Lucenay décroche l'or

  • A
  • A
Lucenay décroche l'or
@ Reuters
Partagez sur :

ESCRIME - A l'épée, J.-M. Lucenay a signé le premier titre européen des Bleus à Leipzig.

ESCRIME - A l'épée, J.-M. Lucenay a signé le premier titre européen des Bleus à Leipzig. Son esprit d'équipe, au côté notamment des frères Jeannet, lui avait déjà permis d'accrocher au bout de son épée l'or à plusieurs reprises, lors des Mondiaux 2002 mais aussi et surtout lors des Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Cette année-là, il avait décroché sa première médaille individuelle, le bronze, lors des Championnats d'Europe de Kiev. Deux ans plus tard, le voilà, seul, au sommet de l'Europe, sorti vainqueur à Liepzig à l'issue du journée parfaite sans la moindre défaite, soit douze assauts victorieux. Auteur d'un sans-faute en phase de poules, le Martiniquais, exempté de premier tour, s'est ensuite logiquement débarrassé de l'Ukrainien Maksym Khvorost (15-6) puis le Roumain Adrian Pop (15-11). Les choses sérieuses commencent lorsqu'il fait face en quart de finale au champion olympique en titre, l'Italien Matteo Tagliariol. Un obstacle effacé 15-12 sans coup férir avant de prendre le meilleur sur le Polonais Radoslaw Zawrotniak en demi-finale (15-8) puis d'achever sa journée sur une dernière victoire sur le Hongrois Gabor Boczko (15-11). Derrière, Jean-Michel Lucenay, l'équipe de France n'a pas été aussi brillante qu'espéré. En grande forme lors de la phase de groupes avec un carton plein prometteur pour Grumier, Lucenay et Robeiri, les Bleus ont subi un premier coup d'arrêt avec l'élimination surprise d'Ulrich Robeiri éliminé dès le premier tour face au Britannique Bennett 15-11. De son côté, Jérôme Jeannet passe l'obstacle du Suédois Frisell (15-9) avant un match ultra défensif et particulièrement serré face au Hongrois Gabor Boczko, loin d'être le premier venu, qu'il perd 4-3 ! Il restait donc Gauthier Grumier qui a d'abord écarté deux Italiens Enrico Garozzo (15-11) puis Paolo Pizzo (15-10). En quarts de finale, face au Russe Pavel Sukhov, il a parfaitement tenu le coup et même mené 12-10 avant de subir un 5-1 rédhibitoire pour une défaite 15-13. Une déception pour un Grumier qui espérait tout autre chose. Les sabreuses en méforme Du côté des filles, les sabreuses étaient en piste. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elles ont été bien moins en réussite que les épéistes masculins. Dès le matin, lors des phases de groupes, elles n'ont pas été impériales. Cela s'est confirmé lors du tableau final avec une hécatombe trop rapide. Dès le deuxième tour, Léonore Perrus tombe face à l'Italienne Gioia Marzocca 15-12, Cécilia Berder subit la loi Russe Julia Gavrilova 15-14 tandis que Carole Vergne se fait surprendre par la Roumaine Bianca Pascu 15-13. Seule Solenne Mary, déjà la Française la plus en réussite le matin avec 4 succès en 6 assauts, franchit l'obstacle du deuxième tour en disposant de la Polonaise Katarzyna Kedziora 15-8. Elle ne peut rien en revanche face à la Grecque Vassiliki Vougiouka qui s'impose 15-13. Menée 10-3, la Française est pourtant revenue à 11-11. Un bel effort cependant sans écho...