Loeb va trancher

  • A
  • A
Loeb va trancher
Partagez sur :

En fin de contrat avec Citroën à l'issue de la saison, Sébastien Loeb n'a toujours pas choisi quelle direction donner à sa carrière. La retraite ou la continuité ? Avec le double chevron ou sous une autre bannière ? L'Alsacien devrait parler d'ici peu, sous la pression d'un Olivier Quesnel qui aimerait préparer l'avenir des Rouges.

En fin de contrat avec Citroën à l'issue de la saison, Sébastien Loeb n'a toujours pas choisi quelle direction donner à sa carrière. La retraite ou la continuité ? Avec le double chevron ou sous une autre bannière ? L'Alsacien devrait parler d'ici peu, sous la pression d'un Olivier Quesnel qui aimerait préparer l'avenir des Rouges. La fin du suspense est imminente. Lancé comme une balle vers un huitième titre mondial, alors qu'il mène l'actuel championnat avec 27 longueurs d'avance sur son premier poursuivant Mikko Hirvonen, Sébastien Loeb doit se prononcer très prochainement sur son avenir. Dix ans après son titre de champion du monde junior, le pilote alsacien n'a jamais été aussi tenté par la retraite, lui qui aspire à plus de tranquillité désormais auprès de sa famille. Seulement sa passion pour la compétition l'a déjà poussé à rempiler par le passé. Et l'intéressé pourrait bien récidiver d'ici peu. "Ils attendent ma décision donc je devrais la prendre d'ici la semaine prochaine, avoue Sébastien Loeb dans les pages du magazine Autosport. Je devrais me décider sur le fait de rester chez Citroën, rester en rallye, ou me retirer pour faire autre chose. Ce qui est sûr, c'est que je n'arrêterai pas de piloter." En fin de contrat à la fin de l'année, le septuple champion du monde est prié de trancher. Avant le rallye d'Allemagne, programmé du 19 au 21 août, si possible. "J'espère qu'il restera avec nous mais on verra bien, souffle Olivier Quesnel sur le site officiel du WRC. Il est avec nous depuis dix ans et, un jour, il s'arrêtera. S'il n'est plus là, nous aurons alors à gagner sans lui. Mais mon objectif est d'obtenir un accord avec Loeb et je ne parlerai pas d'éventuels pilotes capables de le remplacer." S'il venait à quitter son team fétiche, lui qui a parfois mal vécu cette saison les cartes blanches laissées par le double chevron à Sébastien Ogier, nul doute que Sébastien Loeb trouverait une équipe à la mesure de ses ambitions. Il y a quelques années, Ford avait courtisé le Français, et pourrait être tenté de revenir à la charge quand on sait l'admiration qu'a Malcolm Wilson pour l'enfant d'Haguenau. Autre défi possible - plus lointain certes - le challenge Volkswagen, alors que Kris Nissen et ses troupes préparent leur rentrée pour 2013. "C'est clair que ça pourrait être une bonne opportunité pour moi, concède l'Alsacien. Je dois y réfléchir et savoir si je veux continuer. Je vais y penser dans les prochains jours." Des jours décisifs pour le sport automobile français...