Liverpool oublie Torres

  • A
  • A
Liverpool oublie Torres
Partagez sur :

La première de Fernando Torres à Stamford Bridge, sous ses nouvelles couleurs des Blues, a tourné dimanche au fiasco pour les Londoniens et leur nouvel attaquant, dominé (0-1) par ses anciens partenaires des Reds de Liverpool. Crispé et transparent, l'Espagnol n'a pu empêcher un revers qui scelle la fin des espoirs de titre de Chelsea.

La première de Fernando Torres à Stamford Bridge, sous ses nouvelles couleurs des Blues, a tourné dimanche au fiasco pour les Londoniens et leur nouvel attaquant, dominé (0-1) par ses anciens partenaires des Reds de Liverpool. Crispé et transparent, l'Espagnol n'a pu empêcher un revers qui scelle la fin des espoirs de titre de Chelsea. Ils l'ont déjà oublié. Supporters, joueurs, dirigeants: c'est tout un club qui a tourné le dos de la manière la plus spectaculaire qui soit à son ancienne idole. Les Reds, orphelins de Fernando Torres, envoyé pour 58 millions d'euros à Londres grossir les rangs de l'équipe de stars de Chelsea, se sont imposés dimanche sur la pelouse de Stamford Bridge (1-0). Cette équipe de Liverpool - 18e formation de Premier League à l'extérieur - prouve que même privée de son attaquant champion du monde, elle possède encore un avenir. Sans l'homme capable d'inscrire la bagatelle de sept buts à Petr Cech sous le maillot des Reds, mais qui ce dimanche ressemblait surtout au joueur en plein doute de ses dernières semaines liverpuldiennes, Kenny Dalglish a gagné son premier grand pari depuis son retour à la tête du club de la Mersey. Il a également remporté son duel tactique avec Carlo Ancelotti, dont le trident offensif Torres-Drogba-Anelka, s'il ménage les egos de chacun, ne ressemble pas vraiment à une solution d'avenir. L'horizon s'est d'ailleurs sérieusement bouché pour les Blues, relégués à dix points du leader mancunien au lieu des sept longueurs envisageables en cas de succès, alors que deux rencontres restent encore à jouer avec l'équipe de Ferguson. Le titre s'est envolé pour le Chelsea d'Ancelotti qui, s'il avait gagné ses sept premiers matches face à des équipes du Big Four, concède désormais une troisième défaite dans ces confrontations. Torres en bleu... une vision saisissante Au coup d'envoi, c'est une vision saisissante que de voir Torres revêtu du maillot bleu, enchaîner les poignées de mains avec ses anciens coéquipiers des Reds. Inutile de régler sa télé, l'attaquant espagnol a bel et bien troqué le rouge de Liverpool pour embrasser la carrière à Chelsea. Si efficace face aux Blues du temps de sa splendeur, l'Ibère est à deux doigts de faire trembler les filets une huitième fois dans le cadre des confrontations entre les deux clubs. Mais c'est cette fois le club de la Mersey, après avoir si souvent profité de l'adresse de Torres, qui manque de subir l'affront. Pas facile de s'y faire et Maxi Rodriguez offre une balle de but, sur une passe mal assurée, à "El Nino", visiblement contracté et qui ne parvient pas à concrétiser sur une frappe trop enlevée à l'entrée de la surface (2e). L'attaque à trois mise sur pied par Ancelotti - afin de permettre l'intégration de la nouvelle recrue - pose question, notamment quant au rôle affecté à un Anelka reconverti en distributeur du jeu derrière Torres et Drogba. Après une bonne tête sur corner d'Ivanovic, tout près de trouver le cadre (27e), c'est pourtant Drogba qui délivre une merveille d'ouverture dans la profondeur pour son nouveau partenaire. Le décalage dans la surface est parfait, le tête-à-tête inévitable entre Torres et Reina, mais un retour in extremis de Carragher sauve la Red Army (31e). C'est à peu près tout côté Chelsea et Liverpool, appuyé sur son jeu de contres, finit par se dire que ces Blues n'ont rien de transcendant. Mais les cadeaux de Maxi Rodriguez continuent, avec un "Maxi-raté" de l'Espagnol qui, devant la cage vide, trouve le moyen de mettre le ballon sur la barre de Cech, après un puissant centre à ras de terre de Gerrard (33e). Quel incroyable loupé ! Et Chelsea s'agace, à l'image de cette altercation très chaude entre Cech et Ivanovic juste avant la pause, pour une mésentente (45e+1). Les premiers pas de Torres avec les Blues sont empruntés. On le serait à moins... En attendant, Chelsea et sa triplette de stars sont en échec, à l'image de Drogba, encore contré par Carragher, et d'Anelka dont la tête à bout portant n'est pas cadrée (54e). Les Reds se contentent de faire le dos rond et voient sortir peu après l'heure de jeu leur ancien goleador, disparu depuis la reprise (66e). Torres sorti, Liverpool peut compter sur Gerrard, dont le rush côté gauche le voit délivrer une merveille de ballon piqué dans la surface. Cech et Ivanovic se regardent et au second poteau, Raul Meireles exécute son quatrième but en cinq matches (0-1, 69e) ! Stamford Bridge gronde d'autant plus que l'arbitre M. Marinner oublie de siffler deux penalties, sur une main de Lucas (80e) puis sur une charge illicite de Johnson sur Ivanovic dans la surface (90e+2). Chelsea frisera même la correctionnelle sur ce contre conclu par Fabio Aurelio, devant qui Cech s'interpose (81e). Liverpool n'en demande pas plus et se contente de ce succès lourd de symboles.