LOU, une deuxième victoire capitale

  • A
  • A
LOU, une deuxième victoire capitale
Partagez sur :

Lyon a décroché, dimanche, sa deuxième victoire de la saison en Top 14. Dans un stade de Gerland baigné de soleil, le LOU a en effet disposé (18-6) du Stade Français, et abandonne ainsi sa place de lanterne rouge à Biarritz. Le Stade Français, malgré le retour de quelques internationaux, démontre encore son inconstance, demeurant dans le ventre mou du classement.

Lyon a décroché, dimanche, sa deuxième victoire de la saison en Top 14. Dans un stade de Gerland baigné de soleil, le LOU a en effet disposé (18-6) du Stade Français, et abandonne ainsi sa place de lanterne rouge à Biarritz. Le Stade Français, malgré le retour de quelques internationaux, démontre encore son inconstance, demeurant dans le ventre mou du classement. La délocalisation a donc du bon. Désireux de se faire une place dans l'ombre de l'Olympique Lyonnais, place forte du football hexagonal, le LOU avait décidé pour la réception du Stade Français d'emprunter à son puissant voisin son antre de Gerland. Bien lui en a pris, puisque non seulement le public rhodanien a répondu présent, mais la deuxième victoire de la saison a elle aussi été au rendez-vous (18-6). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que celle-ci est logique. Jamais, ou en de trop rares occasions, le Stade Français n'a semblé en mesure de déstabiliser le promu, emmené par un paquet d'avants dominateur. Le retour de Nouvelle-Zélande de Sergio Parisse n'aura donc pas joué en faveur du club parisien, au contraire peut-être de l'absence de Julien Dupuy, forfait de dernière minute, remplacé à la mêlée par Jérôme Fillol. Sadourny : "C'est une récompense" Une absence qui se ressent, la charnière lyonnaise composée de Januarie et Sadourny orientant parfaitement le jeu local, derrière des « gros » qui avancent. Peu à peu, Romain Loursac capitalise l'emprise des siens, en passant ses pénalités, trois au total en première période. Sadourny ajoute à cela un drop du pied gauche, permettant au LOU de mener 12-6 à la pause. Le total parisien, inscrit par Fillol au pied, ne bougera plus, au contraire de celui de Lyon. Loursac poursuit sa moisson au retour des vestiaires en passant une quatrième pénalité (47e), imité dans ce domaine par Lespinas en toute fin de match (78e). Gerland peut chanter, Lyon s'impose une deuxième fois cette saison en Top 14, une deuxième fois aussi ce week-end, sur cette même pelouse... "C'est une récompense pour notre début de saison, estimait Xavier Sadourny devant les caméras de Canal+ Sport quelques secondes après le coup de sifflet final. Avant ce match, on faisait de bonnes choses sans arriver à concrétiser." Un discours relayé par Raphaël Saint-André: "Sur les autres matches, on avait trop de coeur et pas assez de maîtrise", analysait l'entraîneur rhodanien, heureux d'avoir vu ses hommes changer la donne. Une chose est sûre: si le Lou parvient à mettre autant de coeur dans tous ses matches à venir, il pourra rivaliser. Une leçon que le Stade Français devra méditer.