Loin de Wembley, pas de problème

  • A
  • A
Loin de Wembley, pas de problème
Partagez sur :

Pour son dernier match dans les éliminatoires de l'Euro 2012, l'équipe d'Angleterre se déplace au Monténégro ce vendredi, où elle n'a besoin que d'un point pour valider son billet. Souvent accrochés à Wembley ces derniers temps, les Anglais se libèrent à l'extérieur. C'est donc sans trop de pression qu'ils se rendent à Podgorica pour ce rendez-vous décisif.

Pour son dernier match dans les éliminatoires de l'Euro 2012, l'équipe d'Angleterre se déplace au Monténégro ce vendredi, où elle n'a besoin que d'un point pour valider son billet. Souvent accrochés à Wembley ces derniers temps, les Anglais se libèrent à l'extérieur. C'est donc sans trop de pression qu'ils se rendent à Podgorica pour ce rendez-vous décisif. L'équipe d'Angleterre n'a besoin que d'un point pour décrocher sa qualification à l'Euro 2012. Et c'est sur la pelouse de Podgorica au Monténégro vendredi soir qu'elle va chercher à composter son billet pour l'Ukraine et la Pologne. Tout au long des éliminatoires, la formation de Fabio Capello s'est plus facilement accommodée de ses rencontres à l'extérieur que celles disputées dans son antre de Wembley. Hors de leurs bases, les Anglais ont toujours gagné (trois victoires en trois matches), alors qu'ils ont concédé deux nuls à domicile. Et sur les cinq dernières rencontres à Londres (en comptant les matches amicaux), ils n'en ont remporté qu'une, il y a un mois contre le Pays de Galles (1-0). De là à spéculer sur la naissance d'un syndrome Wembley, il n'y a qu'un pas. Un pas que James Milner refuse de franchir. "Nous avons aussi fait de grands matches à Wembley, donc ça n'a rien de mental, balaye le milieu de terrain de Manchester City sur Sky Sports. Nous avons simplement besoin de faire une grande performance la prochaine fois et tirer un trait définitif sur ce genre de considération." Sans doute, mais il semble bien que les Anglais ne soient pas mécontents de disputer un match décisif loin de Londres et de la pression. "On ne préfère pas jouer à l'extérieur mais cela pourrait nous aider vendredi contre une équipe qui va devoir sortir et attaquer pour gagner le match, concède Milner. Cela va nous ouvrir des possibilités pour s'engouffrer dans les brèches." Milner: "Le Monténégro, un adversaire à prendre au sérieux" Il y a un an, le Monténégro avait tenu en échec la sélection des Three Lions à Wembley (0-0), adoptant une tactique ultra défensive. "Cela devient difficile quand des équipes débarquent à Wembley en jouant à onze derrière, reconnaît Milner. Mais nous devons apprendre à forcer le verrou quand c'est nécessaire." Un discours souvent rabâché par les grandes nations du football qui s'emmêlent parfois les pinceaux face aux petites équipes. "Nous avons vu que le Monténégro était un adversaire à prendre au sérieux, rappelle le milieu des Citizens. Nos derniers bons résultats nous poussent à poursuivre dans cette voie. Nous avons seulement besoin d'un point pour terminer le travail. Mais nous y allons pour gagner." Dans ce genre de situation, les Anglais ont fait preuve de réussite ces dernières années, comme les résultats nuls ramenés d'Italie et de Turquie, qui les ont qualifiés respectivement pour les phases finales de la Coupe du monde 1998 et de l'Euro 2004. Loin de Wembley, l'Angleterre a donc l'occasion d'effacer le douloureux souvenir de la campagne de qualifications pour l'Euro 2008. Loin de Wembley, les problèmes disparaissent.