Lorient danse sur Bordeaux

  • A
  • A
Lorient danse sur Bordeaux
Partagez sur :

C'est une véritable leçon de football qu'a reçue Bordeaux sur la pelouse de Lorient (5-1), samedi soir, en match décalé de la 24e journée de Ligue 1. Calamiteux en défense, les Girondins ont pris l'eau face aux assauts de Gameiro, auteur d'un triplé, et de ses coéquipiers. Les hommes de Jean Tigana s'enfoncent un peu plus dans la crise, tandis que les Merlus peuvent regarder vers le haut.

C'est une leçon de football qu'a reçue Bordeaux sur la pelouse de Lorient (5-1), samedi soir, en match décalé de la 24e journée de Ligue 1. Calamiteux en défense, les Girondins ont pris l'eau face aux assauts de Gameiro, auteur d'un triplé, et de ses coéquipiers. Les hommes de Jean Tigana s'enfoncent un peu plus dans la crise, tandis que les Merlus peuvent regarder vers le haut. Et dire que les deux équipes étaient à égalité de points avant la rencontre... De match, pourtant, il n'y a absolument pas eu entre Lorient et Bordeaux (5-1), samedi soir, en match décalé de la 24e journée de Ligue 1. Face au fantôme d'une équipe qui disputait il y a un an un quart de finale de Ligue des champions, les Merlus se sont amusés, régalant, comme à leur habitude, le public du Moustoir. Un but superbe d'Amalfitano, un triplé de Gameiro puis un pénalty de Mvuemba ont mis au pas de bien tristes Girondins. Bordeaux, décidément, continue de faire l'actualité. Après les palabres sur l'arbitrage et la blessure de Gouffran, qui ont suivi la défaite face à Caen (1-2) la semaine dernière, c'est certainement de leur défense, pathétique, que pourront se plaindre les dirigeants aquitains. Pour ce déplacement dans le Morbihan, Jean Tigana avait une nouvelle fois innové, plus ou moins de son gré. Trémoulinas suspendu, le natif de Bamako a choisi d'aligner Marange à gauche, et d'inverser Sané et Ciani, l'un passant axe gauche et l'autre droit. Des ajustements, malheureusement inefficaces. Le constat est terrible pour les Girondins : en même pas quarante minutes, ils ont encaissé trois buts sur trois phases de jeu similaires. A chaque fois, tout est parti d'un long ballon par-dessus la défense bordelaise. C'est d'abord Baca qui trouvait Amalfitano dans la profondeur. Plutôt que d'offrir un caviar à Kitambala, au centre, l'ancien Sedanais choisissait le plus compliqué, mais aussi le plus spectaculaire : un piqué de l'extérieur du droit, qui retombait dans le petit filet opposé de Carrasso (1-0, 18e). Ensuite, Kitambala, pas rancunier, offrait un premier but à Gameiro, plus rapide que ses gardes du corps (2-0, 33e). Puis Gameiro, encore lui, tout seul face à Carrasso après un gros raté de Ciani, feintait son coéquipier en Bleu, un genou à terre, et marquait dans le but vide (3-0, 37e). Une démonstration, parachevée d'un triplé en fin de match, le premier en Ligue 1 pour l'attaquant international, après un une-deux avec Autret (5-1, 89e). Carrasso expulsé Et encore, cela aurait pu être pire si Carrasso n'avait pas sorti le grand jeu, enfin, devant Gameiro (41e), puis Kitambala (54e), ou si l'ancien portier de l'OM avait été expulsé plus tôt pour avoir ramené à la main le ballon dans sa surface, sur un long ballon de plus à destination de Gameiro (59e). Un carton rouge que récoltait finalement le malheureux Carrasso dans le temps additionnel pour une nouvelle main sur un sombrero d'Amalfitano, mais aussi le Lorientais Sosa, pour contestation. L'Argentin était mécontent de voir M. Gautier refuser la première tentative de Mvuemba, sur un penalty consécutif à une main de Plasil. Sans conséquence directe au score, puisque la seconde était la bonne (4-1, 61e). Et côté bordelais, alors ? Rien, ou presque. Il aura fallu attendre la 30e minute pour voir un premier tir. Et la réduction du score de Fernando (3-1, 39e) restera simplement anecdotique. Tout juste pourra-t-on noter la bonne frappe d'André, à peine entré en jeu, qui a permis à Audard de briller (69e). Mais malgré les promesses laissées par son talentueux brésilien, Bordeaux reste à des années lumières de ses ambitions, au classement (12e), et surtout en termes de qualité de jeu. Les jours à suivre s'annoncent bouillants du côté du Haillan. Lorient, en revanche, avec un Gameiro en état de grâce (7 buts en 4 matches, 15 depuis de début de saison), peut regarder vers le haut (8e). Et profiter d'une soirée magnifique...