Loeb : sept titres et après ?

  • A
  • A
Loeb : sept titres et après ?
@ Montage Reuters/Maxppp
Partagez sur :

RALLYE - Loeb a été sacré pour la septième fois, comme avant lui Schumacher, Armstrong et l'OL.

Hégémonique. Voilà comment on peut qualifier le règne de Sébastien Loeb et de sa Citroën sur le monde du rallye. Dimanche, l'Alsacien a décroché chez lui, lors du rallye de France, son septième titre d'affilée. Avant lui, d'autres grands sportifs et équipes avaient récemment réalisé l'exploit de remporter sept titres... sans en décrocher un huitième. Pourquoi ? Comment ? Voici quelques écueils à éviter pour l'Alsacien.

Olympique lyonnais : changer à tout prix Fait unique dans l'histoire du football français, l'OL a été sacré champion de France sept fois d'affilée entre 2002 et 2008. À la différence de Sébastien Loeb, qui a toujours été fidèle à Citroën depuis le début de sa carrière en 2001, le club rhodanien a connu quatre entraîneurs lors de sa période de gloire (Jacques Santini, Paul Le Guen, Gérard Houllier, Alain Perrin).

Transfuge de Sochaux, Perrin avait réussi le tour de force en 2008 de réaliser le doublé, avec une Coupe de France que l'équipe n'avait plus remportée depuis 25 ans. Mais Jean-Michel Aulas décida d'en se séparer et de faire appel à Claude Puel. Depuis deux ans, l'OL n'a plus rien gagner. Changer à tout prix, voilà un danger qui ne guette guère Loeb, qui conduira à nouveau une Citroën l'an prochain.

Lance Armstrong : partir puis revenir Sébastien Loeb n'a pas choisi d'imiter Lance Armstrong. En juillet 2005, le cycliste américain avait décidé de mettre un terme à sa carrière après une septième victoire historique dans le Tour de France. Quelques semaines plus tard, L'Équipe mettait en évidence l'utilisation d'EPO lors du Tour 1999.

A priori, Loeb est à l'abri de telle révélation... Non, ce qu'il lui faudra soigner, c'est la sortie. Ou le non-retour, c'est selon. Car Armstrong a fini par revenir, quatre ans après sa retraite. Résultat, il a échoué dans sa quête d'un huitième triomphe, de peu (3e en 2009) ou de beaucoup (24e en 2010).

Michael Schumacher : faire la saison de trop Champion deux fois sur Benetton (1994 et 95) puis cinq fois sur Ferrari (2000 à 2004), Michael Schumacher a régné sur la F1, comme Loeb sur le rallye. Mais après son septième titre, le leader de la Scuderia a galéré en 2005 (3e du championnat) et échoué en 2006 (2e du Championnat).

Cette année-là, "Schumi" avait signé un dernier Grand Prix d'anthologie au Brésil. Alors que cette sortie avait de la gueule, l'Allemand, comme beaucoup de grands champions, a pourtant fini par céder à l'appel de la compétition. Et cette saison, il est revenu en F1, chez Mercedes. Résultat : un seul podium et une aura à berne. Partir au sommet avec un huitième titre - ou un neuvième, dixième, pourquoi pas -, c'est l'immense défiqui attend désormais Loeb.