Lisandro: "Un championnat bizarre"

  • A
  • A
Lisandro: "Un championnat bizarre"
Partagez sur :

Lisandro Lopez n'est pas le plus bavard. Et si le malicieux buteur argentin de l'OL reste souvent discret sur le fond de sa pensée, il n'en conserve pas moins un avis tranché sur les problèmes des Gones. Il s'est ainsi exprimé sur le récent revers subi contre Toulouse, sur la rencontre au sommet à venir contre l'OM, dimanche lors de la 34e journée, ou encore sur son avenir à Lyon qu'il ne compte absolument pas quitter.

Lisandro Lopez n'est pas le plus bavard. Et si le malicieux buteur argentin de l'OL reste souvent discret sur le fond de sa pensée, il n'en conserve pas moins un avis tranché sur les problèmes des Gones. Il s'est ainsi exprimé sur le récent revers subi contre Toulouse, sur la rencontre au sommet à venir contre l'OM, dimanche lors de la 34e journée, ou encore sur son avenir à Lyon qu'il ne compte absolument pas quitter. Comment allez-vous pour cette reprise en deux temps depuis la défaite à Toulouse, avec ce décrassage à huis-clos lundi et cette première séance en public ? Tranquille, tranquille... Nous sommes revenus lundi pour discuter ensemble du match de dimanche, récupérer aussi et, aujourd'hui (mardi), l'esprit est déjà tourné vers ce rendez-vous de Marseille que l'on prépare du mieux possible. Depuis plus de 48 heures, tout le monde cherche des explications à ce qui s'est passé face au TFC, quelle est la vôtre ? Il n'y a pas grand-chose à expliquer... Ce fut simplement un match désastreux, à tous les niveaux. Mais si l'on veut malgré tout en retirer quelque chose de positif, c'est de se dire qu'on ne peut plus commettre à nouveau ce genre d'erreurs d'ici à la fin de saison; qu'on ne peut plus, en terme d'envie, montrer aussi peu de choses. Vous voulez dire qu'il n'y a plus d'envie dans votre équipe, voire même chez vous qui êtes moins en vue qu'il y a quelques semaines ? Non. Déjà, nous sommes tous responsables de ce qui se passe, du premier au dernier de notre groupe. Ensuite, il y a des matches où les choses ne vont pas comme on le souhaiterait et où l'on peut avoir l'impression qu'il y a un manque d'envie et d'autres, où réellement il n'y a pas cette envie... Et je crois qu'à Toulouse, il y avait un peu des deux. Attention, quand je parle d'envie, je parle de détermination, de faim à vouloir gagner le match, de tout faire pour l'emporter... Espérons maintenant qu'on ne retombera plus dans ces travers. "1-0 ce dimanche, moi, ça me suffit !" On sent tous les joueurs lyonnais en souffrance depuis quelques temps, physiquement, mentalement; pensez-vous qu'une défaite pourrait vous mettre définitivement KO dans ce championnat ? Ce championnat est assez bizarre : on est convaincu un jour qu'une équipe est hors course et puis, deux matches après, celle-ci semble être à nouveau dans le coup. Et je ne fais pas seulement allusion ici à la course au titre mais aussi à la lutte pour la troisième place ou le maintien... Oui, c'est un championnat étrange. Maintenant, c'est sûr qu'en perdant devant Marseille, le titre s'envolerait et nous nous compliquerions aussi la vie pour la qualification en Ligue des champions... Ce serait très dur de se relever après ça. D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle, sincèrement, je préfère garder l'esprit positif et penser qu'on est là, qu'on va se battre jusqu'au final... Je ne songe pas à une défaite. Jusqu'au double rendez-vous européen face au Real Madrid, l'OL avait opté pour une organisation assez stable qui lui avait permis de revenir en haut de tableau. Dernièrement, en revanche, il y a souvent eu des changements... Qu'en pensez-vous ? (Long, très long silence, et quelques sourires) Vous pouvez en parler, en discuter, en débattre mais l'entraîneur est celui qui décide... Voilà, c'est plus une question à lui adresser qu'à moi. Mais est-ce que vous vous sentez bien dans ce système de jeu ? Oui, oui, oui...je me sens réellement bien, mais la question aujourd'hui n'est pas là. Au-delà des systèmes de jeu, il reste cinq matches et on doit essayer de les aborder comme si on allait y laisser notre vie, avec une idée de jeu... Cela dit, moi sincèrement, je préfèrerais que notre équipe soit un désastre mais qu'on prenne les 15 points. Ça ne m'intéresse pas de bien jouer, juste de gagner. On aura sans doute plus de possibilités en jouant bien mais je veux gagner, avec n'importe quel système, n'importe quels joueurs. "Si on ne me pousse pas dehors, je resterai" Aimeriez-vous que l'OL s'inspire de l'OM, son prochain adversaire, qui sans jouer très bien réussit souvent à gagner ses matches ? Marseille entre sur le terrain et gagne. Qu'il joue bien ou pas, il entre sur le terrain et gagne ! Le week-end dernier, c'est vrai, l'OM a concédé le match nul mais c'est une très bonne équipe, avec des joueurs d'expérience qui savent gérer ce genre de situation. Donc notre rencontre de dimanche sera difficile mais j'ai aussi confiance en nous. Personne n'a oublié l'incroyable 5-5 de la saison dernière. Pensez-vous l'OL capable de réaliser un tel match aujourd'hui ? Pour moi, et je l'ai déjà dit, ce fut sans doute une soirée spectaculaire pour le public mais pour moi, qui étais sur le terrain, ce fut avant tout un match bourré d'erreurs... 1-0 ce dimanche, moi, ça me suffit ! Voyez-vous Paris comme le rival de Lyon le plus dangereux dans cette dernière ligne droite ? Non, ce sont nous-mêmes. Si nous jouons au niveau qui doit être le nôtre, je crois que nous pouvons gagner tranquillement nos cinq derniers matches. (Il se reprend) Enfin, pas tranquillement mais nous pouvons les gagner... Maintenant, si nous jouons de la manière dont nous avons joué les derniers matches, nous nous mettrons en danger. Est-ce le moment le plus difficile depuis votre arrivée à l'OL ? Au niveau personnel, sportif, c'est un moment difficile : j'ai joué ici huit compétitions et je n'en ai gagnée aucune. C'est dur, forcément. Après, j'ai joué une demi-finale de Ligue des champions, un beau moment, historique pour moi... Mais la réalité indique qu'il n'y a aucun titre et s'il n'y a pas de titre, personne ne s'en souvient. Il y a quelques semaines, vous aviez affirmé « je ne partirai pas de Lyon sans gagner un titre »... Etes-vous toujours dans cet état d'esprit ? Tu veux que je le répète ? Comme vous le souhaitez ? (Ferme) Je l'ai déjà dit. Mais êtes-vous sûr d'évoluer encore à Lyon la saison prochaine, même si le club ne dispute pas la Ligue des champions ? Si on ne me pousse pas dehors, je resterai.