Lyon a tremblé

  • A
  • A
Lyon a tremblé
Partagez sur :

Le dernier match de la 16e journée de Ligue 1 a donné lieu à un match très enlevé. Largement devant au score, l'OL s'est fait peur dans les vingt dernières minutes contre Toulouse pour finalement s'imposer (3-2), dimanche soir à Gerland. Au classement, les joueurs de Rémi Garde remontent à la quatrième place, avec trois points de plus que le TFC.

Le dernier match de la 16e journée de Ligue 1 a donné lieu à un match très enlevé. Largement devant au score, l'OL s'est fait peur dans les vingt dernières minutes contre Toulouse pour finalement s'imposer (3-2), dimanche soir à Gerland. Au classement, les joueurs de Rémi Garde remontent à la quatrième place, avec trois points de plus que le TFC. Fin de série. Sans victoire à Gerland depuis plus d'un mois, ce 29 octobre quand ils avaient remporté le derby devant Saint-Etienne (2-0, 12e j.), les Lyonnais ont renoué avec le succès en battant Toulouse au terme d'une rencontre très spectaculaire qui laisse forcément des regrets aux hommes d'Alain Casanova, passés tout près du partage des points, qui aurait reflété sans doute le véritable écart entre les deux équipes dans cette dernière rencontre de la 16e journée. Car L'OL a quelque peu tremblé, c'est une évidence. "Quand vous menez 3-0 et que vous vous faites remonter à 3-2, il y de la frustration. Mais je retiens cette victoire face à la meilleure défense du championnat, même s'il y a deux buts que nous marquons sur coups de pieds arrêtés", reconnaissait Garde devant les caméras de Canal+. Une semaine après une victoire obtenue en terre auxerroise (0-3), le coach lyonnais a bien raison de se satisfaire d'abord des points pris. Avant son probable dernier match de Ligue des champions cette saison du côté de Zagreb, Lyon remonte au quatrième rang de la Ligue 1, à deux points de la troisième marche du podium occupée par Lille. Le TFC, qui ne s'est pas imposé dans le Rhône depuis 1965-1966, suit à trois longueurs. Rivière, le coup dur La rencontre débute véritablement par la première occasion digne de ce nom, l'oeuvre de Ninkov dont le puissant tir à ras-de-terre contraint Lloris à un bel arrêt (9e). Toulouse, agressif sur le porteur, impose son empreinte au milieu de terrain. Le ballon circule assez vite dans les pieds du TFC et Lyon répond par Lisandro. L'Argentin force toutefois sa frappe, au-dessus, sur une récupération de Källström (21e). L'action suivante offre à Tabanou le loisir de tenter sa chance, son tir étant légèrement décroisé (22e). Le rythme ne faiblit pas et Abdennour intervient en tacle glissé sur Briand dans la surface (23e) avant que Bastos ne déclenche aux 20 mètres un de ses fameux « missiles », de peu à côté (25e). Alain Casanova doit ensuite accuser le coup, obligé de remplacer un Rivière virevoltant mais boitillant quand il est remplacé par Bulut (35e). Les affaires se compliquent un peu plus pour l'entraîneur toulousain. Bakary Koné, qui avait frôlé le carton rouge deux minutes plus tôt pour avoir coupé Tabanou dans son envol, démontre une nouvelle fois son adresse dans les airs. Sur un coup-franc, le défenseur burkinabé se défait du marquage de Congré pour tromper Ahamada de la tête (1-0, 38e). Une ouverture du score assez heureuse au vu de la possession de balle, supérieure chez les Haut-garonnais (59%) à la fin de la première période, comme le nombre de centres (9 à 4). Bulut illumine Gerland Une situation quelque peu similaire à celle d'OL-Rennes de la 14e journée (1-2). Là aussi, les Gones avaient marqué les premiers contre le cours du jeu. La dernière opportunité du premier acte est signée Cissokho (42e), la première du second est pour un autre gaucher, Tabanou. Le tir du natif de Thiais percute le montant extérieur de Lloris (49e). Le réalisme, c'est bien ce qui manque au TFC ce dimanche soir. Pas à l'OL. Décalé par Lisandro, Ederson s'avance aux 20 mètres et enroule son pied gauche. Ahamada est lobé. 2-0 pour Lyon (52e). Le septuple champion de France joue décidément juste, à l'image du service d'Ederson que l'on retrouve passeur pour Lisandro. L'ex-du FC Porto percute Ahamada et obtient un penalty qu'il transforme en pleine lucarne (3-0, 66e). La note est un peu salée pour les Toulousains mais Bulut allège l'addition par une merveille de frappe du pied droit décoché des 36 mètres pour terminer sa course sous la barre de Loris (3-1, 66e). Gerland peut certes apprécier la beauté du geste de l'attaquant turc mais s'agace sérieusement quand le TFC double la mise. Sissoko, déséquilibré par Cris dans la surface, ne manque pas l'aubaine en réussissant à son tour un penalty (3-2, 75e). La fin de match est forcément crispante pour le banc lyonnais, excitante chez les Violets. Malgré une belle occasion pour un Gomis maladroit (89e), et une tête de Bulut (93e), plus rien ne sera marqué. Lyon respire mais lorgne le podium malgré encore quelques imperfections.