Loeb ne veut plus parler d'Ogier

  • A
  • A
Loeb ne veut plus parler d'Ogier
Partagez sur :

La saison touche à sa fin mais l'ambiance chez Citroën reste des plus tendues. Dans un entretien accordé à L'Equipe ce lundi, Sébastien Loeb revenait sur les conflits qui l'ont opposé à Sébastien Ogier, lors des rallyes de Grèce et d'Allemagne. L'Alsacien y avouait qu'après avoir hésité à quitter la marque au chevron, il ne s'imaginait pas cohabiter très longtemps avec son jeune coéquipier. Mais, dans la journée, Loeb a publié un communiqué pour calmer le jeu, affirmant n'avoir aucun problème avec son coéquipier...

La saison touche à sa fin mais l'ambiance chez Citroën reste des plus tendues. Dans un entretien accordé à L'Equipe ce lundi, Sébastien Loeb revenait sur les conflits qui l'ont opposé à Sébastien Ogier, lors des rallyes de Grèce et d'Allemagne. L'Alsacien y avouait qu'après avoir hésité à quitter la marque au chevron, il ne s'imaginait pas cohabiter très longtemps avec son jeune coéquipier. Mais, dans la journée, Loeb a publié un communiqué pour calmer le jeu, affirmant n'avoir aucun problème avec son coéquipier... Marche arrière toute ! Voyant la polémique enfler suite à une interview publiée dans L'Equipe ce lundi matin, Sébastien Loeb a réagi dans un communiqué titré: "La polémique, ça suffit !". Sur son site officiel, le septuple champion du monde y déplore l'importance prise par ses déclarations et assure n'avoir "aucun problème avec Ogier." A moins d'une semaine d'un rallye de Grande-Bretagne où il jouera le titre mondial face à Hirvonen, Sébastien Loeb avait mis les points sur les I dans une interview publiée ce lundi dans L'Equipe. Interrogé sur sa saison, l'Alsacien y est revenu en détail sur les tensions régnant avec Sébastien Ogier au sein de l'équipe Citroën... Mesurant ensuite la portée de ses dires, Loeb a fait marche arrière, affirmant que "dans cet article qui relate mes débuts, mes hésitations sur la suite à donner à ma carrière, ma vie de famille ou encore mes projets, nous sommes revenus brièvement sur l'épisode allemand de la saison. Mais le journal a cru bon de titrer sur ce passage et c'est cet extrait qui a été repris en boucle par les autres médias, sur internet et sur les réseaux sociaux." Difficile en effet de ne pas voir dans ces confessions un message envers Citroën... Car, on le sait, depuis un rallye de Grèce où l'équipe avait favorisé le Gapençais pour lui permettre d'accrocher la victoire, rien ne va plus entre les deux hommes. Loeb n'a jamais véritablement digéré l'affront qui l'avait privé de sept points au championnat, précieux puisque depuis ses malheurs en Allemagne, Australie et France, son avance sur Hirvonen a fondu pour ne posséder que huit petits points sur le pilote Ford avant le RAC, ultime manche de la saison. "En se battant entre nous, on a laissé des points. Est-ce normal ? Je pense qu'il était légitime de me privilégier vu la situation au championnat, expliquait notamment Loeb dans les colonnes de L'Equipe. La rupture semble pourtant être intervenue en Allemagne où Ogier avait déploré à son tour des consignes d'équipe favorisant Loeb... Le septuple champion du monde confirme l'avoir encore en travers de la gorge: "Je comprends qu'il ne soit pas content car il est capable de gagner. Certains de ses propos m'ont dérangé pendant le rallye d'Allemagne. Je ne suis pas allé pleurer", tonne l'Alsacien aux sujets des déclarations d'Ogier ("Séb' va aller pleurer, dire qu'il faut des consignes car il va se faire embêter par son petit équipier", avait alors déploré le Haut-Alpin devant les caméras). "Il y a juste eu une prise de conscience, au niveau de la marque, qu'il fallait miser sur celui qui était le mieux placé au Championnat plutôt qu'on se tire dans les pattes. Or, j'étais devant", rappelle le septuple champion du monde. Ou comment frapper du poing sur la table. "Ça ne m'a pas plu. Ogier a nui à mon image alors que j'ai toujours été plus ou moins élogieux vis-à-vis de lui, de ses performances." "Le sujet est clos, je n'ai pas de problème avec Ogier" Loeb le fait sentir, l'épisode a laissé des traces et manqué de peu de mettre un terme à sa collaboration avec la marque au Chevron, pourtant née dans les formules de promotion à la fin du siècle dernier à bord de la fameuse Saxo Kit Car. D'autant que Volkswagen est monté au créneau: "Ils sont très motivés pour que je vienne", dit-il à propos de sa rencontre avec les dirigeants de la marque allemande, en août. "Du coup, quand je ressors de là je me dis: " Pourquoi pas ?" Ça m'a fait réfléchir." L'entourage l'a même encouragé à quitter le navire: "Ce sont surtout des proches qui n'avaient pas aimé les épisodes du rallye de Grèce et qui avaient pris tout cela beaucoup plus à coeur que moi." Habile, tourné vers la prochaine saison et conscient qu'une fracture entre pro Loeb et pro Ogier peut intervenir à tout moment au sein de l'équipe, l'Alsacien la joue collectif et assure: "Je ne voulais pas casser tout ce que nous avions construit. Ça me gênait aussi vis-à-vis des mécanos car je n'avais pas de raison de les quitter. Je suis resté par respect. Parce que tout ce que l'on a fait, on l'a fait ensemble. C'est aussi grâce à mes mécanos si j'en suis là. Donc me casser d'un coup...". L'hésitation a pourtant duré: "J'ai vraiment eu du mal à trancher", avoue-t-il au sujet de sa prolongation de contrat pour les deux prochaines saisons. Avant cela, il lui faudra conquérir au RAC un huitième titre mondial lors d'une manche toujours extrêmement piégeuse. "Ce n'est pas le rallye que le préfère. Il est stressant. Se retrouver au départ d'une spéciale de nuit, quand il tombe des cordes, qu'on sait qu'il va y avoir des pièges tous les trois virages et qu'on joue le titre mondial là-dessus, ce n'est vraiment pas facile." Au moins autant que les futures joutes annoncées face à Ogier. "C'est le premier qui vient réellement me menacer. Il est vraiment bon." Avant de lancer un message clair à sa direction: "Avoir les deux comme ça, dans la même équipe, ça ne peut pas bien se passer à long terme." Ogier a sûrement apprécié. Ce lundi soir, Loeb l'assure en conclusion du communiqué: "Que ce soit clair: pour moi ce sujet est clos. Je n'ai pas de problème avec Sébastien Ogier et il serait temps que les journalistes cessent d'alimenter une polémique qui n'a pas lieu d'être !". Tout irait donc bien dans le meilleur des mondes à trois jours d'un RAC décisif...