Loeb, roi de Jordanie

  • A
  • A
Loeb, roi de Jordanie
@ Reuters
Partagez sur :

RALLYE - Sébastien Loeb s'est imposé dans le désert jordanien.

RALLYE - Sébastien Loeb s'est imposé dans le désert jordanien. Trois rallyes, trois podiums, deux victoires et une concurrence réduite au silence. La saison vient à peine de débuter que, déjà, Sébastien Loeb a planté le décor. Le patron, c'est lui, ce que personne ne peut contester. 25 points d'avance, c'est déjà un bonus en poche sur le second du championnat qui n'est plus désormais Mikko Hirvonen, dont la course s'est terminée sur un talus lors de la 8e spéciale, mais bel et bien l'autre pilote Ford, le fougueux Jari-Matti Latvala. Sébastien Loeb n'a pourtant pas eu la tâche facilitée lors de ce rallye. Comme le règlement le prévoit, le sextuple champion du monde a ouvert la route le jeudi lors de la première journée de rallye. Un premier acte finalement bien négocié par le pilote Citroën qui pointait, malgré ce désavantage certain, au troisième rang à 31.8 secondes de la Ford Jari-Matti Latvala et derrière Sébastien Ogier du team junior Citroën. Loeb avait d'ailleurs terminé la première journée comme il a débuté la deuxième, sur un scratch. Loeb, plus facile que prévu Une huitième spéciale pour débuter la journée de vendredi qui a apporté son lot d'informations puisque Mikko Hirvonen, candidat déclaré au titre et adversaire numéro 1 de Loeb tout au long de l'année 2009, a été contraint à l'abandon après avoir heurté un talus après seulement 4 kilomètres de spéciale, suspension avant cassée. Un gros coup d'arrêt pour le Finlandais conscient que le train ne passe pas deux fois. Laisser la moindre opportunité à Loeb revient à lui ouvrir grand la porte. Et le Français ne s'est pas gêné. Lancé sur les routes de Jordanie, le pilote Citroën a choisi de continuer son effort tout au long des spéciales de samedi afin de creuser son avance en tête, quitte à balayer de nouveau les pistes samedi. "D'après nos calculs, cet écart nous permettra de jouer la victoire, mais cela risque d'être très, très serré", avait prévenu Loeb avant la dernière journée. Il avait tort. Il n'avait tout simplement pas prévu de signer 4 temps scratch en 8 spéciales et de n'être jamais plus loin que la 3e place, perdant au maximum 3.7 secondes. Une performance bien aidée par la stratégie d'équipe de Citroën, qui a "sacrifié" Ogier, gêné par des problèmes techniques qui l'ont écarté de la course au podium, en lui demandant de se présenter en avance au départ pour ouvrir la route à Loeb. Une manoeuvre qui entrainera une pénalité pour le jeune pilote français, finalement sixième à l'arrivée. "Il est certain que la stratégie de l'équipe m'a un peu facilité la tâche, mais je ne suis pas persuadé que j'en avais besoin, a concédé l'Alsacien à l'arrivée. Malgré une position moins favorable que celle de Jari-Matti Latvala, nous avons réussi à creuser un peu plus l'écart." Car du coup, au classement général, la marge finale est conséquente avec 35.8 secondes d'avance sur Latvala et 1'11" sur la Citroën privée de Petter Solberg qui a damé le pion de Dani Sordo sur la deuxième Citroën officielle. Un Solberg qui est revenu sur les talons d'Hirvonen au championnat. Pas mal...