Lorenzo, et de six !

  • A
  • A
Lorenzo, et de six !
@ Reuters
Partagez sur :

MOTO GP – Aux Etats-Unis, l'Espagnol a signé son sixième succès de la saison.

MOTO GP – Aux Etats-Unis, l'Espagnol a signé son sixième succès de la saison. Sauf accident, Jorge Lorenzo devrait être sacré champion du monde dans la catégorie reine pour la première fois de sa carrière à l'issue de la saison. 15 points, c'est le maigre pécule qu'a abandonné jusqu'alors l'intéressé, vainqueur de six Grands Prix et crédité de trois deuxièmes places sur les neuf courses déjà courues. A l'échelle du MotoGP et sur la même plage, seul Valentino Rossi peut se targuer d'avoir fait aussi bien par le passé, en enchainant huit succès pour une position de dauphin en 2002. C'est dire si le Majorquin semble promis à un bel avenir. L'organisation américaine a beau s'être trompée lors de la cérémonie protocolaire, en laissant retentir les premières notes de l'hymne italien ce dimanche soir à Laguna Seca, c'est bel et bien l'Espagnol qui a recueilli tous les honneurs, et finalement eu droit à son hymne national, comme le pilote Fernando Alonso à Hockenheim et le coureur Alberto Contador sur les Champs-Elysées en ce nouveau jour béni pour le sport ibérique. La finalité d'une nouvelle démonstration de force de l'ancien double champion du monde de la catégorie 250cc. Rossi déjà de retour sur le podium Poleman pour la cinquième fois de rang sur la grille de départ californienne, Jorge Lorenzo a certes perdu du terrain à l'extinction des feux - alors surpris par Casey Stoner, Ben Spies et surtout Dani Pedrosa, passé comme une flèche de la quatrième position à la tête - il n'en a pas moins contrôlé les débats. Très vite revenu sur Spies et Stoner, le pilote Yamaha n'a pas eu à déplorer plus d'une seconde de retard sur Pedrosa. Un rival de choix monté sur une Honda qui ensuite n'a pas su résister à cette pression à distance, partant à la faute dans le 11e tour, à l'amorce d'un virage. Dès lors seul aux commandes du Grand Prix et crédité d'une marge de près de deux secondes vis-à-vis de la Ducati de Stoner, Lorenzo n'a plus été inquiété. Pas plus que Stoner, qui signe à cette occasion son quatrième podium consécutif, après avoir longtemps fait chou blanc cette saison. Un top 3 que réintègre par ailleurs Valentino Rossi, d'abord décroché par Andrea Dovizioso dans la quête de la troisième place et finalement convié sur les marches, sept semaines seulement après sa double fracture de la jambe droite et huit jours après avoir fait le show sur le Sachsenring. Pour Yamaha, l'opération américaine est donc des plus fructueuses, la trêve peut être abordée en toute sérénité. Dans trois semaines à Brno, c'est avec 72 longueurs d'avance sur Dani Pedrosa au classement général que Jorge Lorenzo repartira à l'assaut. Soit une marge de manoeuvre de trois Grands Prix environ...