Longo, la terrible accusation

  • A
  • A
Longo, la terrible accusation
Partagez sur :

Le feuilleton Jeannie Longo semble n'être qu'à son commencement. Le quotidien L'Equipe révélait ce vendredi matin que la Française était sous le coup d'une suspension après avoir manqué à trois reprises à ses obligations de localisation. Joe Papp, ancien coureur cycliste dopé, déclare lui à VeloNation qu'il a fourni la Grenobloise en produits dopants. Dans le même temps, Longo s'est déclarée sereine dans un communiqué.

Le feuilleton Jeannie Longo semble n'être qu'à son commencement. Le quotidien L'Equipe révélait ce vendredi matin que la Française était sous le coup d'une suspension après avoir manqué à trois reprises à ses obligations de localisation. Joe Papp, ancien coureur cycliste dopé, déclare lui à VeloNation qu'il a fourni la Grenobloise en produits dopants. Dans le même temps, Longo s'est déclarée sereine dans un communiqué. Et si, à 52 ans, la formidable carrière de Jeannie Longo, entamée en 1979 et ponctuée de très nombreux titres (59 nationaux, 13 mondiaux, 1 olympique), subissait un coup d'arrêt aussi brutal qu'inattendu ? Le président de la Fédération Française de cyclisme (FFC), David Lappartient, a confirmé ce vendredi l'information rapportée par le quotidien L'Equipe selon laquelle la Tricolore était sous le coup d'une suspension (de 3 mois à 2 ans) pour avoir manqué, à trois reprises, à ses obligations de localisation (préciser ses lieux d'entraînement) ce qui, dans le code antidopage, équivaut à un contrôle positif. "C'est effectivement une affaire qui est gênante, gênante pour Jeannie Longo elle-même, parce que cela peut ternir son image alors qu'elle ne le mérite pas du tout", a ainsi déclaré le patron du cyclisme français au micro d'Infosport+. Réagissant par le biais d'un communiqué rédigé par son avocat Me Bruno Ravaz ce vendredi midi, Jeannie Longo s'est dite complètement sereine quant à la suite des évènements, faisant pleinement "confiance à la Fédération Française pour considérer sa situation de manière impartiale et objective. Le communiqué poursuit en précisant que "depuis le début de sa carrière, Jeannie Longo-Ciprelli a été contrôlée plus qu'aucun autre athlète au monde sans que jamais les résultats laissent le moindre doute sur son exemplarité sportive." Jeannie Longo devrait très prochainement être entendue par la commission de discipline de la FFC, à qui son dossier a été transmis par l'Agence Française du Lutte contre le Dopage (AFLD). Pour Joe Papp, Jeannie Longo a utilisé des produits dopants Si l'exemplarité sportive de la quinquagénaire ne semble pas faire le moindre doute dans son entourage, Joe Papp, ancien coureur cycliste américain, ne croit pas à l'intégrité de Jeannie Longo. Aujourd'hui âgé de 36 ans, Papp a couru essentiellement dans des équipes amateurs, effectuant un bref passage parmi les professionnels au milieu des années 1990. En 2006, il est contrôlé positif à la testostérone et reconnaît avoir également utilisé des stéroïdes et de l'EPO. Surtout, il avoue avoir vendu, pendant plusieurs années, des produits dopants à des coureurs cyclistes, jouant le rôle d'intermédiaire. Collaborant depuis 2006 (notamment lors de l'affaire Landis, positif... à la testostérone) avec l'agence américaine anti-dopage (USADA), Joe Papp a avoué ce vendredi à VeloNation qu'il pensait être amené, dans les prochains jours, à témoigner au sujet de Longo: "Pour l'heure, je n'ai pas été appelé à témoigner au sujet de Jeannie Longo, bien que cela soit très certainement probable à l'avenir puisque j'ai longtemps joué le rôle d'intermédiaire entre des athlètes professionnels et amateurs et des vendeurs chinois d'EPO et d'HGH (hormones de croissance, Ndlr), y compris des athlètes français." Le mois dernier, l'Américain se montrait plus explicite sur Twitter (un message effacé depuis), en avançant que la Tricolore avait été l'une de ses clientes du temps où il revendait encore des produits dopants. Un témoignage plus que troublant, lorsqu'on sait que le troisième manquement de Jeannie Longo à son obligation de localisation a eu lieu alors qu'elle s'entraînait aux Etats-Unis, en vue des Championnats de France (lors desquels elle a remporté un nouveau titre national dans l'épreuve contre-la-montre). Les officiels de l'USADA (l'agence américaine) s'étaient rendus à l'hôtel indiqué par la Française, sans finalement trouver trace de la quinquagénaire. Par conséquent, ils avaient alors immédiatement averti l'AFLD de ce troisième manquement, déclencheur d'une action disciplinaire. Si la participation de Jeannie Longo aux Mondiaux de Copenhague, dans 15 jours, semblait déjà bien compromise avec l'annonce du quotidien L'Equipe, les affirmations de Joe Papp, si elles s'avèrent fondées, pourraient donner à l'affaire naissante une toute autre dimension, dramatique pour un cyclisme français en plein renouveau.