Lunven perd sur tapis vert !

  • A
  • A
Lunven perd sur tapis vert !
Partagez sur :

Moins d'une semaine après avoir triomphé sur la Transat Bénodet-Martinique, Nicolas Lunven tombe de haut, puisque le jury de la course l'a sanctionné d'une pénalité de 35 minutes pour une infraction aux règles de la jauge Figaro. C'est du coup Thomas Rouxel, qui avait terminé à 2'45" du skipper de Generali, qui est sacré vainqueur de la transat, une victoire au goût forcément amer...

Moins d'une semaine après avoir triomphé sur la Transat Bénodet-Martinique, Nicolas Lunven tombe de haut, puisque le jury de la course l'a sanctionné d'une pénalité de 35 minutes pour une infraction aux règles de la jauge Figaro. C'est du coup Thomas Rouxel, qui avait terminé à 2'45" du skipper de Generali, qui est sacré vainqueur de la transat, une victoire au goût forcément amer... Ce n'est sans doute pas une première mais dans l'histoire récente de la course au large et de la classe Figaro, les cas de vainqueur d'une transat déclassés moins d'une semaine plus tard ne courent pas les rues. Nicolas Lunven se serait bien passé d'en être le principal protagoniste lui qui, le mardi 26 avril, avait brillamment remporté la Transat Bénodet-Martinique, sa première en solitaire, au terme d'une course haletante et avec une avance infirme de 2'45" sur Thomas Rouxel et de 5'42" sur le troisième, Erwan Tabarly. Seulement, quatre jours plus tard, dimanche, le jury de la course, présidé par Jean-Pierre Velay et nommé par la Fédération Française de Voile, s'est réuni dimanche "afin de statuer sur plusieurs infractions constatées au départ et à l'arrivée de la course", peut-on lire dans un communiqué publié par l'organisation de course lundi en fin de journée. Et Nicolas Lunven était l'un des quatre skippers visés par cette réunion, puisque le jury l'a sanctionné "d'une pénalité de 35 minutes pour avoir été contrôlé au départ de Bénodet avec un contenant pouvant recevoir du liquide venant en dépassement des 25 litres autorisés par la jauge." Le contenant en cause ? Une boîte à nourriture d'un litre et demi que l'intéressé, selon son entourage "a toujours eu à son bord, même lorsqu'il a gagné en début de saison la Solo Figaro, sans que cela ne pose de problème." Le skipper de Generali avait eu vent du problème au moment du contrôle de jauge du jury, puisque d'après la même source, le contrôleur avait du coup débarqué une bouteille d'eau d'un litre et demi en guise de compensation. Tabarly s'en sort mieux... D'où l'incompréhension totale qui a frappé l'intéressé une fois la sanction connue, Lunven et son partenaire réfléchissant aux suites à donner à cette affaire. "Il est très déçu, voire écoeuré, les autres coureurs aussi, ils sont tous derrière lui. Et dire que la remise des prix est prévue mardi..."Dura lex, sed lex (la loi est dure, mais c'est la loi), rétorquera la Fédération française de voile, sous l'égide de laquelle le jury est placé, ce dernier ayant donc prononcé une sanction lourde de conséquences pour le skipper de Generali qui rétrograde du coup de la première à la cinquième place (voir ci-dessous), à 32'15" du nouveau vainqueur, Thomas Rouxel, qui remporte-là sa première grande victoire en Figaro, pas forcément de la manière rêvée. Nicolas Lunven n'est pas le seul sanctionné, puisque pour la même raison, Anthony Marchand (Bretagne-Crédit Mutuel Espoir) et Francisco Lobato (Roff) écopent eux aussi de 35 minutes de pénalité, tandis qu'Erwan Tabarly se voit "infliger 17 minutes et 30 secondes de temps supplémentaire suite à la rupture des deux plombs empêchant le déplacement du radeau de survie", ce dernier devant être maintenu à poste de façon sûre afin qu'il ne serve pas à "matosser", c'est-à-dire à déplacer les poids sur le bateau d'un bord à l'autre pour mieux équilibrer le bateau lorsqu'il gîte. Pas de conséquences au classement pour ce dernier qui profite des malheurs de Nicolas Lunven pour conserver sa place sur le podium, pour 37 secondes, l'écart qui le sépare finalement de Jeanne Grégoire, quatrième. Cette affaire fait en tout cas mauvais genre pour une course qui fêtait sa première édition sous sa nouvelle appellation (c'est l'ex-Transat BPE) et compte dans le calendrier du Championnat de France de course au large en solitaire, même si Pierre Bojic, directeur général de Pen Duick, la société organisatrice de la Transat Bénodet-Martinique, tentait lundi soir d'en minimiser la portée: "Je prends acte des décisions du jury de la Fédération Française de Voile qui applique les règles de la Classe Figaro Bénéteau. Mais la performance sportive de l'ensemble des skippers reste tout à fait exceptionnelle, unique et incontestable. Je salue cet exploit." Lequel ? Le nouveau classement de la Transat Bénodet-Martinique : 1. Thomas Rouxel (Bretagne-Crédit Mutuel Performance) 2. Fabien Delahaye (Port de Caen-Ouistreham) à 12'23 3. Erwan Tabarly (Nacarat) à 20'27 4. Jeanne Grégoire (Banque Populaire) à 21'04 5. Nicolas Lunven (Generali) à32'15 6. Romain Attanasio (Savéol) à 3h05'53 7. Eric Péron (Macif 2009) à 8h48'56 8. Francisco Lobato (Roff) à 10h08'49 9. Gildas Morvan (Cercle Vert) à 10h49'08 10. Anthony Marchand (Bretagne-Crédit Mutuel Espoir) à 14h49'26