Limoges, ça va mal !

  • A
  • A
Limoges, ça va mal !
Partagez sur :

Avant-dernier de Pro A, Limoges possède désormais deux points de retard sur le premier non relégable, Poitiers, qui s'est imposé vendredi soir à Beaublanc (85-76) en ouverture de la 18e journée. Une première victoire à l'extérieur pour les Pictaves, portés par Gunn (18 points), qui enfoncent une équipe du CSP dans le doute.

Avant-dernier de Pro A, Limoges possède désormais deux points de retard sur le premier non relégable, Poitiers, qui s'est imposé vendredi soir à Beaublanc (85-76) en ouverture de la 18e journée. Une première victoire à l'extérieur pour les Pictaves, portés par Gunn (18 points), qui enfoncent une équipe du CSP dans le doute. La crise est profonde à Limoges. Le CSP, qui cette semaine a dribblé le règlement de la LNB (*) en signant un contrat professionnel au jeune Thomas Célérier pour conserver Zack Wright, sixième joueur non formé localement dans un effectif de... treize éléments, espérait faire un pas en avant dans la course au maintien contre un concurrent direct, Poitiers. Mais la défaite concédée à Beaublanc contre les Pictaves (76-85), ce vendredi soir en ouverture de la 18e journée de Pro A, fait reculer le CSP de deux foulées. Au moins. Avec désormais deux points de retard sur le PB86, premier non relégable avant la rencontre, Limoges a déjà un pied en Pro B. Le président du club, Frédéric Forte, avait annoncé avant le match que six victoires seraient nécessaires lors des treize dernières rencontres de la saison pour ne pas monter dans l'ascenseur moins d'un an après l'avoir pris dans le bon sens. Mais si le promu se met à perdre sur son parquet face à des équipes du bas de classement, ça ne risque pas vraiment de lui faciliter la tâche. Surtout qu'après leur déplacement au Havre le week-end prochain, les Limougeauds affronteront successivement Roanne, Le Mans et Chalon-sur-Saône, trois équipes qui figurent actuellement dans le top huit du championnat. Rien de très réjouissant en perspective, donc. Les changements opérés en début de semaine par le nouveau coach Zare Markovski n'ont pas été inintéressants puisque Taylor (16 points, 4 rebonds, 8 passes) et Hite (16 points, 5 rebonds), les deux dernières recrues, ont été à leur avantage. Mais seuls les résultats comptent, Frédéric Forte l'avait d'ailleurs assez répété à son ex-entraîneur Eric Girard... A l'intérieur, Massie a été bien trop seul pour résister (15 points, 7 rebonds). Maladroit de loin (7/26 soit 27%), le CSP a manqué son entame et le 6-0 infligé à Poitiers en fin de premier quart-temps n'a pas changé grand-chose (18-23, 10e). Car quelques minutes plus tard, les hommes de Ruddy Nelhomme avaient déjà creusé l'écart (33-23, 13e), une marge qui a longtemps fluctué entre six et dix unités (33-41, 20e). Taylor a cru, dans le troisième quart, avoir remis les siens dans la partie (50-54, 26e), mais dans le sillage de Gunn (18 points) et Wright (16 points, 5 rebonds), les Poitevins n'ont pas craqué sous la pression du public limougeaud, leur domination au rebond (42-26) les aidant bien à obtenir leur premier succès à l'extérieur en 2010-11. -------------------------------------------------- (*) Dans un communiqué, la Ligue nationale de basket-ball a tenu jeudi à apporter les précisions suivantes concernant les conditions de participation au championnat de Pro A définies par l'Article 131 des règlements de la LNB: "Pour participer au championnat de France de Pro A, chaque club devra pouvoir justifier, à tout moment entre la veille du premier match de championnat et le dernier match officiel de la saison sportive, de l'homologation de quatre contrats de joueur professionnel « formé localement » à temps complet au minimum. Ce nombre sera porté à cinq si le club compte neuf ou dix contrats professionnels homologués, à six s'il en compte onze, à sept s'il en compte douze. [...] Le recrutement d'un treizième joueur sous contrat professionnel est libre et non soumis aux quotas exposés ci-dessus. [...] Les conditions relatives à l'inscription des joueurs sur la feuille de marque restent inchangées le club ayant six joueurs non formés localement sous contrat ne pourra en inscrire que cinq au maximum sur la feuille de marque."