Loeb de la situation ?

  • A
  • A
Loeb de la situation ?
Partagez sur :

Deux jours après la victoire de Sébastien Ogier en Alsace, Sébastien Loeb est revenu sur sa déconvenue, mardi, exprimant sa déception dans les pages de son site officiel. Fataliste, le septuple champion du monde se sait désormais menacé. Pourtant chez Citroën la donne demeure inchangée, et favorable au pilote alsacien.

Deux jours après la victoire de Sébastien Ogier en Alsace, Sébastien Loeb est revenu sur sa déconvenue, mardi, exprimant sa déception dans les pages de son site officiel. Fataliste, le septuple champion du monde se sait désormais menacé. Pourtant chez Citroën la donne demeure inchangée, et favorable au pilote alsacien. Courus d'avance, les rallyes d'Allemagne et d'Alsace, chasses gardées présumées de Sébastien Loeb, n'ont pas fait l'heureux attendu. Sébastien Ogier s'y est distingué, profitant comme Mikko Hirvonen en Australie de coups du sort aux lourdes conséquences pour son coéquipier. Si bien que trois rallyes après son coup d'éclat finlandais, Loeb fait figure aujourd'hui de leader fragile, rejoint au sommet de la hiérarchie par son homologue fordiste et talonné par son successeur annoncé. Un partenaire et néanmoins concurrent gapençais qui compte désormais cinq succès cette saison. C'est un de plus que le septuple champion du monde en personne. "Evidemment, ça va relancer le championnat. J'ai toujours dit que gagner des rallyes n'était jamais simple et c'est encore plus dur pour le championnat. Un score nul peut tout remettre en cause... Mais bon, pour le moment, je n'ai pas trop envie de réfléchir à ça", écrivait Sébastien Loeb mardi sur son site officiel, avant de partager sa frustration avec ses supporters. "C'est un rallye que j'attendais d'abord pour le résultat parce que c'est un rallye asphalte où on est bien. Et puis je l'attendais surtout pour tout le public qui est là et qui est venu pour m'encourager. Finalement, on s'arrête dès le début. C'est la première fois que je pète un moteur en course depuis je ne sais pas combien de temps, 2003 ou 2004 peut-être. Ça arrive de temps en temps, en essais, mais en course, c'est extrêmement rare... Je suis désolé pour tous les fans et tous les passionnés qui sont venus me suivre, mais des fois, ça ne veut pas rigoler." Quesnel: "Le leader de l'équipe en Catalogne sera Loeb" Sébastien Loeb n'en donne pas moins rendez-vous à son public en Catalogne, là où ses deux dauphins promettent également de piloter le couteau entre les dents. "Tout est très serré, tout peut basculer. Moi, je vais faire du mieux que je peux. On verra ce qui arrivera", souffle Sébastien Ogier. "Il ne faudra pas faire de fautes dans les deux dernières manches. On va assister à une fin de championnat passionnante, ajoute Mikko Hirvonen, conscient de revenir de loin en cette fin d'exercice. "Qui aurait cru il y a un mois que nous serions où nous en sommes aujourd'hui ?" Comme en Alsace et sur chacune des épreuves disputées depuis que le double chevron a choisi de désigner officiellement son pilote n°1, Sébastien Loeb bénéficiera en Catalogne du soutien total de son team, comme en attestent les propos tenus par Olivier Quesnel, le patron de Citroën Racing, au soir du bouquet final alsacien. "Le leader de l'équipe en Catalogne sera Loeb. Après, on verra, selon ce qui se passe. L'objectif c'est de battre 'le bleu', Mikko Hirvonen, nous devons nous concentrer sur lui. Nos deux pilotes passent l'un après l'autre dans les spéciales, ils ne peuvent pas se battre l'un contre l'autre..." Un appel à la cohésion convenu, que préfère ne pas entendre pour l'heure Sébastien Ogier. "Franchement là pour l'instant je n'y pense pas, je préfère me remémorer mon week-end. Je vais prendre quelques jours de vacances avant l'Espagne, me détendre un peu et puis allez là-bas voir ce que je peux faire." Le fruit de la saine concurrence voulue par Citroën en début de saison...