Londres veut rassurer

  • A
  • A
Londres veut rassurer
Partagez sur :

A l'approche des Jeux Olympiques de Londres 2012 qui cristallisent toutes les inquiétudes sécuritaires occidentales, la Grande-Bretagne vient d'annoncer par la voix de son ministre de la défense Philip Hammond qu'elle serait prête à déployer des missiles pour protéger ses sites contre toute attaque terroriste aérienne. Une première depuis la Seconde Guerre Mondiale.

A l'approche des Jeux Olympiques de Londres 2012 qui cristallisent toutes les inquiétudes sécuritaires occidentales, la Grande-Bretagne vient d'annoncer par la voix de son ministre de la défense Philip Hammond qu'elle serait prête à déployer des missiles pour protéger ses sites contre toute attaque terroriste aérienne. Une première depuis la Seconde Guerre Mondiale. C'est un message destiné aux Américains qu'a lancé ce lundi le ministre de la Défense Philip Hammond à la chambre des Communes. Inquiets des mesures de sécurité prises par le pays organisateur pour ce qui constitue le plus grand évènement sportif de la planète, les États-Unis avaient proposé d'envoyer 1000 agents dont 500 du FBI afin d'assurer la sécurité de ses athlètes et diplomates, rapporte le quotidien britannique The Guardian. La réponse du ministre de la Défense n'a pas tardé : "Toutes les mesures nécessaires visant à garantir la sécurité des JO de Londres seront prises, y compris, si les militaires le recommandent, un système adéquat de défense sol-air." Comprenez qu'un destroyer de la Navy, équipé de missiles antiaériens, pourrait être déployé dans l'estuaire de la Tamise. La Grande-Bretagne possède deux destroyers de type 45, équipés de missiles de courte et moyenne portée avec un équipage de 60 hommes. Concrètement, le discours prononcé est clairement destiné à rassurer ses alliés Outre-Atlantique. Si aucune décision définitive n'a encore été prise pour le moment, ce déploiement de missiles serait le premier en Grande-Bretagne depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Toutefois, le coordinateur de la sécurité des J.O de Londres, Chris Allison, a démenti ces informations sur les ondes de la BBC: "Nous n'avons entendu aucune de ces soi-disant inquiétudes" tout en annonçant par la suite un déplacement "prévu de longue date" à Washington. Un budget sécurité d'1,7 milliard d'euros Le comité d'organisation des Jeux a déjà revu à la hausse le nombre de ses agents de sécurité. Initialement 10 000, ils seront au total près de 21 000 à assurer la sécurité des 32 sites olympiques. Selon les médias britanniques, le budget consacré à la sécurité pendant les J.O serait de l'ordre de 1,7 milliard d'euros, soit trois fois plus que le budget initialement prévu. Les autorités craignent que les Jeux Olympiques ne soient une cible pour les terroristes comme cela avait été le cas au lendemain de l'annonce de l'attribution des Jeux où des attentats dans les transports en commun de Londres avaient fait 52 morts le 7 juillet 2005. Si le recours aux missiles peut paraitre démesuré, il convient de rappeler que cette situation s'est déjà produite deux fois par le passé. En 2004, pour les premiers Jeux Olympiques après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, les Américains avaient déployés des missiles Patriots autour d'Athènes. Quatre ans plus tard à Pékin, l'armée chinoise avait disposé plusieurs missiles dans un rayon d'un kilomètre autour du stade olympique. Dans un contexte international tendu, il ne fait aucun doute que le monde du sport est désormais une cible privilégiée des terroristes de par sa couverture médiatique. Du 27 juillet au 12 août, tous les yeux seront rivés vers Londres, les missiles aussi...