Lille, victoire obligatoire !

  • A
  • A
Lille, victoire obligatoire !
Partagez sur :

Avec deux points en quatre matches, la situation du Losc en Ligue des champions est peu reluisante. Mais les champions de France ont encore leur destin entre les mains dans le groupe B, deux victoires leur suffisant pour se hisser en huitièmes de finale de la compétition. Ça commence mardi dans la froideur de Moscou contre le CSKA, une équipe qui avait accroché les Nordistes à l'aller (2-2).

Avec deux points en quatre matches, la situation du Losc en Ligue des champions est peu reluisante. Mais les champions de France ont encore leur destin entre les mains dans le groupe B, deux victoires leur suffisant pour se hisser en huitièmes de finale de la compétition. Ça commence mardi dans la froideur de Moscou contre le CSKA, une équipe qui avait accroché les Nordistes à l'aller (2-2). Retard au décollage. Comme un symbole, les Lillois, bloqués par le brouillard lundi matin à Lesquin (comme vendredi soir à Toulouse...), ont gagné plus tardivement que prévu Moscou, ratant l'occasion de découvrir la pelouse synthétique du stade Loujniki où ils joueront mardi leur avenir européen contre le CSKA. Un retard qui vaut également au point de vue comptable dans leur groupe de Ligue des champions : avec seulement deux points pris en quatre journées, les Dogues traînent la queue en bas du classement du groupe B. Mais ces derniers peuvent encore mettre à mal la morale de Lafontaine qui veut que rien ne sert de courir, il faut partir à point... Un seul impératif pour les champions de France en titre : remporter leurs deux dernières rencontres de la phase de poules. Premier rendez-vous donc ce mardi à Moscou. Et pour gagner, "il faudra marquer", rappelait vendredi soir Rudi Garcia au sortir du match nul (0-0) concédé par son équipe à Toulouse. Un match qui a encore mis en lumière les difficultés actuelles de l'équipe nordiste à trouver le chemin du but depuis plusieurs semaines. Mais l'entraîneur du Losc ne voulait retenir que le meilleur profil affiché par ses hommes au Stadium : "On a retrouvé une équipe de Lille sûre de son jeu, conquérante, en mouvement, qui s'est créée des occasions. C'est plutôt encourageant pour la suite." Si tant est que l'équipe nordiste ne reproduise pas les mêmes erreurs que lors de ses premières sorties européennes... Doumbia n'est pas là Car si Rio Mavuba et ses coéquipiers en sont là, c'est-à-dire au pied du mur, ils y sont aussi pour beaucoup. Sans même évoquer la double opposition perdue contre l'Inter Milan (0-1 et 1-2), deux défaites à mettre sur le compte de l'inexpérience et du trop grand respect affiché envers les Milanais, les Lillois peuvent regretter les points perdus en route face aux Russes à l'aller, un match qu'ils maîtrisaient avant de concéder deux buts dans les 20 dernières minutes, oeuvre de Seydou Doumbia. Bonne nouvelle pour le losc, l'attaquant ivoirien du CSKA est suspendu pour ce match retour aux allures de finale pour les deux clubs. "L'absence de Doumbia va peser sur le plan tactique", a reconnu lundi l'entraîneur du club russe, Leonid Slutski. "C'est un grand atout en moins mais on a les armes pour s'adapter. Son absence ne m'inquiète pas plus que cela car je pense que Vagner (Love) sera au niveau." Une absence compensée par le retour du Japonais Keysuke Honda, absent à l'aller face à une équipe du Losc qui attendra de son côté la dernière minute pour aligner ou non Marko Basa (épaule) et Benoît Pedritti (adducteurs), préservés vendredi à Toulouse. Mais plus que des Russes, c'est peut-être du froid - des températures entre -5° et -10° C sont attendues mardi soir - que les Lillois devront se méfier. Car un nouveau retard à l'allumage mardi pourrait cette fois-ci être fatal...