ancienne gloire lyonnaise, Juninho. "Ça me fait mal de voir Lisandro jouer tant de matches à gauche" regrettait récemment le Brésilien sur Canal +, ajoutant à l'adresse de Claude Puel : "c'est quelqu'un d'honnête, c'est un entraîneur qui connaît le foot [...] C'est vrai qu'il n'aime pas trop écouter. Il aime bien ce qu'il pense... Il pourrait être plus proche des joueurs expérimentés". Un débat auquel Claude Puel a coupé court. "Il n'y a pas un problème Lisandro. Il y a simplement un joueur qui a été un peu moins bien, qui a connu, je pense, un petit passage à vide, [...] Ce n'est pas un problème de place comme j'ai pu le lire ou l'entendre". Alors que se profile le choc face au Real Madrid, en huitièmes de finale de la Ligue des champions, le 16 février prochain, les Lyonnais, quatrièmes de Ligue 1 à huit points du leader bordelais, sauront-ils avancer en rangs serrés face à Lens, samedi ?