Lugano: "Montrer notre ambition"

  • A
  • A
Lugano: "Montrer notre ambition"
Partagez sur :

Au lendemain d'une difficile défaite sur le terrain de l'Athletic Bilbao (0-2), le PSG se prépare déjà pour le choc de la 9e journée de Ligue 1 face à l'OL. Les Parisiens et Diego Lugano en tête, souhaitent se rattraper de leur contre-performance en Ligue Europa et s'installer en tête du championnat. Pour le défenseur uruguayen, le match face à Lyon "vaudra plus que trois points".

Au lendemain d'une difficile défaite sur le terrain de l'Athletic Bilbao (0-2), le PSG se prépare déjà pour le choc de la 9e journée de Ligue 1 face à l'OL. Les Parisiens et Diego Lugano en tête, souhaitent se rattraper de leur contre-performance en Ligue Europa et s'installer en tête du championnat. Pour le défenseur uruguayen, le match face à Lyon "vaudra plus que trois points". Diego, vous êtes rentrés tard de Bilbao. Comment allez-vous physiquement ? Le match a plus laissé des cicatrices mentales que physiques. Nous n'avons pas bien joué et nous sommes tous tristes de notre prestation, mais nous allons pouvoir prendre notre revanche dès dimanche contre Lyon. Comment jugez-vous votre début de saison au PSG ? Je m'étais déjà préparé avant de venir ici. Je savais que le rythme était élevé. On joue un match tous les trois jours, ce qui n'est pas commun pour moi. C'est vrai que rentrer dans une équipe en cours de route ce n'est jamais facile, mais il faut passer au-dessus de tout ça en bon professionnel. Je me repose beaucoup entre chaque rencontre. Encore une fois, c'est plus difficile mentalement que physiquement de jouer tous les trois jours. A quel niveau de forme te sens-tu aujourd'hui ? Je ne suis pas encore à 100%. Enchaîner les matches m'aide à progresser physiquement, mais c'est sûr que la récupération est difficile. J'ai envie d'être très vite au top de ma forme pour aider l'équipe. Quel regard portez-vous sur ce championnat de Ligue 1 ? Comme je le pensais avant d'arriver, c'est un championnat très compétitif. En revanche, j'ai été surpris du point de vue physique. J'imaginais que les matches étaient plus durs, avec plus de fautes. Mais au contraire, je trouve que c'est un championnat où le jeu est plutôt beau, les équipes sont assez homogènes. Je pense que c'est l'un des meilleurs championnats d'Europe, voire du monde et qu'il peut encore grandir. Vous avez été beaucoup averti depuis votre arrivée. Pensez-vous que les arbitres ne comprennent pas votre jeu ? Non, vous savez, le dernier avertissement que j'ai eu, c'était pour une contestation, alors que je voulais juste expliquer quelque chose mais je n'ai pas été compris. Je reconnais que j'aurais dû me taire mais j'ai été très respectueux. "Bastos, un joueur dangereux" Comment se passe votre entente avec les autres joueurs de la défense parisienne sur le terrain ? Du point de vue de la défense, je pense que l'on a fait de bons matches avant Bilbao, mais ils nous ont été supérieurs sur cette rencontre. Il faut revoir ce qui n'a pas fonctionné hier et le corriger car la rencontre qui arrive dimanche est importante. Notre meilleur match ? Nos deux meilleures prestations sont celles contre Salzbourg et Montpellier. Après, pour une équipe qui a la prétention d'être championne, il faut être régulier. La barrière de la langue vous handicape-t-elle pendant un match ? Jour après jour, je cherche à améliorer ma communication, mais c'est sûr que, de par ma position sur le terrain et dans le groupe, je ne parle pas suffisamment bien pour être bien compris. Je m'efforce donc d'apprendre la langue le plus vite possible. Je sais que c'est important. Dimanche, vous aurez en face de vous Bafétimbi Gomis, le meilleur buteur de la Ligue 1. Connaissez-vous bien ce joueur ? Oui, je le connaissais déjà avant de venir à Paris. C'est un très bon joueur mais il ne faut pas tenir compte que de Gomis. Il y a d'autres bons joueurs à Lyon, comme Michel Bastos qui est un joueur dangereux. Il faudra faire un match solide défensivement dimanche. Après, notre équipe est capable de créer le jeu et de réussir quelque chose de bien. Lyon est-il votre principal adversaire pour le titre ? Vue l'histoire récente de Lyon, il est clair que c'est un rival direct pour nous dans la compétition. Ce match vaut évidemment un peu plus que trois points. Il y a une charge émotionnelle et mentale qui pèse autour du match. C'est un beau défi pour notre groupe qui est en train de se constituer. Si on veut faire preuve d'ambition, il faudra le montrer dimanche.