Ljubicic sort Nadal

  • A
  • A
Ljubicic sort Nadal
@ reuters
Partagez sur :

TENNIS - Le Croate a éliminé Rafael Nadal en demi-finales à Indian Wells (3-6, 6-4, 7-6).

TENNIS - Le Croate a éliminé Rafael Nadal en demi-finales à Indian Wells (3-6, 6-4, 7-6). A voir son large sourire sur le court après la balle de match, Ivan Ljubicic rappelle que tout n'a pas été rose pour lui ces dernières années. 2008 et 2009 ont même plongé le Croate, retombé à la 75e place mondiale, dans le marasme et le doute. Alors un succès contre Rafael Nadal, un adversaire contre lequel il restait sur cinq défaites consécutives, a valeur de renaissance. Et en plus cette victoire l'envoie en finale du Masters 1000 d'Indian Wells. Le bonheur est donc total pour Ljubicic qui a retrouvé en Californie le niveau de ses belles années, lorsqu'il était n°3 au classement ATP (son meilleur rang qu'il a atteint en août 2006). En un peu plus de 2h30, le Croate a bataillé avec ses armes pour venir à bout de l'Espagnol. Première force de frappe: le service. Avec 17 aces au total et plus de 80% de points gagnés derrière sa première balle, le protégé de Riccardo Piatti a acculé Nadal en fond de court. Et le manque de réussite du Majorquin sur les balles de break (3 sur 10) lui a permis de rester en vie jusqu'au jeu décisif du troisième set, moment choisi par Ljubicic pour enfoncer le clou. Les jeux opposés des deux hommes donnent souvent lieu à des matches spectaculaires, comme ce fut le cas en finale du Masters 1000 de Madrid en 2005, remporté par Nadal malgré un handicap de deux manches. Le Croate, malheureux lors de ses trois précédentes finales en Masters 1000 (défaites à Madrid, Paris-Bercy et Miami), tentera de débloquer enfin son compteur dans cette catégorie de tournois. Pour cela, il devra se défaire d'Andy Roddick, vainqueur en deux sets de Robin Söderling (6-4, 3-6, 6-3). De son côté, Rafael Nadal peut sereinement se tourner vers Miami qui débute la semaine prochaine. Pour son premier tournoi depuis son abandon en quart de finale de l'Open d'Australie, le n°3 mondial a montré que ses blessures ne le faisaient plus souffrir. Mais jusqu'à quand ? Lui-même n'a pas la réponse.