Loeb forte tête

  • A
  • A
Loeb forte tête
Partagez sur :

Les deux hommes se respectent, c'est un fait, mais ils se redoutent plus encore. A tel point que la notion d'équipe a pris du plomb dans l'aile cette saison chez Citroën. Face à son coéquipier Sébastien Ogier, Sébastien Loeb l'avoue dans une interview télévisée: il ne s'inclinera pas devant le Gapençais pour faciliter l'éventuel sacre de ce dernier. Ce, même si le double chevron lui en intime l'ordre.

Les deux hommes se respectent, c'est un fait, mais ils se redoutent plus encore. A tel point que la notion d'équipe a pris du plomb dans l'aile cette saison chez Citroën. Face à son coéquipier Sébastien Ogier, Sébastien Loeb l'avoue dans une interview télévisée: il ne s'inclinera pas devant le Gapençais pour faciliter l'éventuel sacre de ce dernier. Ce, même si le double chevron lui en intime l'ordre. Les scénarii des rallyes du Mexique et du Portugal sont on ne peut plus révélateurs: cette saison, la guerre fait rage dans les rangs de Citroën. Si Sébastien Ogier voit en Sébastien Loeb le meilleur pilote de tous les temps, celui-ci voit dans son nouveau partenaire le meilleur coéquipier qu'il ait jamais eu - devant Carlos Sainz ou Colin McRae sous-entendu. Et c'est bien là le problème. Au Mexique, la rivalité entre les deux hommes a mis une pression telle sur les épaules d'Ogier que ce dernier est parti à la faute dans la dernière ligne droite du rallye. Sans une crevaison de Mikko Hirvonen fatale aux ambitions de Loeb, l'histoire aurait pu se répéter quelques semaines plus tard au Portugal. "Bien sûr, ce serait plus facile si nous n'étions pas dans la même équipe, considère aujourd'hui Sébastien Loeb, interrogé par Sébastien Ogier en personne devant la caméra de WRC TV. Ce serait plus facile parce que ce qu'il s'est passé au Mexique n'aurait pas dû se dérouler de cette façon." Et à la question de savoir s'il céderait son titre de champion du monde en cas de leadership du Gapençais sur la fin du championnat, l'Alsacien répond sans détour: "Si tu as 50 points de plus que moi à deux rallyes de la fin du championnat, je te laisserai gagner. Si tu n'as que deux points de plus, non." Autrement dit, Sébastien Loeb ne s'imagine pas une seule seconde dans la peau d'un lieutenant dévoué à son capitaine. Ce qu'il a déjà eu l'occasion de rappeler après la signature de Sébastien Ogier en faveur de son team ou à l'issue d'un rallye du Mexique au cours duquel il aurait ignoré les recommandations d'Olivier Quesnel, son patron, au soir de la deuxième étape. "Il faut que nous nous battions sans consigne d'équipe, nous nous affrontons l'un contre l'autre et essayons tous les deux de faire briller notre équipe", conclut-il. En Jordanie la semaine prochaine, les deux Seb rouleront donc pour leur propre compte, mais dans le souci de bien faire pour la communauté Citroën. Pas forcément compatible...