Lotus Renault dans le doute

  • A
  • A
Lotus Renault dans le doute
Partagez sur :

Alors que le duel entre Red Bull et McLaren s'est confirmé ce vendredi lors des premiers essais libres du Grand Prix de Malaisie - avec une mention spéciale pour Mark Webber, auteur des deux chronos de référence - l'écurie Lotus Renault est tombée de son nuage australien. Le team au losange a connu de gros soucis de fiabilité en matinée et devra mettre les bouchées doubles samedi pour boucler son programme de pré-qualification.

Alors que le duel entre Red Bull et McLaren s'est confirmé ce vendredi lors des premiers essais libres du Grand Prix de Malaisie - avec une mention spéciale pour Mark Webber, auteur des deux chronos de référence - l'écurie Lotus Renault est tombée de son nuage australien. Le team au losange a connu de gros soucis de fiabilité en matinée et devra mettre les bouchées doubles samedi pour boucler son programme de pré-qualification. En pleine confiance après le podium accroché par Vitaly Petrov en Australie il y a quinze jours, le team Lotus Renault a déchanté ce vendredi à Sepang. "C'est vrai que le package amené ici devrait nous permettre de garder contact avec le leader. Si on n'a pas de tempête ou autre stratégie étrange, à la régulière, on peut espérer répéter la performance de Melbourne", estimait cette semaine Eric Boullier, le manager de l'écurie d'Enstone. Le scénario de la première séance d'essais libres du Grand Prix de Malaisie aura probablement douché son enthousiasme. Dix tours, voilà en tout et pour tout ce qu'ont pu accomplir Nick Heidfeld et Vitaly Petrov dans la matinée. Six tours pour le premier, victime d'un bris de disque de frein à l'avant gauche de sa monoplace alors qu'il venait de signer le meilleur temps en piste. Quatre pour le second, trahi lui par le porte moyeu avant gauche de sa R31. Deux casses préoccupantes et synonymes de fin de session pour les deux pilotes. Lesquels n'ont eu qu'une petite demi-heure pour se rattraper dans le deuxième acte du jour, avec les 8e et 13e chronos à la clef (1'38"570 pour l'Allemand et 1'39"267 pour le Russe). "Nous n'avons jamais rien eu de tel en essais. On est un peu surpris", avouait Nick Heidfeld entre les deux séances. Avec 22 et 21 boucles respectivement réalisées ce vendredi, les deux défenseurs du losange n'ont pu assurément couvrir le programme qui était le leur en ce premier jour de tests. Il leur faudra donc mettre les bouchées doubles dans les libres 3, samedi matin, dans la perspective des qualifications. Un impératif qui vaudra également - dans une moindre mesure certes - pour les pilotes Mercedes et Ferrari... Si Michael Schumacher a su placer sa MGP W02, aux troisième et cinquième rangs, il est toujours resté à distance très raisonnable de la Red Bull de Mark Webber, la référence des deux premières sessions libres (2"1 puis 1"2). Nico Rosberg (3" et 1"7 de retard) a pioché davantage, comme Felipe Massa (2"8 puis 1"2) et Fernando Alonso (2"9 puis 1"7) sur Ferrari. La Scuderia ayant toutefois mis à profit cette première journée malaisienne pour travailler l'aérodynamisme de ses 150° Italia. De fait, comme à Melbourne, ce sont les McLaren qui se sont montrées les plus proches des Red Bull. Un constat particulièrement vrai en seconde instance puisque Jenson Button n'a alors échoué qu'à 5 millièmes de Mark Webber, devant un Lewis Hamilton et un Sebastian Vettel relégués eux à 134 et 214 millièmes.