Lopez: "J'ai été mauvais"

  • A
  • A
Lopez: "J'ai été mauvais"
Partagez sur :

Entre deux tours de matches de classement, Nicolas Lopez a pris le temps de venir donner ses impressions sur des championnats du monde ratés. Le sabreur tricolore ne se voile pas la face quant à son niveau de performance, il reconnaît avoir été mauvais lors de la défaite initiale des Bleus face à la Biélorussie. Le médaillé olympique de Pékin remet même en doute la suite de sa carrière...

Entre deux tours de matches de classement, Nicolas Lopez a pris le temps de venir donner ses impressions sur des championnats du monde ratés. Le sabreur tricolore ne se voile pas la face quant à son niveau de performance, il reconnaît avoir été mauvais lors de la défaite initiale des Bleus face à la Biélorussie. Le médaillé olympique de Pékin remet même en doute la suite de sa carrière... Quelle analyse faites-vous de ce tournoi par équipes ? Je suis déçu et triste. Je sais que ce matin je n'ai pas été bon, je n'étais pas bien. Je n'ai pas répondu à toutes les questions que je me posais, il faut que je fasse une grosse introspection après les "Monde", le constat est clair. Il faut que je sache pourquoi je fais de l'escrime, pourquoi je m'entraîne. Ça se joue à une touche face à la Biélorussie... Oui, ça se joue à une touche mais nous notre but c'est tout de même d'avoir des touches d'avance pour être tranquilles, c'est d'être meilleurs que ça, on ne va pas toujours jouer à une touche, à pile ou face. Quand une finale se joue à une touche et que les deux ont été bons, on peut se dire que ce n'est pas passé loin mais là les Italiens leur ont collé 45-25 derrière, c'est nous qui n'avons pas été bons, c'est ça qu'il faut retenir. Vous posez-vous des questions sur la suite de votre carrière ? Je m'en posais déjà avant, les questions reviennent, je n'ai pas vraiment envie de m'arrêter sur ça mais peut-être que je n'avais pas assez bien répondu pour être bien. Mais si je décide de continuer deux ans, il faudra vraiment tout mettre en place, l'objectif sera clair, il faut que je tranche. "Oui, il y aura un gros debriefing" Patrice Menon annonce un gros debriefing après deux Mondiaux sans médaille, qu'en pensez-vous ? On va le faire, c'est clair. On l'avait déjà fait l'année dernière. Je n'ai pas l'impression d'avoir tiré comme j'apprends à le faire à l'entraînement donc c'est rageant. Oui, il y aura un gros debriefing, c'est sûr, après ça ne veut rien dire. Là, ce n'est pas pour nous et l'année prochaine on peut faire une belle saison et même gagner les "Monde", le sport de haut niveau, c'est ça. Si on continue, il faudra travailler, arriver plus serein sur la piste. (Il coupe) Je n'ai pas vraiment de réponse. Avec Patrice (Menon) on était d'accord sur mon cas, aujourd'hui, j'ai été mauvais. Quelles sont à vos yeux les solutions ? Il faut réfléchir, on est un groupe, on travaille tous ensemble. On a notre responsabilité, le staff aussi, il faut en être conscient, mettre toutes nos billes ensemble et voir comment on progresse.