Loeb, le grand huit !

  • A
  • A
Loeb, le grand huit !
Partagez sur :

Sébastien Loeb a coiffé une huitième couronne mondiale avant même la fin du rallye de Grande-Bretagne. Mikko Hirvonen, son dernier rival, a été contraint à l'abandon définitif ce vendredi lors de la deuxième étape de cette dernière manche de la saison. L'Alsacien est assuré du titre mondial et conclut de nouveau en beauté une saison éprouvante.

Sébastien Loeb a coiffé une huitième couronne mondiale avant même la fin du rallye de Grande-Bretagne. Mikko Hirvonen, son dernier rival, a été contraint à l'abandon définitif ce vendredi lors de la deuxième étape de cette dernière manche de la saison. L'Alsacien est assuré du titre mondial et conclut de nouveau en beauté une saison éprouvante. Ils ont pourtant tout essayé pour permettre à Hirvonen d'encore croire à un titre mondial samedi lors de la troisième étape du rallye de Grande-Bretagne. Mais les mécaniciens ont dû se rendre à l'évidence alors que le délai imparti pour réparer la Fiesta meurtrie n'était que de trois heures. Peu avant 18h18, défini comme l'horaire limite, les réparations ayant débuté à 15h18 suite à l'arrivée de la Ford dans son box, l'entourage du pilote finlandais a confirmé le retrait définitif de son poulain. Cet abandon assure de facto le huitième titre mondial de Loeb, un record évidemment, surtout si l'on y ajoute l'incroyable série réalisée par l'Alsacien qui truste les couronnes de manière ininterrompue depuis 2004. Bien sûr, le titre paraissait tout proche après les déboires vécus par Hirvonen, ultime rival et parti à la faute lors de l'ES 7 vendredi matin. Radiateur percé, suspension largement endommagée, la Fiesta faisait alors peine à voir et les chances du Finlandais paraissaient minimes. Le pilote Ford ne se faisait d'ailleurs guère d'illusions, le retard accumulé (3 minutes et 52 secondes sur la spéciale, plus 5 minutes par spéciale manquée, faisant monter la note à 23'52) paraissant rédhibitoire. Il fallait en fait un sacré concours de circonstances pour encore empêcher Loeb de célébrer sa huitième couronne. La seule possibilité résidait en un abandon de l'Alsacien conjugué à une chevauchée fantastique d'Hirvonen remontant du diable vauvert pour assurer la cinquième place... Peine perdue, le moteur de la Fiesta était de toute façon trop abîmé pour encore croire au miracle. Malgré une réparation de fortune durant la liaison, les mécaniciens ont confié que l'abandon était inéluctable, une décision confirmée par l'équipe Ford quelques minutes plus tard. "Il est définitivement hors course. Il ne va pas repartir", affirmait le porte-parole de l'équipe. Du cauchemar alsacien au rêve gallois... Les puristes regretteront sans doute un dénouement loin d'être à la hauteur d'une saison épique, même si Latvala tentera de gâcher la fête samedi et dimanche. Car ce cru 2011 aura été d'exception, marqué par des duels au couteau dans de nombreuses manches à l'image du dixième de seconde séparant Ogier de Latvala en Jordanie, de la bagarre incroyable en Sardaigne entre Loeb et son futur dauphin Hirvonen puis des piques entre les deux pilotes Citroën. Grands animateurs de cette année 2011, les deux Français ont fini par se livrer une bataille fratricide qui a failli coûter très cher à la marque au chevron. Car après la Finlande et une quatrième victoire en huit manches disputées, le titre paraissait à portée pour l'Alsacien. Une crevaison en Allemagne, une sortie de piste en Australie, une casse moteur en Alsace (cruel clin d'oeil du destin) et tout était relancé. Ogier a mis la pression avant de craquer, Hirvonen lui a joué à l'épicier pour rester dans la course jusqu'au bout. Tour à tour, les deux ont cru déboulonner le maitre. Mais, en rallye, à la fin, c'est toujours Loeb qui gagne... Un champion d'exception entrant un peu plus dans l'histoire du sport français.