Loeb, le mauvais calcul

  • A
  • A
Loeb, le mauvais calcul
Partagez sur :

Comme jeudi soir, Sébastien Loeb a terminé en tête du rallye de Finlande, vendredi, au terme de la deuxième étape. Le pilote Citroën, qui a souffert de sa position d'ouvreur toute la journée, aura fort à faire samedi pour défendre sa maigre avance (1"5 sur Sébastien Ogier, 2"6 sur Jari-Matti Latvala). En lui laissant le leadership, ces deux rivaux lui ont sérieusement compliqué la tâche.

Comme jeudi soir, Sébastien Loeb a terminé en tête du rallye de Finlande, vendredi, au terme de la deuxième étape. Le pilote Citroën, qui a souffert de sa position d'ouvreur toute la journée, aura fort à faire samedi pour défendre sa maigre avance (1"5 sur Sébastien Ogier, 2"6 sur Jari-Matti Latvala). En lui laissant le leadership, ces deux rivaux lui ont sérieusement compliqué la tâche. "Il est certain que la première position est pénalisante pour l'équipage qui ouvre, surtout si les routes sont très sèches." Ainsi parlait Sébastien Loeb jeudi sur le rallye de Finlande, à l'issue d'une première étape qui l'avait vu prendre les devants, pour une poignée de secondes. Huit spéciales plus tard, son discours n'aura probablement pas changé. Si l'Alsacien pointe toujours en tête des débats au terme du deuxième acte, il en a bavé toute la journée pour garder son leadership, relâchant même son effort en fin d'étape pour ne pas avoir à revivre pareil calvaire samedi. En vain... Tandis que Mikko Hirvonen - hors-jeu depuis la veille et une malencontreuse sortie de piste - enchainait les scratches, le septuple champion du monde s'est d'abord attelé à creuser l'écart. Peine perdue au vu du rythme de son premier dauphin, un Sébastien Ogier qui lui emboitait alors le pas sur la piste de Jyväskylä. Dans l'ES9, la pression du Gapençais se fait telle que Loeb abandonne sa position de force au classement général. Ce tandis que Jari-Matti Latvala, troisième prétendant à la gagne en Finlande à ce stade de la course, semble lâcher prise. "J'ai heurté le protège carter et j'ai glissé dans un fossé. J'y suis resté bloqué un petit moment mais j'ai pu revenir sur la route. J'étais un peu inquiet et j'ai perdu un peu de temps. Mais il y a encore des choses à faire", expliquera-t-il après coup. La 10e spéciale confirme la tendance. Ogier s'impose devant son coéquipier, gagnant 1"5 en 2 km sur un Loeb qui déplore alors un bris de pare-brise forcément handicapant. "Mon pare-brise a été brisé dans le premier virage, à cause d'une pierre qui m'est arrivée par Ogier, qui a pris la ligne extérieure", expliquait l'Alsacien avant l'ultime chrono du jour. Prévoyant, le fer de lance du team Citroën se présentait en retard au départ de la 11e spéciale, écopant ainsi d'une pénalité de dix secondes pour conforter son compatriote et rival dans son leadership. Seulement le Gapençais levait le pied au point de concéder 13 grosses secondes à l'Alsacien, lequel, ainsi de retour aux commandes, en était quitte pour rouvrir la route samedi. Avec 11 spéciales au programme de la troisième étape, la journée promet d'être longue pour Sébastien Loeb...