Loeb, la victoire opportuniste

  • A
  • A
Loeb, la victoire opportuniste
Partagez sur :

Sébastien Loeb a remporté dimanche le rallye d'Argentine. Une victoire surprise, qui semblait inenvisageable vendredi après une pénalité d'une minute. Mais une sortie de route de Sébastien Ogier, alors largement en tête, lors de la dernière journée, a complètement changé la donne, et permis à l'Alsacien, plus régulier, de remporter son troisième rallye de la saison et de conforter sa première place au classement du championnat du monde.

Sébastien Loeb a remporté dimanche le rallye d'Argentine. Une victoire surprise, qui semblait inenvisageable vendredi après une pénalité d'une minute. Mais une sortie de route de Sébastien Ogier, alors largement en tête, lors de la dernière journée, a complètement changé la donne, et permis à l'Alsacien, plus régulier, de remporter son troisième rallye de la saison et de conforter sa première place au classement du championnat du monde. "S'il a des bons bras, il doit pouvoir compenser le manque de direction assistée..." Olivier Quesnel, patron du Citroën-Racing, ne pensait certainement pas jouer les oiseaux de mauvais augure pour Sébastien Ogier, en tête du rallye d'Argentine à trois spéciales du terme. Mais le patron de la firme aux chevrons n'imaginait pas non plus que l'avarie technique qui découlerait des tonneaux subis par son pilote dans la première spéciale du jour serait aussi pénalisante. Sans cette erreur d'appréciation sur une trajectoire intérieure, Ogier aurait sans aucun doute remporté son troisième rallye de la saison. Car avant cette malencontreuse sortie de route, le Gapençais avait su imprimer un rythme d'enfer à ses concurrents au cours d'une superbe journée de samedi. Peine perdue donc, mais Citroën n'a pas tout perdu sur les pistes argentines. Comme souvent depuis le début de la saison, un Sébastien en a en effet caché un autre. Sur six rallyes désormais disputés, un seul a en effet échappé à l'infernal tandem Ogier-Loeb: le premier, en Suède, où Mikko Hirvonen avait triomphé. Depuis, c'est un règne sans partage des pilotes Citroën. Hirvonen, justement, qui aura longtemps revêtu le costume de principal rival des deux Seb. Mais Loeb, après une première journée catastrophique, a laissé parler sa régularité. Loeb creuse l'écart "Je ne pensais pas me battre pour la victoire dans ce rallye, mais je suis très heureux du déroulement des choses hier (samedi, NDLR) et aujourd'hui... " Quelques instants après avoir bouclé l'ultime super-spéciale en troisième position, Sébastien Loeb lui-même semblait ne pas imaginer pouvoir s'imposer une sixième fois sur les pistes argentines. Pourtant, c'est bien lui qui triomphe encore, inimaginable deux jours après avoir ouvert la route, et subi une pénalité d'une minute consécutive à un pointage trop précoce. Si cette pénalité n'avait pas existé, l'Alsacien aurait vraisemblablement relégué la concurrence à plus de trente secondes, si ce n'est plus. Cette concurrence, finalement incarnée par Mikko Hirvonen, finit le week-end sud-américain à 2 secondes 4. Sébastien Ogier, pour sa part, préserve malgré tout sa place sur le podium. Un moindre mal sur le plan personnel, mais surtout une bonne opération pour Citroën au classement des constructeurs. Avec deux DS3 sur le podium, Citroën accentue son avance sur Ford. Idem pour Loeb, qui possède désormais 126 points au classement pilotes, soit 15 d'avance sur Hirvonen. Ogier complète le podium, à 30 longueurs du septuple champion du monde. Le malheur des uns fait décidément le bonheur des autres.